OSGi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
OSGi Service Platform
Développeur OSGi Alliance
Dernière version 5 (juin 2012)
Licence OSGi Specification License
Site web www.osgi.org

L’OSGi Alliance (précédemment connue sous le nom de Open Services Gateway initiative) est une organisation fondée en mars 1999. L’Alliance et ses membres ont spécifié une plate-forme de services fondée sur le langage Java qui peut être gérée de manière distante. Le cœur de cette spécification est un framework (canevas) qui définit un modèle de gestion de cycle de vie d’une application, un répertoire (registry) de services, un environnement d'exécution et des modules. Fondés sur ce framework, un grand nombre de couches (layers) OSGI, d’API et de services ont été définis :

  • journalisation (log ou Data logging = enregistrement chronologique des données),
  • gestion des configurations (configuration management), des préférences,
  • le service HTTP (en exécutant des servlets),
  • l’analyse syntaxique XML,
  • l’accès aux dispositifs (Device Access),
  • l’administration de paquetage (Package Admin),
  • l’administration des permissions (Permission Admin),
  • le niveau de démarrage (Start Level),
  • la gestion des utilisateurs (User Admin),
  • le connecteur d'ES (IO Connector; IO = Input Output = Entrées Sorties),
  • la gestion des connexions (Wire Admin),
  • Jini, l’exportateur UPnP (UPnP Exporter),
  • le pistage applicatif (Application Tracking),
  • les paquets signés (Signed Bundles),
  • les services déclaratifs (Declarative Services),
  • la gestion de l’énergie (Power Management),
  • la gestion des dispositifs (Device Management),
  • les politiques de sécurité (Security Policies),
  • diagnostic/contrôle et organisation en couches du cadriciel (Diagnostic/Monitoring and Framework Layering).

Étendue du framework OSGi[modifier | modifier le code]

Le framework implémente un modèle de composants dynamique et complet, comblant un manque dans les environnements Java/VM traditionnels. Les applications et composants (se trouvant sous la forme de bundles pour le déploiement) peuvent être installés, arrêtés, démarrés, mis à jour et désinstallés de manière distante sans nécessiter de redémarrage ; la gestion des classes/paquetages Java est spécifiée de manière très détaillée. La gestion du cycle de vie est effectuée à travers une API en appliquant une politique de gestion des téléchargements distants. Le répertoire (registry) de services permet aux bundles de détecter l’addition de nouveaux services, ou la suppression de services et de s'y adapter.

Description graphique de l’architecture

L'objectif original se focalisait sur les passerelles (gateways) de services mais sa mise en application s’est avérée bien plus étendue. Les spécifications sont désormais utilisées dans des applications allant des téléphones portables à l’IDE Eclipse (sous-projet Equinox). D’autres domaines d'application incluent les automobiles, l’automatisme industriel, les PDAs, le calcul grid, les loisirs (e.g. iPronto), la gestion de flottes et les serveurs d'applications.

Processus de spécification[modifier | modifier le code]

La spécification OSGI est développée par les membres du consortium au travers d’un processus ouvert et rendu disponible gratuitement sous la OSGi Spécification Licence. L’alliance OSGI possède un programme de conformité qui est ouvert aux membres seulement. À la date d'octobre 2007, la liste des implémentations certifiées se résume à six entrées.

Organisation[modifier | modifier le code]

L’OSGi Alliance a été fondée par Ericsson, IBM, Oracle, Sun Microsystems et d’autres en mars 1999.

On trouve parmi ses membres à la date de mai 2007 plus de 35 compagnies comme IONA Technologies, Ericsson, Deutsche Telekom, IBM, Makewave (anciennement Gatespace Telematics), Motorola, Nokia, NTT, Oracle, ProSyst, Red Hat, Samsung Electronics, Siemens, et Telefonica.

L’alliance possède un bureau de directeurs qui fournit une gouvernance globale de l'organisation. Les OSGi officers ont des rôles et des responsabilités variés dans ce cadre. Les travaux techniques sont conduits au sein de l’Expert Groups et ont pour objectifs de développer les spécifications, d’établir des implémentations de référence et de produire des tests de validation et de conformité. Ces Expert Groups, travaillant de concert, ont produit quatre versions majeures à la date de 2007. Les travaux non-techniques sont conduits par divers groupes et comités.

Il existe des groupes d’experts dédiés pour l’entreprise, le mobile, les véhicules et les core platforms. L’Enterprise Expert Group (EEG) est le plus récent EG et s'adresse aux applications entreprise/côté serveur.

