OS X

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « OSX » redirige ici. Pour l'entreprise brésilienne portant ce nom, voir OSX (entreprise).
OS X
Logo d'OS X Yosemite.
Logo d'OS X Yosemite.

Famille Unix
Type de noyau Noyau hybride
État du projet En constante évolution (stable)
Entreprise /
Développeur
Apple
Licence Propriétaire ; certaines parties sont disponibles sous Apple Public Source License
États des sources Source fermée (plusieurs composants tel Darwin sont open source[1])
Méthode de mise à jour Mac App Store
Interface utilisateur par défaut Aqua
Site web www.apple.com/fr/osx/

OS X[2],[3], anciennement Mac OS X, est une ligne de systèmes d’exploitation partiellement[4] propriétaires développés et commercialisés par Apple, dont la version la plus récente (OS X 10.10, nom de code Yosemite) est installée sur tous les Mac vendus actuellement. Son installation sur des ordinateurs non conçus par Apple est interdite par cette entreprise. Et elle est généralement impossible à cause du manque de pilotes disponibles ainsi qu'à cause de systèmes de gestion des droits numériques inclus dans ce système d'exploitation. OS X est le successeur du système Mac OS, qui avait été le principal système d'exploitation d'Apple depuis 1984. Contrairement à ses prédécesseurs, OS X fait partie de la famille des systèmes d'exploitation UNIX, fondé sur les technologies développées par NeXT depuis le milieu des années 1980 jusqu'au rachat de la société par Apple en 1997. La première version du système fut Mac OS X Server 1.0, commercialisée en 1999, suivie par une version orientée pour le grand public en mai 2001.

La version serveur de OS X est architecturalement identique à la version grand public, mais incorpore des logiciels facilitant la mise en place et l'administration de réseau informatique, de serveur de messagerie électronique et de serveur Samba, entre autres. À partir d'OS X 10.8, la version serveur d'OS X constitue une simple extension du système de base, téléchargeable depuis le Mac App Store pour 17,99 € (au 28/08/2013), montant raisonnable comparé aux centaines d'euros qu'il fallait débourser avant OS X Lion (10.7).

La dernière version de OS X (OS X 10.10 Yosemite) apporte un changement de design et se rapproche de celui d'iOS. Les deux systèmes d'exploitation d'Apple n'ont jamais été aussi proche l'un de l'autre.

Historique[modifier | modifier le code]

Malgré son nom suggérant qu’il est la « version 10 » de Mac OS, Mac OS X a un historique presque totalement indépendant des précédentes versions de Mac OS. Mac OS X est fondé sur le noyau Mach et sur l’implémentation BSD d’Unix, qui ont été incorporés à NeXTSTEP, le système d’exploitation orienté objet développé par la société fondée par Steve Jobs après son départ d’Apple en 1985, NeXT[5]. Pendant l’absence de Jobs, Apple a également tenté de constituer le système d’exploitation « nouvelle génération » avec le projet Copland, sans grand succès. De nombreuses rumeurs de l'époque laissaient penser qu'Apple allait racheter le système BeOS pour créer son nouveau système. L'annonce du rachat de NeXT, accompagné de la réintégration de Steve Jobs comme PDG d'Apple, fut une énorme surprise.

Finalement, le système d’exploitation de NeXT, jusque-là dénommé OPENSTEP, fut choisi par Apple pour former la base de son prochain système, d’où son achat de NeXT, espérant convaincre les développeurs d’applications par sa richesse de fonctions de passer à cette nouvelle plate-forme[6]. Jobs fut ré-engagé, et plus tard retrouva la tête de la société, dirigeant la transformation du système facile d’accès aux développeurs qu’était OPENSTEP vers ce qui allait être accueilli plus tard par les utilisateurs d’Apple, un projet arborant à ce moment le nom de Rhapsody. Rhapsody évolua plus tard en Mac OS X, un nom qui évoquait non seulement le passage de Mac OS 9 à Mac OS X (10 en chiffres romains) mais également le passage au monde UNIX dans lequel la lettre "X" est très utilisée, notamment dans les bibliothèques graphiques X11.

OS X a évolué au cours de ses différentes versions, mettant l’accent vers un « mode de vie numérique » (le '"digital hub"' en anglais), tel que présenté avec la suite iLife et l'ensemble bureautique iWork. Dans les premières versions de OS X, la compatibilité avec les versions précédentes des systèmes d’exploitation Apple a été conservée.

Évolution par rapport à Mac OS 9[modifier | modifier le code]

Mac OS 9, avec son multitâche coopératif, son absence de protection de la mémoire et héritier de tout l'historique des versions précédentes, était de fait considéré par beaucoup, y compris par Apple, comme étant un système très limité. La « base » a été remplacée par un UNIX, plus précisément un micro-noyau enrichi XNU (Darwin et BSD).

L’interface graphique (désormais appelée Aqua) a été enrichie et revue ; elle garde certains principes-clés comme la barre de menus unique, et en ajoute d'autres comme Exposé, tout en conservant le principe-clé d'ergonomie qui a fait le succès des Macintosh. De plus, l'apparition d'un Dock, la réaction de l'interface aux actions de l'utilisateur par des animations, l'utilisation de la transparence, des couleurs plus vives voire de métal brossé marquèrent considérablement le passage depuis Mac OS 9. C'est également avec cette transition que trois nouveaux types d'interfaces pour créer des applications sont apparus : Classic, un environnement recréant celui de Mac OS 9 afin d'y faire fonctionner les applications qui y sont liées ; Carbon, une interface C permettant un portage simple de Mac OS 9 à OS X ; et finalement Cocoa, une interface Objective-C permettant le développement de nouvelles applications entièrement intégrées à l'aspect de Mac OS X (Cocoa peut également être utilisé en Java (obsolète depuis 2005 et Mac OS 10.4), en Python et Ruby).

Les avantages de disposer d'une base UNIX pour le système sont :

  • de disposer d'un système stable et éprouvé depuis des dizaines d'années ;
  • de profiter et de faire profiter des modifications de Darwin (la base UNIX) de/à toute la communauté informatique ;
  • de pouvoir installer assez facilement des logiciels Linux.

Popularité[modifier | modifier le code]

Le système d'exploitation compte 75 millions d'utilisateurs à travers le monde, selon Phil Schiller, un dirigeant du fabricant californien[7]. Cette annonce a été réalisée lors de la présentation du 8 juin 2009 de la version Snow Leopard, ce nombre est maintenant totalement obsolète puisque Apple a annoncé en 2012 qu'il y avait 150 millions d'utilisateurs uniquement pour iOS.

En ce qui concerne la part d'utilisateurs de Mac (Mac OS 9 et Mac OS X confondus), elle s'élèverait à environ 6,0 % selon la plupart des statistiques[8]. Il convient néanmoins de prendre ces chiffres avec précaution, car ils sont généralement issus de rapports de fréquentation de sites web, et ne prennent donc en compte que les utilisateurs internautes.

Malgré son faible nombre d'utilisateurs, OS X n'en demeure pas moins très médiatisé, et ce grâce à une communication organisée de la part d'Apple. Le principe du teasing et une politique de secret alimentent considérablement toutes les discussions qui se rapportent à OS X ou aux Mac. Ces discussions gravitent généralement autour d'une opposition OS X / Windows, où « s'affrontent » les partisans de chaque « camp ». Depuis l'adoption par Apple de processeurs Intel pour ses Mac, il est possible d'y installer n'importe quel système d’exploitation x86 (par exemple Windows 7 et Windows 8 en utilisant Boot Camp, ainsi que la plupart des systèmes Linux), ce qui a certainement favorisé la popularité du système.

Interface[modifier | modifier le code]

L’interface reprend l’essentiel de l’environnement des systèmes d’exploitation de Mac : le glisser-déposer y est profondément intégré, les dossiers à ouverture automatique sont conservés, la barre de menus unique et dans celle-ci le « menu Pomme » également. Aqua intègre certains éléments repris de NeXT, comme le Dock et la navigation dans les dossiers par colonnes.

À la sortie de OS X, différents groupes d’utilisateurs ainsi que certaines figures historiques du Mac ont émis des critiques sur la nouvelle interface, qui selon eux avait de trop importantes différences avec celle des précédentes versions du système d’exploitation.

Quelques applications fournies avec le système[modifier | modifier le code]

  • Dashboard, tableau de bord virtuel permettant d'emménager des mini-applications appelées des widgets. On peut créer ces applications à l'aide de trois langages : XHTML pour le balisage général, CSS pour l'agencement des éléments, et ECMAScript (JavaScript) pour l'interactivité. Dashboard peut être comparé à Konfabulator, gDesklets ou SuperKaramba. Il reprend en effet les mêmes fonctionnalités que ces derniers, mais étant fourni avec le système, il est vite devenu plus populaire parmi les utilisateurs de OS X. Il n'est disponible qu'à partir d'OS X 10.4 Tiger.
  • Automator, permet de combiner un certain nombre d'actions prédéfinies pour effectuer des tâches répétitives. Le paramétrage de ces automatisations s'effectue par une interface graphique, ce qui le rend accessible au plus grand nombre, mais au prix selon certains d'une perte de fonctions[réf. nécessaire]. Les tâches sont effectuées par AppleScript ou Perl, de façon transparente. La plupart des possibilités offertes par Automator peuvent être obtenues par d’autres moyens, notamment des scripts shell, technique peu accessible au grand public.
  • Safari, navigateur web fondé sur le moteur de rendu WebKit. Il n'est disponible qu'à partir d'OS X 10.2 Jaguar.
  • Mail, client de messagerie.
  • QuickTime X (nom donné à partir de Snow Leopard à l’ancien QuickTime Player), lecteur multimédia.
  • Aperçu, visionneuse d'images et de documents PDF.
  • Messages, client de messagerie instantanée permettant d'envoyer des iMessages.
  • App Store, permettant de télécharger des applications depuis le marché commun d'Apple.
  • Photo Booth, logiciel permettant d’utiliser la webcam intégrée comme appareil-photo et d’appliquer des effets sur les clichés obtenus.
  • Lecteur DVD, logiciel permettant de lire des DVD, maintenant absent des Mac vendus sans lecteur optique.
  • iMovie, logiciel de montage de films.
  • iTunes, lecteur et gestionnaire de musique, de vidéo-clips et de podcasts. C'est également le logiciel utilisé pour configurer et synchroniser un iPhone, iPod ou iPad avec un compte utilisateur.
  • Transfert d'images, permet d’importer des images depuis un appareil photo numérique, un scanner ou tout autre matériel d'acquisition.
  • Calendrier, agenda et calendrier.
  • Livre des polices permet de gérer les polices de caractères.
  • Front Row, interface media center qui peut être contrôlée par la télécommande infrarouge Apple Remote, permettant d'accéder à la discothèque d'iTunes, à la photothèque d'iPhoto, aux séquences vidéos de l'utilisateur, aux bandes-annonce de cinéma en ligne et au lecteur DVD (absent depuis OS X 10.7 Lion).
  • Xcode (et sa suite), environnement de développement intégré et gratuit, destiné à fournir une intégration et un support plus complets avec le système que les autres solutions disponibles. L'installation se fait depuis l'App Store. L'arrivée de Xcode, de par son intégration au système et sa gratuité, a signé l'arrêt de mort d'autres environnements de développement comme le très célèbre CodeWarrior.
  • Spaces, apportant la fonction de bureaux virtuels à OS X 10.5.
  • Time Machine, gérant des sauvegardes incrémentales et leur restauration.
  • iBooks, application permettant d'acheter des livres numériques dans une boutique en ligne et de les lire à l'écran.
  • Calculette, Carnet d'adresses, Dictionnaire, iSync (synchronisation d'appareils), Chess (jeu d'échecs), « TextEdit » (éditeur de texte), « Capture » (capture d'écran ou d'une sélection).

