Noyant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noyant (homonymie).
Noyant
Blason de Noyant
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Noyant
Intercommunalité C.C. du Canton de Noyant
Maire
Mandat
Gabriel Quignon
2014-2020
Code postal 49490
Code commune 49228
Démographie
Gentilé Noyantais, Noyantaise
Population
municipale
1 907 hab. (2011)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 46″ N 0° 06′ 59″ E / 47.5127777778, 0.11638888888947° 30′ 46″ Nord 0° 06′ 59″ Est / 47.5127777778, 0.116388888889  
Altitude Min. 51 m – Max. 89 m
Superficie 27,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Noyant

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Noyant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyant
Liens
Site web Ville de Noyant

Noyant est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Située dans la partie orientale de l'Anjou, cette petite ville se trouve à l'Est de Baugé et d'Angers. Son territoire est essentiellement rural.
La ville est le siège de la communauté de communes et un centre administratif et commercial.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette petite ville angevine de l’ouest de la France se situe dans l'Est du Baugeois, à 17 km à l'Est de Baugé, à 51 km à l'Est d'Angers et à 45 km à l'Ouest de Tours, et à 10 km de l'Indre-et-Loire[1].

Le Baugeois est la partie nord-est du département de Maine-et-Loire. Il est délimité au Sud par la vallée de l'Authion et celle de la Loire, et à l'Ouest par la vallée de la Sarthe[2].

Aux alentours[modifier | modifier le code]

La commune de Noyant est constituée de nombreux hameaux : La Guillomière, les Misérables, Bré Girard, le Petit Beaulieu, le Vau Rouleau, le Coudray, les Hardonnières, la Guilbotière, les Robertières, le Plessis au Maire, les Malicotières, etc.

Les communes aux alentours sont Méon (2 km), Dénezé-sous-le-Lude (3 km), Auverse (5 km), Breil (5 km), La Pellerine (6 km), Meigné-le-Vicomte (6 km), Linières-Bouton (6 km), Chavaignes (7 km), Chalonnes-sous-le-Lude (7 km) et Lasse (8 km)[1].

Rose des vents Chavaignes
Pontigné
Denézé
Chalonnes
Marcilly Rose des vents
Baugé
Lasse
Auverse
N Meigné
O    Noyant    E
S
La Lande-Chasles
Mouliherne
Méon
La Pellerine
Linières-Bouton
Channay-sur-Lathan

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie de 51 à 89 mètres[3], pour une altitude moyenne de 70 mètres.

Son territoire s'étend sur plus de 27 km2 (2 741 hectares)[3]. Situé sur un plateau, son sous-sol est composé notamment de falun (sables coquilliers).

Végétation[modifier | modifier le code]

Si Noyant est faiblement boisé, les forêts de Chandelais, de Monnaie, de Pont Ménard, de Chambiers, de Château la Vallière et de Bareille l'entoure[4]. La commune se situe sur l'unité paysagère du Plateau du Baugeois[5].

Une partie du territoire de la commune figure à l'inscription[6] de

  • Natura 2000 pour la Zone de protection spéciale du Lac de Rillé et les forêts avoisinantes,
  • Inventaires des Zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique des Massifs forestiers de la Breille, de Pont-Ménard, de la graine de sapin et des zones de transition,
  • Eau et milieux aquatiques pour les Schémas d'aménagement et de gestion des eaux de l’Authion et du Loir.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat angevin est tempéré, de type océanique. Il est particulièrement doux, compte tenu de sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelées rares et les étés ensoleillés.
Le climat du Baugeois est plus continental : plus sec et chaud l'été[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Noyant compte plusieurs cours d'eau : la rivière de la Marconne, et son affluent le ruisseau d'Hunon, la rivière le Lathan et le ruisseau la Fontaine[4].

Son territoire dépend de trois bassins versants que sont le bassin du Loir au Nord et à l’Est, le bassin du Lathan au Sud et le bassin du Couasnon à l’Ouest.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Dans le bourg s'entrecroisent les routes départementales D767 et D141 (Nord direction Le Lude, Sud-Ouest direction Linières-Bouton et Sud-Est direction Parçay-les-Pins), et D766 (Est direction Château-la-Vallière et Ouest direction Baugé)[4].

