Nyctinastie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nyctinastie chez la Luzerne marine (Medicago marina) :
A. Feuilles en « position de veille » le jour.
B. Feuilles en « position de sommeil » la nuit.

En botanique, la nyctinastie est un mouvement (nastie) répondant à la variation jour/nuit (dans le langage populaire, on l'appelle mouvement de veille et de sommeil) qui a deux origines : la photonastie (variation journalière de la lumière) ou la thermonastie (variations quotidiennes de température). Ce phénomène ne doit pas être confondu avec l'héliotropisme qui est la variation de l'orientation des feuilles pour suivre la lumière (ex. : Helianthus annuus).

Description[modifier | modifier le code]

Ouverture d'une fleur de primevère.

Ces mouvements généralement circadiens se rencontrent uniquement chez les végétaux supérieurs en réponse à l'apparition de l'obscurité. Cela se traduit par exemple par la fermeture des pétales d'une fleur à la tombée du jour, l'arrêt du mouvement des feuilles (possédant souvent alors un organe spécialisé à leur base, le pulvinus) pour un grand nombre de légumineuses ou le repli des feuilles chez la Sensitive Mimosa pudica.

Ces mouvements sont associés à la lumière diurne mais également aux variations de température (thermonastie telle la Tulipe ou le Crocus) et sont contrôlés par l'horloge circadienne et les récepteurs phytochromes.

Mécanisme[modifier | modifier le code]

La lumière provoque la mise en place d’une onde de dépolarisation des membranes, induisant une dépolarisation membranaire, notamment vis-à-vis de la perméabilité du calcium Ca2+. Les modifications de concentrations intracellulaires étant modifiées, on observe une modification de la turgescence des cellules, due à des différences de pression osmotique. Ces variations différentielles de turgescence entre la face supérieure et inférieure d'un organe (feuille, pétale) sont à l’origine de modifications du repliement de ces organes.

L'horloge florale de Linné[modifier | modifier le code]

Carl von Linné, le naturaliste suédois, s'est intéressé aux mouvements des sépales et pétales des fleurs suite aux observations de son fils Carl von Linné le Jeune dans son mémoire Horologium Plantarum. Au chapitre IX Adumbrationes (Ébauches) de son ouvrage Philosophia botanica (1751) il émet une idée originale : celle d'une « horologium florae », une horloge de Flore réglée sur l'ouverture, l'épanouissement et la fermeture des pétales de certaines fleurs (elle lui donnait, paraît-il, l'heure à une demi-heure près).

Linné attribue un nom différent à trois groupes de fleurs :

  • Meteorici : les fleurs qui s'ouvrent ou se ferment selon l'influence des conditions météorologiques (rythme biologique circannuel).
  • Tropici : celles qui sont sous l'influence de la longueur des jours (photonastie).
  • Aequinoctiales : celles qui s'ouvrent et se ferment à heure fixe, quel que soit le temps qu'il fait (nyctinastie).
Horloge florale à Mexico

Linné n'utilise que les Aequinoctiales et son horloge est progressivement complétée pour devenir la suivante :


Cette horloge se révèle en fait peu précise, l'ouverture et la fermeture de toutes ces fleurs ne dépendant pas seulement de la luminosité mais aussi de la latitude (Linné enseignant dans la ville suédoise d'Uppsala), la température (thermonastie), l'humidité (hydronastie)...

Les observations de Linné déclenchèrent l'idée chez les jardiniers du XIXe siècle de planter des « horloges de fleurs » : le cadran étant divisé en 12 segments, chaque segment contenant une fleur spécifique. Cette idée a été reprise aussi par Jean Françaix composant le concerto L'Horloge de Flore.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Chez l'oxalis, les feuilles se referment en fin de journée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • LINNE, Carl Von. , Philosophia botanica, éditeur : Viennae Austriae : Typis Joannis Thomae Trattner, 1763.