OS X étant un système UNIX, les fonctions et commandes de base d'UNIX sont présentes et permettent un accès souple à différentes fonctionnalités sans passer par des menus graphiques.

Principales technologies[modifier | modifier le code]

  • Cocoa, bibliothèques de programmation orienté objet (langages Objective C et Java).
  • Carbon, bibliothèques de programmation orienté objet (langages C, C++).
  • QuickTime, un ensemble de bibliothèques permettant de manipuler en lecture et en écriture des contenus vidéos. Il existe un lecteur multimédia du même nom qui s'appuie sur ces bibliothèques.
  • Spotlight (depuis Mac OS X v10.4) est un moteur de recherche de métadonnées intégré nativement au système. Cette technologie permet de retrouver le contenu des fichiers de façon quasiment instantanée, à la manière de Beagle, Kat ou Google Desktop Search. Cette technologie a permis l'apparition de fonctionnalités telles que les « dossiers intelligents » (« dossiers » dont le contenu est constamment actualisé par Spotlight sur la base de critères évolutifs de recherche). L'un des avantages de cette nouvelle technologie est sa modularité (les critères de recherches spécifiques à une application ou un type de fichier peuvent être ajoutés par plug-in). En résumé, Spotlight apporte à l'utilisateur une recherche instantanée sur le contenu des fichiers, sur les fichiers eux-mêmes et la construction sous forme de listes ou de groupes dits « intelligents » de requêtes de recherche pointues. Une technologie concurrente a été intégrée par Microsoft dans Windows Vista à la fin 2006 (début 2007 pour le grand public).

Sécurité[modifier | modifier le code]

Il n'existe que peu de virus informatiques connus à ce jour sous OS X[9],[10],[11]. Seuls des programmes malveillants tel Opener (également nommé Renepo), qui ne se propage pas par lui-même et doit être installé par l’utilisateur pour fonctionner, ont pu défrayer la chronique. Il ne s’agit donc pas d’un virus, ni d’un cheval de Troie, mais d'un ver, bien qu'Apple le réfute en contredisant la communauté des experts en sécurité ainsi que la définition même de ce type de programme malveillant[12]. Le virus Newton se contentait de déplacer les éléments du bureau en fonction des mouvements de l'ordinateur[13], et Hacktool Underhand, était en fait une erreur dans la mise à jour d'un anti-virus commercial. En février 2006, on découvre le cheval de Troie Leap-A (ou Oompa-A) qui se propage via la messagerie instantanée iChat. La principale menace concernant ce système d'exploitation est l'installation de codes malveillants Windows par des outils Java, donc inefficaces.

La sécurité du système provient notamment de la faible proportion de machines Apple dans le parc informatique mondial (2 % en 2006), un virus exploitant une faille Mac ayant automatiquement moins de cibles potentielles que s'il est conçu pour s'attaquer à Microsoft Windows. En août 2011, il a été annoncé lors d'une conférence d'experts de la sécurité (Black hat) qu'OS X est moins sécurisé que Windows Seven[14]. De plus, durant une période de trois ans (2008-2011), 1 151 failles de sécurité majeures ont été trouvées sous OS X, ce qui est très proche des 1 325 de Microsoft Windows[15]. En novembre 2012, la firme Kaspersky Lab a publié le résultat d'une étude indiquant qu'OS X contient deux des dix principales failles de sécurité présentes dans les ordinateurs, les huit autres étant imputées à Adobe, Oracle et Nullsoft[16].

Les ordinateurs Mac gagnant depuis 2007 des parts de marché sur les PC, les pirates informatiques s’intéressent désormais de plus en plus à Apple. Ainsi en mai 2011, avec le logiciel malveillant MacDefender, puis quelques mois plus tard avec le cheval de Troie FlashBack, la sécurité de OS X est apparue comme étant relative. Ce logiciel malveillant aurait d'ailleurs infecté 650 000 Mac[17],[18]. Des sites donnent des conseils pour endiguer l'infection[19],[20]. Apple fournit une mise à jour supprimant ce cheval de Troie, mais uniquement pour les versions 10.6 et 10.7 de OS X, les personnes utilisant de plus anciennes versions restant exposées[21].

En 2012, Kaspersky Lab a ajouté à sa liste approximativement 130 nouvelles signatures de chevaux de Troie pour OS X. C'est 30 % de plus qu'en 2011, et 600 % de plus qu'en 2010[22]. La raison indiquée par le rapport cité est la popularité de OS X parmi les businessmen et les politiciens. En effet, les données présentes sur leurs ordinateurs peuvent avoir beaucoup de valeur et les chevaux de Troie permettent d'y accéder.

Au fur et à mesure des mises à jour de OS X, Apple s'est toutefois efforcée d'améliorer la sécurité d'OS X. Tout d'abord en mettant en place un fichier, dénommé XProtect.plist et mis à jour automatiquement en tâche de fond. Ce fichier référence les principales signatures de malwares détectés par Apple, et avertit clairement l'utilisateur lorsqu'il tente d'ouvrir un logiciel malveillant. Par la suite, Apple a ajouté une fonction appelée Gatekeeper. Le principe est que par défaut, seules les applications signées puissent être ouvertes par l'utilisateur (ce comportement est aisément modifiable par l'utilisateur dans les Préférences Système). Ainsi, si une application n'est pas signée, un message d'erreur s'affiche et l'application ne s'ouvre pas. L'intérêt est que si un logiciel malveillant est détecté par Apple, cette dernière peut aisément révoquer sa signature numérique et ainsi empêcher l'exécution du logiciel par des utilisateurs inexpérimentés (ces derniers sont souvent la cible principale des logiciels malveillants). Enfin, Apple ajouta ou améliora des fonctions existantes, comme la distribution aléatoire de l'espace d'adressage (ASLR), le sandboxing, ou encore la séparation des processus dans Safari 5.1[23].

Système de fichiers local, réseau et protocole supporté[modifier | modifier le code]

OS X permet de gérer les disques durs dans plusieurs systèmes de fichiers différents :

  • HFS : la version originale de système de fichiers de Mac OS (parfois utilisé encore dans certains CD-ROM) ;
  • HFS+ : une version modifiée du HFS (introduit avec Mac OS 8.1) qui permet la gestion de plus gros disques (le plus répandu actuellement) ;
  • HFSX : une nouvelle déclinaison du HFS (introduit avec Mac OS X v10.3), la différence étant le support de la sensibilité à la casse (différence majuscule/minuscule) dans un nom de fichier ;
  • UFS, n'est plus proposé comme option de formatage par l'utilitaire de disque depuis Mac OS X 10.5 ;
  • FAT16, en lecture/écriture est proposé comme option de formatage par l'utilitaire de disque (option MS-DOS) ;
  • FAT32, en lecture/écriture mais n'est pas proposé comme option de formatage par l'utilitaire de disque ;
  • exFAT depuis la version 10.6.5 de OS X (nom de code Snow Leopard) ;
  • NTFS en lecture uniquement, et en lecture/écriture depuis Snow Leopard (fonction cachée, à débloquer via le terminal, ou via l'application NTFS Mounter), et avec le pilote libre NTFS-3G pour les versions antérieures.

HFS+ et HFSX peuvent être journalisés, ce qui évite les erreurs d'écriture lors d’un éventuel plantage. Cette fonction peut être activée à la volée par l'utilitaire de disque.

L'utilitaire de disque de OS X ne propose plus de format sensible à la casse et OS X v10.7 Lion a introduit la possibilité de chiffrer un disque entier[24].

Partition[modifier | modifier le code]

Depuis l'arrivée des ordinateurs Apple équipés de processeurs Intel, les schémas de partition de disque dur utilisés par défaut ont changé, notamment afin de s'adapter au programme de démarrage EFI fourni par Intel en remplacement de l'Open Firmware utilisé sur les Mac PowerPC.

  • GPT est le nom donné au schéma de partition d'un disque dur destiné à démarrer un Mac Intel. Un tel disque ne permet pas de démarrer un Macintosh à processeur PowerPC.
  • APM est le nom donné au schéma de partition classique, lisible sur tous les types de Macintosh[25], il est possible de démarrer sur un disque partitionné ainsi avec un Mac PowerPC ainsi qu'avec un Mac Intel. L'installation de Mac OS X à partir d'un Mac Intel sur un tel disque est impossible.
  • MBR supporté par les Macintosh en modifiant certains fichiers d’installation.

Protocoles[modifier | modifier le code]

  • AFP
  • FTP (en lecture seulement)
  • NFS
  • SMB/CIFS
  • WebDAV via la commande mount_webdav. C'est également le protocole utilisé pour accéder à un compte .Mac

Architecture[modifier | modifier le code]

Son noyau Open Source XNU est un noyau hybride fondé sur le micro-noyau Mach et une version d'UNIX issue de BSD 4.4 lui assurant la compatibilité POSIX. Au-dessus de cet ensemble, Apple a greffé d'autres technologies stratégiques dont certaines sont héritées du défunt système NeXTSTEP. Apple a joint à Mac OS X sa technologie multimédia QuickTime.

Environnements de programmation[modifier | modifier le code]

L’affichage 2D (CoreGraphics) rassemble QuickDraw et Quartz. Ce dernier est le moteur d'affichage ultra-moderne qui gère nativement le format PDF, la transparence et la transition par-point vers le vectoriel.

Mac OS X possède une interface appelée Aqua, différente de celles des anciens systèmes Macintosh (Platinum (en), dont une chimère est disponible sur certaines distributions Linux), dont les programmes tournent sur le nouveau système grâce à une version améliorée de Mac OS 9, la version 9.2.2, intégrée au système dans l'environnement baptisé Classic. Toutefois Classic ne fonctionne pas avec des versions de Mac OS X supérieures ou égales à la version 10.5 (Leopard) ni de façon générale sur aucun poste Apple à processeur Intel.

Le portage des applications est simplifié grâce à l’environnement de programmation Carbon qui est une réécriture pour Mac OS X des API de Mac OS. Carbon est utilisé pour les applications multiplateformes en raison de sa ressemblance avec l'API Win32 de Windows.

Enfin, l’environnement Cocoa, évolution de l’API d’OpenStep, est l’environnement natif du système. Cocoa est conçu et programmable en Objective C ou en Java (le support Cocoa pour Java a récemment été abandonné mais est toujours présent) et est orienté objet. Les applications programmées en Cocoa peuvent profiter de certains apports du système X (10, et non X Window), tels que les services, unifiés, disponibles pour toutes les applications les supportant (dictionnaire unifié, recherche Internet, etc.). De plus, Cocoa utilise des ressources de la CoreFoundation, système unifié permettant aux développeurs de n'avoir à s'occuper que de l'interface (et encore, sa gestion est simplifiée par Interface Builder) et des fonctions essentielles du logiciel, sans avoir à s'occuper du reste. La CoreFoundation contient tout particulièrement CoreImage et CoreData depuis Mac OS X v10.4 Tiger. D'ailleurs, à partir de sa version 4.5.0, le Toolkit Qt s'appuie sur Cocoa pour fournir des bibliothèques 64 bits, Carbon étant une interface uniquement 32 bits.

Fondé sur un environnement NetBSD, OpenBSD et FreeBSD, il permet avec Apple X11, fondé sur XFree86, le portage simple des applications développées pour d’autres systèmes Unix comme GNU/Linux ou BSD. X11 utilise par défaut l'interface graphique Quartz Window Manager, à moins d'installer des environnements X11 portés sur OS X, tels que GNOME, KDE, Oroborus ou Xfce.

À noter que Java 7 n'est pas supporté par les versions du système antérieures à Mac OS X v10.7 Lion.

