Numerus clausus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression numerus clausus (ou numérus clausus en nouvelle orthographe) provient du latin où elle signifie littéralement « nombre fermé ».
Elle caractérise la limitation -conformément à une décision prise par une autorité publique ou professionnelle- du nombre de personnes admises à concourir, à exercer une fonction ou un métier, à recevoir un grade, etc... Cette limitation, exprimée par la fixation d'un effectif limite est censée permettre le déploiement de moyens nécessaire et suffisant pour répondre aux besoins.

Domaines d'application[modifier | modifier le code]

Études médicales en France[modifier | modifier le code]

Le Numerus clausus découle d'une Loi de 1979, permettant de fixer directement par arrêté ministériel le nombre d'étudiants pouvant être admis en deuxième année de médecine, d'odontologie, de pharmacie et sages-femmes. De ce fait, il ne s'agit plus de passer un examen mais de réussir un concours pour accéder à un nombre restreint de places à pourvoir : L'étudiant ne se « bat » plus seulement contre lui-même, mais aussi contre les autres pour satisfaire sa réussite.

Mesures discriminatoires[modifier | modifier le code]

Le numerus clausus peut également être utilisé comme mesure discriminatoire à l’encontre d’une catégorie de personnes seulement. Par exemple, sous le régime de Vichy, les juifs sont exclus de la fonction publique, de l’enseignement et voient leur accès à l’Université ou aux professions libérales limité par un numerus clausus.

Critiques du «Numerus clausus»[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :