Organisation européenne de coopération économique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis OECE)
Aller à : navigation, rechercher
Affiche prônant le plan Marshall

L’Organisation européenne de coopération économique (OECE) (en anglais Organisation for European Economic Co-operation (OEEC) est l'ancêtre de l'OCDE. Fondée le 16 avril 1948, pendant l'aide économique de l'OTAN, elle eut la charge initiale de répartir les crédits accordés par le Plan Marshall entre les pays de l'Europe occidentale. Elle contribua également à la libéralisation des échanges et permit le renforcement de la coordination économique entre les pays membres.

Création[modifier | modifier le code]

Le « Programme de rétablissement européen » ou Plan Marshall avait pour condition la création d'une organisation européenne permettant aux États de gérer eux-mêmes les fonds versés par les États-Unis pour leur reconstruction.

L'OECE est créée par la convention du 16 avril 1948 de coopération économique européenne, à l'issue de la conférence de Paris. Elle compte 18 membres : l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Islande, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse, et la Turquie, ainsi que la future République fédérale d'Allemagne (constituée alors d'une part, par la bizone groupant les zones d'occupation américaine et britannique ; d'autre part par la zone française. Quelques semaines après ces deux entités constituèrent une trizone). Le Territoire libre de Trieste a également participé aux travaux de l'OECE jusqu'au règlement de son statut définitif en 1954.

Les objectifs de l'OECE sont la coordination de l'effort de reconstruction de l'Europe occidentale, le resserrement des liens économiques des membres et la libéralisation du commerce et des échanges monétaires.

Compositions[modifier | modifier le code]

L'OECE est dirigée par un Conseil réunissant tous les États membres (normalement au niveau de leurs ambassadeurs), et prenant ses décisions à l'unanimité. Celui-ci est assisté d'un Comité exécutif de 7 membres désignés chaque année par le Conseil. Les travaux sont conduits au sein d'une quinzaine de comités thématiques.

Ils s'appuient sur le Secrétariat général de l'Organisation, ancêtre de celui de l'OCDE et installé comme lui au château de la Muette, à Paris. La fonction de Secrétaire général fut exercée successivement par le Français Robert Marjolin (1911-1986) de 1948 à 1955, puis son compatriote René Sergent.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Les pressions américaines conduisent les Européens à libéraliser le commerce de la moitié des échanges privés, dans les secteurs de base (biens alimentaires, matières premières) et les biens manufacturés. L'OECE contribue ainsi au mouvement général d'abaissement des barrières aux échanges commerciaux dans le cadre du GATT, sans toutefois parvenir à créer une union douanière.

L'OECE accomplit également un important travail d'harmonisation et d'échange d'informations statistiques.

L'OECE permet en outre la conclusion de plusieurs accords sectoriels :

  • en septembre 1950, avec effet rétroactif au 1er juillet, l'Union européenne des paiements permet de créer un cadre multilatéral de compensation monétaire, obligatoire et automatique, entre États membres, en lien et place du réseau d'accords bilatéraux conclus entre États membres. Le clearing est fondé (comme au FMI) sur une grille de parités fixes (étalon-or), et s'appuie sur les moyens techniques de la BRI. L'UEP favorise le rétablissement de la confiance monétaire entre participants et la reprise des échanges commerciaux. Il permet la convertibilité partielle des monnaies européennes entre elles. En 1958, la convertibilité avec le dollar est rétablie et l'UEP est dissoute.
  • En 1952, fondation d'une Agence européenne de productivité qui contribue à former les travailleurs européens aux normes de productivité (fordisme) prévalant aux États-Unis. L'AEP est financée pour l'essentiel par les États-Unis ; son budget atteint jusqu'à 40 % de celui de l'OECE.
  • en octobre 1953, avec l'Espagne mais sans l'Islande ni l'Irlande, création d'une Conférence européenne des ministres des transports, organisation internationale à part entière ayant eu, pour l'essentiel, un rôle modeste comme forum de débats. La CEMT appartient toujours au système institutionnel de l'OCDE.
  • en 1957, création d'une Agence européenne pour l'énergie nucléaire (ENEA), devenue en 1972 l'Agence de l'énergie nucléaire (AEN) de l'OCDE.

À l'issue du Plan Marshall (1952), l'OECE décline et se trouve instrumentalisée par l'OTAN (qui s'appuie sur ses comités pour alimenter ses propres travaux). La création de la CEE en 1957 bouleverse sa situation et fait échouer, notamment, la conclusion d'un accord de libre-échange dans le cadre de l'Organisation.

L'OCDE, comprenant aussi les États-Unis et le Canada, se substitue à l'OECE lors de l'entrée en vigueur de sa convention fondatrice, en 1961.

Trois questions fondamentales

  • Quoi produire?
  • Comment produire?
  • Pour qui produire ?

Modèles d'organisation économique

  • Économie de marché
  • Économie planifiée
  • Économie mixte

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]