Nyamuragira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nyamuragira
Image reconstituée et déformée du Nyamuragira à gauche et du Nyiragongo à droite vus depuis le sud.
Image reconstituée et déformée du Nyamuragira à gauche et du Nyiragongo à droite vus depuis le sud.
Géographie
Altitude 3 058 m
Massif Montagnes des Virunga
Coordonnées 1° 24′ 29″ S 29° 12′ 00″ E / -1.408, 29.2 ()1° 24′ 29″ Sud 29° 12′ 00″ Est / -1.408, 29.2 ()  
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Province Nord-Kivu
Géologie
Type Volcan rouge
Activité Actif
Dernière éruption 6 novembre 2011 - début 2012
Code 0203-02=
Observatoire Goma Volcano Observatory

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

(Voir situation sur carte : République démocratique du Congo)
Nyamuragira

Le Nyamuragira, également appelé Girungo-Namlagira, Namlagira, Nyamlagira ou plus fréquemment Nyamulagira[1], est un volcan de la République démocratique du Congo[2]. Volcan le plus actif d'Afrique, il est capable de produire des coulées de lave de plus de trente kilomètres de longueur qui atteignent ainsi le lac Kivu[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Image satellite du Nyamuragira (en haut à gauche), du Nyiragongo (au centre) et d'une partie du lac Kivu (en bas). Les aplats de couleur rouge mettent en évidence les coulées de lave du Nyiragongo émises de 2000 à 2002. Celles récentes du Nyamuragira sont en partie visibles en haut et à gauche de l'image en magenta.

Le Nyamuragira est situé à l'extrême est de la République démocratique du Congo, à proximité de la frontière rwandaise située au sud-est[3]. Faisant partie des montagnes des Virunga, il est l'un des volcans de la branche occidentale de la vallée du grand rift. Il est entouré par la ville de Burungu au nord-ouest, le Nyiragongo au sud-sud-est, le lac Kivu à 25 kilomètres au sud et la ville de Sake au sud-ouest[3].

Le Nyamuragira culmine à 3 058 mètres d'altitude à une caldeira sommitale de deux kilomètres de largeur pour 2,3 kilomètres de longueur cernée par des falaises d'une centaine de mètres de hauteur[2]. Contrairement à son voisin immédiat le Nyiragongo, les pentes du Nyamuragira, caractéristiques des volcans boucliers, sont peu prononcées et confèrent au volcan un volume de 500 km3[2]. Elles sont ponctuées de fissures et de cônes de scories et sont couvertes sur 1 500 km2 de coulées de lave basaltiques à teneur élevée en potassium qui sont très étendues, très longues, parfois jusqu'à plus de trente kilomètres, et ayant atteint le lac Kivu à certaines occasions[2]. La morphologie du fond de la caldeira qui a accueilli plusieurs lacs de lave successifs durant le XXe siècle est fréquemment modifiée par les éruptions volcaniques[2].

À l'exception des coulées de lave récentes, le Nyamuragira est couvert d'une forêt équatoriale, y compris dans le fond de la caldeira[2]. Le volcan est inclus dans le parc national des Virunga[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première éruption observée par des Occidentaux date de 1865[5]. Ses éruptions suivantes sont d'indice d'explosivité volcanique de 0 à 2 et émettent des coulées de lave qui font parfois des morts comme en 1912[5].

L'éruption de 1921 au avec une interruption du 17 au est la première à produire un lac de lave[5]. Se déroulant dans la caldeira et sur les flancs de la montagne via des fissures éruptives, elle est accompagnée d'explosions parfois phréatiques de faible ampleur, de coulées de lave qui provoquent des dégâts matériels ainsi que d'un tsunami sur le lac Kivu[5]. Au total, un volume de 330 millions de mètres cubes de lave sera émis durant ces 19 ans d'activité[5].

D'autres éruptions produiront des lacs de lave comme celles de 1948, 1951, 1976, 1986 et 2004[5]. L'éruption du 27 novembre au n'a pas produit de lac de lave mais des coulées émises depuis des fissures éruptives ouvertes sur les pentes du volcan sans qu'elles ne produisent ni dégât matériel, ni victimes[5]. Du 2 au [5], le volcan entre en éruption avec l'émission de coulées de lave se dirigeant vers le parc national des Virunga[6]. Une nouvelle fissure d'un kilomètre de longueur s'ouvre sur le flanc du volcan dans la soirée du avec la formation de fontaines de lave qui donnent naissance à des coulées[7]. Les rougeoiements du ciel sont visibles toute la nuit depuis Goma et le lendemain, un important panache volcanique s'élève du lieu de l'éruption[7].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :