Nymphes des bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nymphes des bois est une œuvre musicale de Josquin des Prés. Elle est sous-titrée Déploration sur la mort de Jean Ockeghem.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un lamento composé en février 1497 à l'occasion de la mort de Johannes Ockeghem, son prédécesseur et maître de l'école franco-flamande. Cette pièce à cinq voix (superius, altus, contratenor, tenor et bassus) est basée sur un poème de Jean Molinet et comprend le texte liturgique du Requiem Aeternam en tant que cantus firmus, assuré par la voix de ténor. Dans la première partie, Josquin imite clairement le style contrapuntique du vieil homme. La seconde partie est marquée par son aspect plus harmonique avant que l'ensemble du chœur ne reprenne en finale l'incantation « Requiescat in pace ».

Cette chanson est une des œuvres les plus connues de Josquin et une des pièces mémorielles les plus prenantes et les plus émouvantes jamais écrites.

Texte[modifier | modifier le code]

Nimphes des bois, deesses des fontaines
Chantres expers de toutes nations
Changés vos voix tant cleres et haultaines
En cris tranchans et lamentations
Car d'Atropos les molestations
Vostr' Ockeghem par sa rigueur attrappe
Vray tresoir de musicque et chief d'oeuvre
Qui de trépas désormais plus n'eschappe
Dont grant domaige est que la terre coeuvre.
Accoutrez vous d'habits de doeul,
Josquin, Brumel, Pierchon, Compere,
Et plourez grosses larmes d'œil
Perdu avez vostre bon pere,
Requiescat in pace. Amen.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Annie Cœurdevey, « Josquin des Prés, Nymphes des bois, déploration sur la mort de Johannes Ockeghem : de l'étude des sources à l'analyse. », dans Musurgia. Analyse et pratique musicale (Vol. VII, n°3-4), Paris, 2001, pp. 49-81

Liens externes[modifier | modifier le code]