Plusieurs projets sont dédiés au portage simple des applications Linux ou UNIX, tels que Fink (orienté Debian GNU/Linux) ou MacPorts (ex Darwinports, orienté *BSD). De plus, le projet Darwine (portage du projet Wine, pour UNIX avec architecture x86) a pour objectif de permettre l'utilisation sans portage d'applications Windows sous Mac OS X. Les bibliothèques sont en cours d'élaboration. L'intégration et la fluidité des applications utilisant X11 dans Mac OS X laissent cependant à désirer comparé à ce qu'a accompli Apple pour l'environnement Classic et par rapport à l'expérience qu'on peut avoir nativement sous Linux. De même, les logiciels « X11 » possèdent une interface éloignée de celle des logiciels traditionnels pour Mac OS X. Pour ces raisons, de nombreux utilisateurs de Mac OS X rejettent les applications utilisant X11.

Versions principales[modifier | modifier le code]

Version Surnom Date de commercialisation Dernière version Fin du support
Mac OS X Server 1.0 Hera 16 mars 1999 1.2 V3 (27 octobre 2000) -
Mac OS X Bêta Publique Kodiak 13 septembre 2000 - -
Mac OS X 10.0 Cheetah 24 mars 2001 10.0.4 (22 juin 2001) -
Mac OS X 10.1 Puma 25 septembre 2001 10.1.5 (6 juin 2002) -
Mac OS X 10.2 Jaguar 24 août 2002 10.2.8 (3 octobre 2003) -
Mac OS X 10.3 Panther 24 octobre 2003 10.3.9 (15 avril 2005) janvier 2006
Mac OS X 10.4 Tiger 29 avril 2005 10.4.11 (14 novembre 2007) août 2009
Mac OS X 10.5 Leopard 26 octobre 2007 10.5.8 (5 août 2009) mars 2012[26]
Mac OS X 10.6 Snow Leopard 28 août 2009 10.6.8 V1.1 (25 juillet 2011) 8 avril 2014[27]
Mac OS X 10.7 Lion 20 juillet 2011[28] 10.7.5 (19 septembre 2012) -
OS X 10.8 Mountain Lion 25 juillet 2012[29] 10.8.5 (12 septembre 2013) -
OS X 10.9 Mavericks 22 octobre 2013[30] 10.9.5 (18 septembre 2014)[31] -
OS X 10.10 Yosemite 16 octobre 2014[32] 10.10.1 (17 novembre 2014)[33] -

Par ailleurs, à chaque version d'OS X correspond une version de Mac OS X Server, le numéro de la version ayant été synchronisé à partir de Mac OS X 10.0. En effet, Mac OS X Server 1.0 n'était qu'un portage rapide d'OpenStep, tandis que les versions 10 sont, quant à elles, fondées sur OS X.

Processeurs supportés[modifier | modifier le code]

OS X a été programmé dès le départ de façon à pouvoir être facilement adapté à une autre architecture processeur[34]. C'est l'ordre que Steve Jobs avoue (le 6 juin 2005 lors de la WWDC 2005) avoir donné à ses équipes dès le début de la conception de Mac OS X, tout en rajoutant « Just in case … » (« Au cas où … »)[35] avec un air amusé.

La première version de Mac OS X pour Intel est ainsi diffusée au grand public depuis le 10 janvier 2006 en même temps que la sortie des nouvelles gammes MacBook Pro et iMac ; c'est une 10.4.4 en version Universal binaries (compatible à la fois avec Intel et PowerPC).

La dernière version de Mac OS X pour processeurs PowerPC est la 10.5.8 (Leopard). La version 10.6 (Snow Leopard), intégrant le 64 bits, et toutes les versions suivantes, ne fonctionnent que sous processeur Intel : les processeurs PowerPC ne sont ainsi plus supportés à partir de cette version du système d'Apple[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Open at the source, Apple
  2. Essai d'OS X 10.7 « Lion »
  3. Le X se lit « dix », voir par exemple What is an operating system (OS)? sur le site web d’Apple.
  4. La partie UNIX 3.0, nommée Darwin, est sous licence BSD alors que les autres logiciels du système sont propriétaires.
  5. A Brief History of Mac OS X
  6. (en) Why Apple Sees Next as a Match Made in Heaven - The New York Times, 23 décembre 1996
  7. « Mac OS X : 75 millions d'utilisateurs dans le monde », Comment ça marche,‎ 9 juin 2009
  8. (en) OS Platform Statistics - W3Schools
  9. Cuk.ch
  10. Section du site d'Apple
  11. Blog de Wil Shipley
  12. http://news.zdnet.co.uk/internet/security/0,39020375,39172277,00.htm
  13. http://www.tomsguide.fr/article/virus-top-securite,2-813-5.html
  14. http://nexus404.com/2011/08/09/windows-7-is-more-secure-than-os-x-reports-coming-from-black-hat-conference-indicate-os-x-not-as-secure-as-windows-7/
  15. http://www.zdnet.com/blog/hardware/black-hat-os-x-networks-are-significantly-more-vulnerable/14130
  16. http://www.numerama.com/magazine/24183-microsoft-est-il-desormais-plus-sur-qu-apple.html
  17. (en) communiqué de la société d'antivirus DrWeb
  18. 600 000 Mac infesté par le Cheval de Troie Flashback
  19. Mac OS X : le troyen Flashback infecte plus de 550 000 machines, Vincent Hermann, PcInpact, 5 avril 2012.
  20. Premier virus sérieux sur en 30 ans de Mac OS
  21. [1]
  22. http://www.securelist.com/en/analysis/204792255/Kaspersky_Security_Bulletin_2012_The_overall_statistics_for_2012#2
  23. Lion : le roi de la sécurité
  24. http://macosrumors.com/2011/02/27/full-system-encryption-macosx-lion/
  25. http://db.tidbits.com/article/8405
  26. https://security.berkeley.edu/content/mac-os-x-leopard-version-105-end-support?destination=node/207
  27. « MAC OS X 10.6 SNOW LEOPARD : FIN DU SUPPORT LE 8 AVRIL 2014 »
  28. http://www.apple.com/macosx/
  29. http://www.mac4ever.com/news/71724/os_x_mountain_lion_rugira_demain/
  30. http://www.macg.co/os-x/2013/10/os-x-mavericks-est-gratuit-et-disponible-ce-soir-77445
  31. « OS X 10.9.5 est disponible »
  32. « iOS 8.1 disponible lundi prochain, OS X Yosemite dès aujourd'hui »
  33. « La version finale d'OS X Yosemite disponible pour les développeurs »
  34. (en) « Live from WWDC: Apple switches to Intel. What does it all mean? », sur http://www.siliconvalleywatcher.com,‎ 6/6/2005 (consulté le 28/10/2014)
  35. (en) « Steve Jobs as Apple's CEO: a retrospective in products », sur http://www.theverge.com,‎ 25/08/2011 (consulté le 28/10/2014)
  36. http://www.apple.com/macosx/specs.html

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Mactel Power Mac G5 Power Mac G4 iMac Power Macintosh Macintosh Quadra Macintosh Portable Macintosh SE/30 Macintosh II Plus (Apple) Macintosh 128K A/UX A/UX A/UX Mac OS 9 Mac OS 9 Mac OS 9 Mac OS 8 Mac OS 8 Mac OS 8 Mac OS 8 System 7 (Apple) System 7 (Apple) System 7 (Apple) System 7 (Apple) System 6 (Apple) Mac OS Mac OS Mac OS Mac OS Mac OS OS X Yosemite OS X Mavericks Mac OS X v10.8 Mac OS X v10.7 Mac OS X v10.6 Mac OS X v10.5 Mac OS X v10.4 Mac OS X v10.3 Mac OS X v10.2 Mac OS X v10.1 Mac OS X v10.0 Mac OS X Public Beta Mac OS X Server 1.0 Macworks Plus II Macworks Plus Sun Remarketing Macworks Finder Finder Finder Finder Finder Finder Finder Finder