Noyelles-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noyelles-sur-Mer
Paysage de Noyelles
Paysage de Noyelles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Nouvion
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Nouvion-en-Ponthieu
Maire
Mandat
Jean-Michel Gay
2014-2020
Code postal 80860
Code commune 80600
Démographie
Gentilé les Noyellois
Population
municipale
767 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 11′ 04″ N 1° 42′ 35″ E / 50.1844444444, 1.7097222222250° 11′ 04″ Nord 1° 42′ 35″ Est / 50.1844444444, 1.70972222222  
Altitude Min. 0 m – Max. 42 m
Superficie 20,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyelles-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyelles-sur-Mer

Noyelles-sur-Mer est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Des alluvions se sont déposées dans les Salines. En plaine, le sol est composé de silice mêlée à plus ou moins d'argile. Du côté de Sailly-Bray, il est plutôt marécageux. Dans les bas-champs, il est soumis au dessèchement[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Côté sud, vers la baie, l'altitude n'excède pas trois mètres. En allant vers l'est, les terres s'élèvent jusqu'à 12 mètres. Un point de vue intéressant se dévoile alors vers Saint-Valery-sur-Somme, Le Hourdel et Le Crotoy[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Riot qui prend sa source à Nolette se jette dans le Dien. La vallée du Dien rejoint la baie de Somme. Fin XIXe siècle, le Dien qui prend sa source à Nouvion, alimente encore deux moulins : un à Bonnelle, l'autre à Noyelles[1].

La nappe phréatique affleure et en cas de fortes pluies, des caves peuvent être inondées.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune et tempéré océanique.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

Vers 1890, la commune comprend six dépendances ou hameaux[1] :

  • La Comterie,
  • Nolette,
  • les Salines et les Carrières,
  • le Pont à brebis,
  • Sailly-Bray,
  • Bonnelle.

Une digue protège la commune du danger présenté par les hautes marées pouvant provenir de la baie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ponthoile Nouvion Rose des vents
Saint-Valery-sur-Somme N Sailly-Flibeaucourt
O    Noyelles-sur-Mer    E
S
Saigneville et Boismont Port-le-Grand

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du IVe siècle au XIVe siècle, on trouve Nigella, Noella supra summum[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le chemin de fer depuis 1847, avec la ligne de Longueau à Boulogne-Ville, qui dessert la gare de Noyelles.
Elle était également desservie par les chemins de fer départementaux de la Somme, dont les lignes Noyelles - Le Crotoy et Noyelles - Saint-Valery sont désormais exploitées par un chemin de fer touristique, le chemin de fer de la baie de Somme.
Le cimetière chinois de Nolette : son porche d'entrée, d'un style typique, visible au fond, comporte des inscriptions en mandarin.

Nigella est d'origine ancienne. À Sailly-Bray, on a trouvé des haches celtiques, des tuiles plates à rebords et des tessons de poterie rouge et noire, des figurines égyptiennes qui peuvent faire présumer que les Phéniciens, vinrent sur ses bords[1].

Lorsque les comtes du Ponthieu eurent fortifié Abbeville et que celle-ci prit de l'importance comme havre maritime[2], ils élevèrent une forteresse à Noyelles à l'embouchure de la Somme. C'était une citadelle avancée contre les incursions et les invasions des pirates.

  • Les cercueils de pierre découverts à Sailly-Bray appartiennent à l'époque gallo-romaine et aux premiers siècles de la monarchie française[3].


  • En 1194, Noyelles obtint une charte communale copiée sur celle d'Abbeville.
  • En 1217, naissance d'une collégiale dédiée à Notre-Dame : Guillaume III, comte de Ponthieu, établit dans l'église un chapitre composé de douze chanoines et d'un doyen[4].


  • Pendant la Première Guerre mondiale, Noyelles abritera une importante base arrière britannique dont un grand camp de travailleurs immigrés chinois. Près de 12 000 coolies furent recrutés par l'armée britannique entre 1917 et 1919 dans le cadre du Corps de travailleurs chinois, pour des tâches civiles à l'arrière du front mais certains connaitront les zones de combat. À ce titre, ils représentent l'une des premières immigrations chinoises en France. Ils avaient l'interdiction de se mêler à la population civile du lieu et étaient affectés à des tâches ingrates et rudes. Beaucoup sont morts d'une épidémie de choléra qui a sévi dans le camp, de tuberculose et surtout de la grippe espagnole en 1918-1919, certains furent tués au combat. Le cimetière chinois de Nolette regroupe 849 stèles de marbre blanc ornées d'inscriptions en anglais ("Faithful unto Death" ou " Though death he still liveth" ou encore "A good reputation endures for ever") ainsi que d'idéogrammes en chinois et sur quelques-unes, très rares, le nom du défunt. La Commonwealth War Graves Commission entretient ici le plus grand cimetière chinois d'Europe.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'argent à la fasce d'azur, accompagné en chef de trois fleurs de lys de gueules et en pointe d'une molette de sable.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1977 Gilbert Dercourt    
1977 1983 Bernard Grenu    
1983 1989 Claude de Valicourt    
1989 avril 2014 Michel Letocart    
avril 2014[6] en cours
(au 9 avril 2014)
Jean-Michel Gay    
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 767 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590 515 512 639 615 565 675 726 754
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
733 751 780 790 802 807 851 837 883
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
930 938 936 918 963 904 939 901 905
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
984 939 908 813 802 742 834 848 773
2011 - - - - - - - -
767 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'entrée du cimetière chinois de Noyelles-sur-Mer.
Tombe de Yang Shiyue 楊十月 originaire du Shandong au cimetière chinois de Noyelles-sur-Mer[9].
Fête de la vapeur 2009 à la Gare de Noyelles
  • Le Cimetière chinois de Nolette[10], où sont inhumés 849 des travailleurs chinois, est plus grand cimetière chinois de France. La plupart travaillait au camp chinois de l'armée britannique situé sur la commune entre 1917 et 1919.
  • Le gué de Blanquetaque ("Blanche tache"), un passage historique de l’embouchure de la Somme. Il n’est plus utilisé depuis la construction du canal de Saint Valéry sur Somme à Abbeville en 1786.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Un calendrier perpétuel a été remis à cette occasion par le maire de Tungkang, M Chu-i Hsu, au conseil municipal de Noyelles-sur-Mer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Notice historique et géographique de l'instituteur, M. Warin, fin du XIXe siècle, Archives départementales de la Somme, Amiens
  2. Anciennement, on appelait havre un port de mer.
  3. François-César Louandre, Histoire d'Abbeville et du comté de Ponthieu jusqu'en 1789, vol. reprise de 1883, t. Tome 1, 67, rue Saint-Jacques - 75005 Paris, Lorisse éditeur-diffuseur,‎ 6 avril 1998, 14e éd., 439 p. (ISBN 2-84435-013-5), p. 13.
  4. François-César Louandre, Histoire d'Abbeville et du comté du Ponthieu jusqu'en 1789, Le Livre d'histoire, Paris, réédit., 1988
  5. L'écho du canton, communauté de communes du canton de Nouvion, 4e trim. 2000, édit. Norsud S.A. Saleux - 80480.
  6. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 9 avril 2014, p. 13.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  9. Commonwealth War Graves Commission référence erronée dans la base du CWGC: Cheng Hang Tzu
  10. http://www.somme-photos.com/article-noyelles-sur-mer-le-cimetiere-chinois-de-nolette-113669604.html

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :