Nyotaimori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nyotaimori

Le nyotaimori (女体盛り?) (littéralement « présentation sur le corps d'une femme »), plus connu sous le nom de « corps sushi », consiste à manger des sashimis ou des sushis présentés sur le corps d'une femme nue.

Ce sous-genre des jeux avec de la nourriture est souvent considéré comme étant une pratique typiquement japonaise attirant l'attention de nombre de médias internationaux. Le fait d'être présentés sur un corps humain confèrerait aux sushis, sashimis et makis une température voisine de celui-ci. Mais l'origine du nyotaimori reste floue, aucun restaurant au Japon ne proposant ce type de service. Cette pratique est plutôt considérée au Japon comme jeu sexuel et non comme une tradition culinaire, bien qu'elle soit présentée ainsi dans les autres pays du monde.

Rituel[modifier | modifier le code]

Avant de devenir un plat de service vivant, la personne est « dressée » à rester parfaitement immobile pendant des heures. Elle doit également être capable de résister à une exposition prolongée au froid des aliments. Son corps sera épilé, y compris le pubis (l'étalage de la pilosité pubienne peut être interprété comme un acte sexuel[réf. nécessaire]). Avant le service, la personne devra se baigner et se savonner avec un savon spécial sans parfum puis s'asperger d'eau froide pour abaisser la température de la peau (surtout pour les sushis qui doivent être consommés frais).

Dans certaines contrées[Où ?], l'interposition d'un film plastique ou d'un autre matériau entre la peau de la personne et les aliments est obligatoire afin de souscrire aux règles d'hygiène. De plus, le fait d'envelopper la personne nue dans un film étirable peut également être perçu comme un fétichisme évoquant une momification.

Variantes[modifier | modifier le code]

Nantaimori[modifier | modifier le code]

Plus rare que son homologue féminin, le nantaimori (男体盛り?) consiste à présenter les aliments sur le corps d'un homme.

Bondage[modifier | modifier le code]

Une autre variante de présentation d'aliments sur un corps humain est le bondage sushi bar, qui peut se voir lors de réunions festives sadomasochistes en Europe et, plus particulièrement au Royaume-Uni. La personne assumant le rôle de présentoir est ligotée afin d'empêcher tout mouvement de sa part. Comme son homologue féminin, il s'agit d'une forme d'humiliation.

Réceptions mondaines[modifier | modifier le code]

Bien que légale dans la plupart des juridictions, la pratique du nyotaimori peut poser problème dans certaines sociétés « conservatrices »[réf. nécessaire].

En Afrique du Sud, le nyotaimori organisé le à l'occasion de la fête d'anniversaire du millionnaire Kenny Kunene fait scandale et est perçu comme « anti-ANC et anti-révolutionnaire » par le Congrès national africain[1].

Occident[modifier | modifier le code]

Les médias occidentaux rapportent le phénomène qui se répand aux États-Unis et en Allemagne en le présentant sous un faux jour au point qu'il soit perçu au Japon comme étant une pratique d'origine européenne[2].

  1. Par ailleurs le nyotaimori est au centre de l'intrigue du film Sushi Girl sorti en 2011 avec entre autres Mark Hamill et Sony Chiba

Chine[modifier | modifier le code]

Le nyotaimori est, à l'heure actuelle, interdit en Chine[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Afrique du Sud: Un millionnaire fait scandale après une fête où des sushis étaient gobés à même des corps de femmes, 20 minutes, 2 février 2011, (page consultée le 5 février 2011).
  2. Naked Sushi Night Coming To Minneapolis, 13 février 2008
  3. http://english.peopledaily.com.cn/200505/23/eng20050523_186358.html] « "The State Administration of Industry and Commerce issued a notice over the weekend banning meals served on naked bodies" (Le ministère de l'Industrie et du Commerce a publié ce week-end un avis interdisant les repas servis sur des corps nus). »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]