Transports en commun : La commune est desservie par deux lignes d’autobus du réseau interurbain de Maine-et-Loire AnjouBus. La ligne 2b Angers-Seiches-Noyant, en passant par Baugé, et la ligne 16 Saumur-Noyant, en passant par Parçay les Pins et Breil[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

En 2008, le nombre total de logements dans la commune était de 934[9]. Parmi ces logements, 88 % étaient des résidences principales, 4 % des résidences secondaires et 9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour une part de 92 % des maisons et de 7 % des appartements. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 1 % étaient des studios, 4 % des logements de deux pièces, 21 % de trois pièces, 30 % de quatre pièces, et 43 % des logements de cinq pièces ou plus[9].

Les résidences principales construites avant 2006, dataient pour 38 % d'avant 1949, 19 % entre 1949 et 1974, 25 % entre 1975 et 1989, et 18 % entre 1990 et 2005[9].

Le nombre de ménages propriétaires de leur logements était de 60 %, proportion identique à la moyenne départementale (60 %), et le nombre de ménages locataires était de 38 %. On peut également noter que 2 % des logements étaient occupés gratuitement[9].

L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale, rapporté au nombre de ménages, était de 10 % depuis moins de deux ans, 17 % entre deux et quatre ans, 15 % entre cinq et neuf ans, et 58 % de dix ans et plus[9].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Novientus en 644, Noent en 1186, Noient en 1190, Noientum en 1291, Noiant en 1607, Noyant ou Noyant-sous-le-Lude aux XVIIIe et XIXe siècles[10], Noyant en 1793 et 1801[11].

Son nom tiendrait son origine du gaulois Novios et du gallo-romain NoVientum, signifiant ville nouvelle[12].

D'autres communes possèdent le nom de « Noyant » : dans le département, Noyant-la-Gravoyère et Noyant-la-Plaine, d'où parfois l'appellation de Noyant-sous-le-Lude pour apporter une distinction[12], et hors département, Noyant-et-Aconin (02), Noyant-d'Allier (03) et Noyant-de-Touraine (37).

Nom des habitants : Les Noyantais[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Noyant

Héraldique :

d'argent à trois fasces de gueules[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Au carrefour de grandes voies antiques, dès les temps antiques le domaine est une villa royale[10].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

On retrouve la trace du domaine, inscrit à la dotation du Chapitre de Tours, dès le VIIIe siècle[10].

La fondation de l'église ne parait pas antérieure au XIe siècle. Il existait, comme dans plusieurs autres paroisses d'Anjou, deux cures qui furent réunies en 1293[10].

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Carte de l'Anjou au XVIIIe siècle.
(Cliquez pour agrandir)

En 1788, l'état de la paroisse est défavorable, une des plus mauvaises de la région. Isolée, sans artisanat, elle regorge de mendiants désœuvrés l'hiver. Les moutons y sont petits et la laine de mauvaise qualité[12].

À la fin de l'Ancien Régime (royaume de France), Noyant releve du Doyenné de Bourgueil, du Grenier à sel et de l’Élection de Baugé, et du bailliage de La Flèche[12].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution, en 1790 Noyant est chef-lieu du canton de Noyant-sous-le-Lude[12] (département de Maine-et-Loire) et rattaché au district de Baugé, puis en 1800 à l'arrondissement de Baugé et, à sa disparition en 1926, à l'arrondissement de Saumur[11].

Au XIXe siècle se déroule chaque année dans le Baugeois des comices cantonaux particulièrement dynamiques, que ce soit sur le canton de Baugé, celui de Seiches, de Durtal ou encore celui de Noyant. À l’époque c'est l'occasion de démonstrations, notamment pour les outils de travail du sol[14].

À la fin du XIXe siècle est construit la ligne de chemin de fer du Petit Anjou, dont la ligne Angers-Noyant passait par Lasse, Auverse et Noyant[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Municipalité en 1790, Noyant, chef-lieu de canton, intégré jusqu'en 1926 à l'arrondissement de Baugé. Le Conseil municipal est composé de 19 élus[16].

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
1791   Pierre Mitier    
An II   René Chignard    
An IX   Charles Fronteau    
1808   de Crochard    
1813   Michel Poirier    
1815   Fr.-Jacques Legros    
1830   Poirier    
1835   Lebrun    
1842   Eugène-Marie Gouin    
1852   Théodore Raveneau    
1855   Emery Besrois    
1865   Henri Cochard    
1878   Auguste Varailhon    
1888   Édmée de Beaumont    
1892   Eugène Mistouflet    
1896   René Charpentier    
1900   Henri Noirot    
1904   Eugène Doisneau    
1912   Henri Godineau    
1929   Louis Chasle    
1935   Henry Roumy    
1945   Étienne Maureille    
1947   Eugène Nourrisson    
1953   Paul Boudon    
1965   Albert Guérin    
1977   Paulette Havard    
1978   Edmond Chaussepied    
1989 mars 2014 Jean-Luc Girault    
mars 2014 en cours Gabriel Quignon[18]    

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

Les comptes de la commune de Noyant de l'année 2013[19]
Chiffres clés En milliers d'Euros En euros par habitant Chiffres 2000
Total des produits de fonctionnement (A) 1 936 977 1 410
Total des charges de fonctionnement (B) 1 729 873 1 208
Résultat comptable (R=A-B) 206 104 201
Total des ressources d'investissement (C) 568 287 1 301
Total des emplois d'investissement (D) 573 289 974
Besoin ou capacité de financement des investissements (E=D-C) 5 3 -326
Encours de la dette au 31/12 634 320 2 027
Annuité de la dette 216 179 90
Budget principal seul - Population légale en vigueur au 1er janvier de l'exercice 2013 : 1 982 habitants


Les taux de fiscalité 2013[20]
Fiscalité locale Taux
Taxe d'habitation (y compris THLV) 16,71 %
Foncier bâti 17,66 %
Foncier non bâti 32,22 %
Foncier non bâti (taxe additionnelle) 26,89 %
Cotisation foncière des entreprises 15,24 %
Taux votés pour l'année 2013[21].


Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune ne comporte pas de jumelage[22].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Canton de Noyant. Créée en 2000, cette structure intercommunale regroupe quinze communes : Auverse, Breil, Broc, Chalonnes-sous-le-Lude, Chavaignes, Chigné, Dénezé-sous-le-Lude, Genneteil, Lasse, Linières-Bouton, Meigné-le-Vicomte, Méon, Noyant, Parçay-les-Pins et La Pellerine[23],[24].

La communauté de communes est membre du Pays des Vallées d'Anjou, structure administrative d'aménagement du territoire, comprenant six communautés de communes : Beaufort-en-Anjou, Canton de Baugé, Canton de Noyant, Loir-et-Sarthe, Loire Longué et Portes-de-l'Anjou[25].

La commune fait également partie du SICTOD Nord Est Anjou, membre du SIVERT, syndicat intercommunal de valorisation et de recyclage thermique des déchets de l’Est Anjou, qui se trouve à Lasse[26].
Elle fait également partie du SIVU AEP de la région de Noyant pour le traitement de l'eau potable[23].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Noyant fait partie du canton de Noyant (chef-lieu) et de l’arrondissement de Saumur.

Le canton de Noyant comporte les quinze mêmes communes que celles de la communauté de communes. C'est l'un des quarante et un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département.

Noyant fait partie de la troisième circonscription de Maine-et-Loire, composée de huit cantons, dont Baugé et Longué-Jumelles. Cette circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'administrations judiciaires à Noyant.

Le Tribunal d'instance et le Conseil de prud'hommes se situent à Saumur. Le Tribunal de grande instance, la Cour d'appel, le Tribunal pour enfants et le Tribunal de commerce se trouvent à Angers, tandis que le Tribunal administratif et la Cour administrative d'appel se situent à Nantes[27].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 907 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 044 464 1 075 1 123 1 200 1 280 1 306 1 421 1 425
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 448 1 518 1 517 1 508 1 512 1 515 1 518 1 551 1 591
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 568 1 620 1 622 1 601 1 538 1 546 1 534 1 574 1 599
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 632 1 638 1 698 1 815 1 722 1 839 1 892 1 890 1 896
2011 - - - - - - - -
1 907 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2004[29].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 13,4 %, 30 à 44 ans = 18,6 %, 45 à 59 ans = 17,2 %, plus de 60 ans = 30,7 %) ;
  • 52,7 % de femmes (0 à 14 ans = 17 %, 15 à 29 ans = 12 %, 30 à 44 ans = 17,9 %, 45 à 59 ans = 16,8 %, plus de 60 ans = 36,4 %).
Pyramide des âges à Noyant en 2008 en pourcentage[30]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,4 
90  ans ou +
2,4 
12,5 
75 à 89 ans
14,7 
16,8 
60 à 74 ans
19,3 
17,2 
45 à 59 ans
16,8 
18,6 
30 à 44 ans
17,9 
13,4 
15 à 29 ans
12,0 
20,1 
0 à 14 ans
17,0 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[31].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Noyant est la ville la plus importante du canton. C'est le centre administratif et commercial de la région.

