O. D. Anosike

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
O. D. Anosike Portail du basket-ball
Fiche d’identité
Nom complet Oderah Anosike
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 3 janvier 1991 (23 ans)
New York (États-Unis)
Taille 2,03 m (6 8)
Poids 109 kg (240 lb)
Surnom O. D.
Situation en club
Club actuel Drapeau de la France Strasbourg IG
Numéro 23
Poste Ailier fort
Carrière universitaire ou amateur
2010-2013 Saints de Siena
Draft NBA
Année 2013
Position Non drafté
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
2013-2014
2014
Scavolini Pesaro
Strasbourg
14,3
-

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Oderah "O. D." Anosike (né le 3 janvier 1991 à Staten Island dans la ville de New York aux États-Unis) est un joueur américain de basket-ball évoluant au poste d'ailier fort. Il joue actuellement à Strasbourg en Pro A.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Anosike rejoint la NCAA en 2010 avec les Saints de Siena. Les performances d'Anosike lors de sa première saison sont négligeables avec seulement 2,7 points et 3,4 rebonds de moyenne en 12,1 minutes par match[1]. Cependant, il est l'un des seuls joueurs de l'équipe à jouer durant les 34 matchs de la saison[1].

Pendant la 2e saison d'Anosike, il compila 8,9 points et 6,8 rebonds par match[1]. L'année suivante, Anosike finit avec 15,0 points et 12,5 rebonds de moyenne. Grâce à ses performances, il devint le meilleur rebondeur de NCAA et fit parti de la All-MAAC First Team[1][2]. Lors de cette saison 2011-2012, Anosike compila 17 double-double d’affilée, ce qui est un record pour Siena et la seconde plus longue série de ces 15 dernières années en Divison I de NCAA[1].

Lors de sa dernière saison avec Siena, Anosike fut une nouvelle fois le meilleur rebondeur du pays avec 11,4 prises par match[3]. L'analyste d'ESPN, Jay Bilas déclara au sujet d'Anosike qu'il était le meilleur rebondeur universitaire[4].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après sa non-sélection lors de la draft NBA 2013, Anosike signe avec le Scavolini Pesaro, un équipe italienne de Lega A[5]. Anosike termine sa saison avec 14,3 points et 13,1 rebonds de moyenne, ce qui fait de lui le meilleur rebondeur du championnat en 2014[6]. Le 18 mai 2014, il signe à Strasbourg en tant que pigiste médical du pivot français Romain Duport pour le reste des playoffs[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

O. D. Anosike est le fils de Ben et Ngozi Anosike, des immigrés nigérians[1],[7]. Il a sept frères et sœurs : Nicky, Nneoma, Rotanna, Ikenna, Ifesinachi, Anulika et Ejimofor[1]. Une de ses sœurs, Nicky Anosike, joue également au basket-ball, d'abord avec les Volunteers du Tennessee en NCAA où elle remporta deux titres[1] puis en WNBA[1]. Bien que son nom de naissance soit Oderah, son surnom "O. D." date de son enfance[7]. Á ce sujet, Anosike expliqua que "Á l'école maternelle, les enfants n'arrivaient pas à prononcer Oderah, donc ma mère dit 'Appelez-le O. D., les deux premières lettres de son nom' et c'est resté depuis."[7]. Oderah signifie "ce que Dieu a écrit ne peut être éffacé"[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « O. D. Anosike » (voir la liste des auteurs)

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « O. D. Anosike profile », sur SienaSaints.com, Siena College,‎ 2012
  2. (en) « O.D. Anosike », sur sports-reference.com, Sports Reference LLC
  3. (en) « Rebounds Per Game Leaders », National Collegiate Athletic Association
  4. (en) Tom Benoit, « ESPN’s Jay Bilas Names OD Anosike Top Rebounder », sur 4GuysInBlazers.com
  5. (it) Davide Perugini, « Euro Hoop Series 2013: Pesaro si presenta al suo pubblico », sur BasketInside.com,‎ 18 septembre 2013
  6. a et b « O.D. Anosike, pigiste médical de Romain Duport », sur sigbasket.fr,‎ 18 mai 2014
  7. a, b, c et d (en) Jack Styczynski, « Siena Rebounder Jumps Out of a Shadow », The New York Times,‎ 21 février 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]