Noyers-sur-Cher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noyers.
Noyers-sur-Cher
La chapelle Saint-Lazare.
La chapelle Saint-Lazare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Canton Saint-Aignan
Intercommunalité Communauté de communes Val de Cher - Saint-Aignan
Maire
Mandat
Philippe Sartori
2014-2020
Code postal 41140
Code commune 41164
Démographie
Population
municipale
2 798 hab. (2011)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 39″ N 1° 24′ 02″ E / 47.2775, 1.40055555556 ()47° 16′ 39″ Nord 1° 24′ 02″ Est / 47.2775, 1.40055555556 ()  
Altitude Min. 63 m – Max. 121 m
Superficie 22,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte administrative du Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Noyers-sur-Cher

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique du Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Noyers-sur-Cher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyers-sur-Cher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyers-sur-Cher

Noyers-sur-Cher est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre. Comme son nom l'indique l'étymologie est « noyer » et les habitants s'appellent les Nucériens (du latin nux noix).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Noyers-sur-Cher
Saint-Romain-sur-Cher Saint-Romain-sur-Cher Châtillon-sur-Cher
Mareuil-sur-Cher Noyers-sur-Cher Châtillon-sur-Cher
Saint-Aignan / Seigy Seigy / Couffy Couffy / Châtillon-sur-Cher

Le village possède un patrimoine historique typique avec la chapelle Saint-Lazare, ancienne léproserie datant du XIIe siècle, et l'église Saint-Sylvain au cœur du village. Répartie entre forêt et prairie, le moulin à vent, la pierre fite (dolmen), l'ancienne briqueterie, le canal avec ses écluses et ses ponts levis, les loges de vigne retiendront la curiosité du visiteur. De la forêt de Gros-Bois et des coteaux viticoles, le territoire de la commune descend en pentes douces et s'étire le long des boucles du Cher.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr noyers sur cher (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Noyers-sur-Cher se blasonnent ainsi :

De gueules au poisson d'argent en barre et à la grappe de raisin feuillée d'une pièce d'or brochant en bande, flanqués de deux champignons aussi d'argent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bas latin nucarius = noyer aboutit régulièrement à noyer ; et l’accusatif pluriel nucarios à noyers. Noyer désigne l’arbre et, par métonymie, son bois.
Noyers, janvier 1501 (Archives Nationales-JJ 234, n° 143, fol.) ; Noyers, 1740 (Bibliothèque Municipale d’Orléans, Ms 995, fol. 167) ; Noyers, XVIIIe s. (Carte de Cassini).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Philippe Sartori DVD conseiller général (2001-)

Noyers fait partie de la Communauté de communes Val de Cher - Saint-Aignan, et du Pays de la Vallée du Cher et du Romorantinais.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 798 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
636 744 762 908 1 104 1 139 1 220 1 372 1 522
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 567 1 679 1 777 1 830 1 849 1 921 1 900 1 832 1 822
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 946 1 950 1 851 1 773 1 811 1 794 1 916 1 876 1 850
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 969 2 089 2 261 2 600 2 603 2 602 2 818 2 839 2 798
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (32 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 18 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 29,7 %) ;
  • 51,4 % de femmes (0 à 14 ans = 16,4 %, 15 à 29 ans = 12,9 %, 30 à 44 ans = 16,4 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 34,2 %).
Pyramide des âges à Noyers-sur-Cher en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90  ans ou +
1,0 
11,4 
75 à 89 ans
15,1 
17,5 
60 à 74 ans
18,1 
19,9 
45 à 59 ans
20,1 
18,4 
30 à 44 ans
16,4 
13,9 
15 à 29 ans
12,9 
18,0 
0 à 14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département du Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le général François Auguste Logerot est né à Noyers le 1er février 1825, il a été le ministre de la Guerre du gouvernement Tirard (12 décembre 1887-3 avril 1888) pendant la crise boulangiste.
  • Pierre Tassin, né le 21 janvier 1837 à Noyers-sur-Cher, homme politique français du Second Empire et de la IIIe République.
  • Saint Sylvain de Noyers, censé protéger et guérir, a été l'objet d'un « voyage » (pèlerinage) fréquenté jusqu'au XIXe siècle.
  • Curiosité : dans l'album Hortensia du Samba (les Disques Bien), la chanson "Mon bel amant du Berry" mentionne l'église de Noyers-sur-Cher :

"Et sans espoir de réconfort

Confiera à sa vieille mère

Qu' une femme l'attend dans un port

Et qu'elle adresse ses prières

Au Dieu Français à Oxala

A tous les saints aux dieux de pierre

De l'église de Noyers-sur-Cher

Pour qu'il retourne sur ses pas"[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Schweitz, Le voyage à saint Silvain de Noyers, vu par le Tourangeau Victor Le Febvre (1877). Pèlerinages et médecine populaire entre Touraine, Sologne et Berry, Mémoires de la Société des sciences et lettres de Loir-et-Cher, 60, 2005, p. 187-218.