Composition du bureau (Board of Directors) en Mars 2008[modifier | modifier le code]

  • Dan Bandera (IBM)
  • John R. Barr, Ph.D (Motorola)
  • Edward Cobb (BEA)
  • Anish Karmarkar (Oracle)
  • Ryutaro Kawamura, Ph.D (NTT)
  • Seok-Ha Koh (Samsung)
  • Kimmo Löytänä (Nokia)
  • Frank Mittag (SAP)
  • Stan Moyer (Telcordia)
  • Eric Newcomer (IONA)
  • Susan Schwarze, Dr. (ProSyst)

Versions de spécification[modifier | modifier le code]

  • OSGi Release 1 (R1): mai 2000
  • OSGi Release 2 (R2): octobre 2001
  • OSGi Release 3 (R3): Mars 2003
  • OSGi Release 4 (R4): octobre 2005 / septembre 2006
    • Core Specification (R4 Core) : octobre 2005
    • Mobile Specification (R4 Mobile / JSR-232) : septembre 2006
  • OSGi Release 4.1 (R4.1): mai 2007 (AKA JSR-291)
  • OSGi Release 4.2 (R4.2): septembre 2009 (AKA JSR-294)

Nouveautés dans la Release 4 d’OSGI[modifier | modifier le code]

  • Nouvelles capacités très puissantes de modularisation améliorant grandement les services réseaux qui partagent une même et seule VM.
  • Classe modularisée partageant et cachant les détails d’implémentation.
  • Gestion avancée des multiples versions de la même classe si bien que d’anciennes et nouvelles applications peuvent partager la même VM.
  • Localisation des manifestes de bundle OSGI permettant le déploiement des services n’importe où.
  • Amélioration de la politique de sécurité.
  • Une spécification déclarative des services qui résout les problématiques d'empreinte mémoire pour permettre aux dispositifs embarqués d'utiliser un service orienté architecture pour leurs applicatifs.

Frameworks OSGi[modifier | modifier le code]

L’implémentation de référence de l’OSGi Alliance n’est pas conçue pour un contexte de production, mais sert de référence pour d'autres implémentations.

Les frameworks “production-ready” sont proposés par divers éditeurs, aussi bien Open Source que commerciaux. Les deux approches ont des avantages et des inconvénients.

Les frameworks commerciaux OSGi[modifier | modifier le code]

Les frameworks commerciaux sont et doivent être certifiés, et ciblent des applications plus pointues nécessitant des optimisations. Ils permettent également de prendre en compte des besoins spécifiques des clients par l’ajout de modules correspondants à leurs besoins, ou des implémentations correspondant à leur architecture matérielle (par exemple dans le domaine des appareils mobiles, les architectures sont très variées). Tout cela a évidemment un coût, et lie les clients avec leur fournisseur. Mais ceci est contre-balancé par le fait que la spécification est libre, et que des implémentations open source existent, permettant éventuellement à un coût raisonnable de changer de fournisseur.

Les frameworks OSGi Open Source[modifier | modifier le code]

Les frameworks sont généralement moins ciblés dans le type d’application envisagé - ou au contraire focalisent sur un domaine bien spécifique comme Eclipse/Equinox ou/et sont dominés par une seule entreprise, qui a découplé son framework d'un produit commercial existant, ou qui a conçu le cadriciel au départ comme un produit commercial devenu Open Source. L’important est tout de même la visibilité du code rendue par la mise en Open Source de ce code.

Liste des cadriciels OSGi Open source[modifier | modifier le code]

  • Equinox (OSGi-Framework) – du projet Eclipse (Enterprise)
  • mBedded Server Equinox Edition – fondé sur le framework Equinox d’Eclipse ci-dessus
  • Oscar – originellement un projet universitaire, puis développé sous le nom de projet Apache Felix ci-dessous
  • Apache Felix – projet de la communauté Apache
  • Knopflerfish – originellement commercialisé comme un produit embarqué de Gatespace
  • Concierge – Implémentation très légère pour les mobiles et les systèmes embarqués
  • Jadabs – implémentation rudimentaire selon l'expression : “A dynamic lightweight container for small devices in a distributed environment”

Guides et échanges d'information[modifier | modifier le code]

OSGi dans le cadre du processus JCP[modifier | modifier le code]

OSGi est inscrit en tant que JSR 291: Dynamic Component Support for Java SE dans le cadre du processus Communautaire Java (JCP) comme le modèle de composant dynamique officiel pour les développements java – à côté de la "JSR 232: Mobile Operational Management", qui traite des problématiques des mobiles traités par JME. La JSR-232 correspond à la spécification Mobile R4 (MEG) et la JSR-291 correspondant à OSGi R4.1.

Liste des JSR associées[modifier | modifier le code]

  • RFC-2608 (Service Location Protocol)
  • Sun JINI (Java Intelligent Network Infrastructure)
  • Sun JCP JSR-8 (Open Services Gateway Specification)
  • Sun JCP JSR-232 (Mobile Operational Management)
  • Sun JCP JSR-246 (Device Management API)
  • Sun JCP JSR-249 (Mobile Service Architecture for CDC)
  • Sun JCP JSR-277 (Java Module System)
  • Sun JCP JSR-291 (Dynamic Component Support for Java SE - AKA OSGi 4.1)
  • Sun JCP JSR-294 (Improved Modularity Support in the Java Programming Language)

Standards technologiques associés[modifier | modifier le code]

Exemples de projets utilisant OSGi[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Jitsi », Aosabook.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]