O. Z. Whitehead

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Whitehead.

O. Z. Whitehead

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dans The Hoodlum (1951)

Nom de naissance Oothout Zabriskie Whitehead
Surnom Zebby
Naissance 1er mars 1911
New York
État de New York, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 29 juillet 1998 (à 87 ans)
Dublin, Irlande
Profession Acteur
Films notables Les Raisins de la colère (1940)
Les Cavaliers (1959)
Le Lion en hiver (1968)
Séries notables Alfred Hitchcock présente (1960-1961)

Oothout Zabriskie Whitehead, né le 1er mars 1911 à New York (État de New York), mort le 29 juillet 1998 à Dublin (Irlande), est un acteur américain, connu comme O. Z. Whitehead.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1933, O. Z. Whitehead débute au théâtre à Broadway (New York), dans la pièce The Lake, aux côtés de Katharine Hepburn. Jouant régulièrement jusqu'en 1939 sur les planches new-yorkaises, il y participe en tout à neuf pièces et à trois revues. Citons également Hamlet de William Shakespeare en 1936, avec Leslie Howard (qui est aussi metteur en scène et producteur) dans le rôle-titre.

Au cinéma, son deuxième film (après un premier sorti en 1935), l'un de ses plus connus, est Les Raisins de la colère (1940) de John Ford, avec Henry Fonda, déjà croisé à Broadway lors d'une revue représentée en 1934. Il retrouve le réalisateur sur trois autres films notoires, La Dernière Fanfare (1958, avec Spencer Tracy), puis deux westerns avec John Wayne, Les Cavaliers (1959) et L'Homme qui tua Liberty Valance (1962).

Peu après le tournage de son dernier film américain, L'Été magique de James Neilson (avec Hayley Mills), sorti en 1963, O. Z. Whitehead choisit de s'installer définitivement en Irlande, à Dublin (où il meurt en 1998), cette décision étant liée à sa conversion au bahaïsme. Dans son pays d'adoption, il poursuit ses activités au théâtre (notamment à l'Abbey Theatre de Dublin) et au cinéma. Ainsi, il contribue à quelques films britanniques et irlandais (voire à des coproductions), le plus connu étant Le Lion en hiver (1968) d'Anthony Harvey, où il retrouve Katharine Hepburn, aux côtés de Peter O'Toole. Son dernier film (le trente-septième) est un court métrage irlandais sorti en 1997, où il prête simplement sa voix.

À la télévision enfin, entre 1953 et 1995, O. Z. Whitehead apparaît dans vingt-et-une séries (essentiellement aux États-Unis), dont Alfred Hitchcock présente (deux épisodes, diffusés respectivement en 1960 et 1961).

Notons encore qu'en 1966, il crée un prix portant son nom (« O. Z. Whitehead Award »), destiné à encourager les auteurs irlandais de pièces brèves, tel Dermot Bolger, récompensé en 1990 pour Blinded by the Light.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Pièces, sauf mention contraire

À Broadway[modifier | modifier le code]

À Dublin[modifier | modifier le code]

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans Les Raisins de la colère (1940)

À la télévision (séries)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]