OC Oerlikon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oerlikon.

OC Oerlikon

alt=Description de l'image OC Oerlikon logo.JPG.
Dates clés 2006 transformation de UNAXIS vers OERLIKON
Action 14,14 millions d'actions
Slogan Enabling High Technology
Siège social Pfäffikon (Schwytz) (Suisse)
Direction Dr. Michael Buscher
Actionnaires Victor Vekselberg
Activité Technologies PVD, textile, vide, transmissions
Produits Balzers, Balinit, Leybold, Saurer, Graziano
Société mère Victory Finanzgesellschaft
Filiales 150 reparties dans 38 pays
Effectif >17000 (en 2011)
Site web http://www.oerlikon.com
Chiffre d’affaires en diminution 2,0 milliards CHF (2011)
Résultat net 50 millions CHF (2011)
Plaque de constructeur de locomotive Oerlikon à Winterthur (1921)

OC Oerlikon (SWX : OERL) anciennement appelée Unaxis, est un conglomérat d'entreprises suisses de technologies.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée en 1906, sous le nom de Schweizerische Werkzeugmaschinenfabrik Oerlikon (SWO) [1] dans la ville de Oerlikon près de Zurich, la société se transforme et change de nom en 1973 pour devenir Oerlikon-Buehrle Holding AG puis, à la suite d'une réorganisation interne Unaxis. En 2005, l'entreprise autrichienne Victory Industriebeteiligung AG acquiert la majorité des actions d'Unaxis à la suite d'une offre publique d'achat hostile et lance un vaste programme de restructuration.

En mai 2006, la société change une fois de plus de nom pour devenir OC Oerlikon, en référence à son nom originel. Les lettres OC signifient One Company (une seule entreprise en anglais)[2].

En 2009, le groupe technologique schwyzois est en proie à de très graves difficultés financières et prévoit une diminution des effectifs de 1 400 emplois en 2010[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. http://www.oerlikon.com/en/company/historical-milestones/
  2. Neue Zürcher Zeitung: Aus Unaxis wird OC Oerlikon, 24 mai 2006
  3. Le Temps, 2 avril 2010