Plusieurs services publics sont présents sur la commune : mairie, école maternelle et primaire, avec cantine, maison de l'enfance, collège, maison de retraite, centre de secours, gendarmerie, poste, trésorerie[32].

Il existe une maison des services publics qui accueille des permanences de services départementaux et qui abrite les associations d’aide aux personnes en recherche d’emploi, la banque alimentaire et des associations dédiées à l’enfance[33].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'Académie de Nantes, on trouve sur la commune de Noyant trois écoles, un collège et une maison familiale[33] :

  • école maternelle publique Relais-du-Petit-Verger,
  • école élémentaire publique Les Moisillons,
  • école privée Sainte-Marie,
  • collège Porte d'Anjou,
  • maison familiale Castelfréo.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune comporte plusieurs médecins généralistes, un dentiste, des infirmiers, des kinésithérapeutes, deux pharmacies, ainsi qu'un certain nombre d'autres professions paramédicales comme un service d'ambulance.

L’hôpital local se situe à Baugé (95 places) ainsi que plusieurs maisons de retraite[34].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Outre un service de ramassage des ordures ménagères (collecte sélective), on trouve sur la commune une déchèterie (ZI Grolleau)[33].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage sur Noyant était de 14 551 €, pour une moyenne sur le département de 17 211 €[35].

En 2008, ce même revenu était sur Noyant de 14 610 €[36].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 189 établissements présents sur la commune à fin 2010, 20 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 10 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 44 % de celui du commerce et des services et 18 % du secteur de l'administration et de la santé[37].

En 2008, sur les 191 établissements présents sur la commune, 41 % relevaient du secteur du commerce et des services[36].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Quatre zones industrielles accueillent une quinzaine d'industries, entreprises et coopératives agricoles[33].

On trouve sur la commune un marché hebdomadaire (vendredi), et un grand nombre de commerces : alimentation, boucherie, boulangerie-pâtisserie, brocante, coiffure, confection, électroménager, fleurs, informatique, institut de beauté, librairie papeterie, optique, pompes funèbres, quincaillerie. Il existe aussi plusieurs commerces de restauration et d'hébergement (cafés, restaurants, hôtels)[33].

Plusieurs industries et artisans sont présents sur la commune : industrie de tournage, fabrication de centrales à enrobé, agroalimentaire, galvanisation, couture et broderie, fabrique d'essieux, électricité, espaces verts, plomberie, chauffage, garages, menuisiers, serrurerie, etc[33].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Liste des appellations présentes sur le territoire[38] sur le territoire :

  • IGP Cidre de Bretagne ou Cidre breton,
  • IGP Bœuf du Maine,
  • IGP Porc de la Sarthe,
  • IGP Volailles du Maine,
  • IGP Volailles de Loué,
  • IGP Œufs de Loué.

Activité économique de la région[modifier | modifier le code]

Ville la plus importante du canton, Noyant se trouve au cœur de l'activité économique.

Sur le territoire cantonal on trouvait 667 établissements à fin 2010, répartis en 43 % dans le secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 7 % dans le secteur de l'industrie, 9 % dans celui de la construction, 31 % dans le secteur du commerce et des services et 10 % dans celui de l'administration et de la santé[39].

Seuls 5 % des établissements comptaient plus de 10 salariés, pour 8 % sur l'ensemble du département[39].

En 2009, sur les 650 établissements présents, 44 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour 18 % sur l'ensemble du département) et 30 % de celui du commerce et des services (pour 52 % sur le département)[40].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Sites inventoriés[modifier | modifier le code]

Bien que la commune de Noyant ne comporte pas d'inscriptions aux Monuments historiques[41], elle compte plusieurs inscriptions au Patrimoine[42].

  • Auberge de saint-Martin, place de l'église, édifice datant du XVIIe siècle ou XVIIIe siècle, rebâti dans la 1re moitié du XIXe siècle
  • Château fort de Galmer du XVIe siècle, transformé en ferme.
  • Château de Brérobert, dont il ne subsiste qu'une partie transformée en habitation.
  • Château d'Hunon du XVIe siècle, transformé au XVIIIe siècle.
  • Château du Plessis, transformé au XVIIIe siècle, qui a conservé une chapelle du XVIe siècle.
  • Église Paroissiale Saint-Martin, construite au XIe siècle, dépendait du chapitre de Saint-Martin de Tours.
  • Maisons, 9 et 13 route de Baugé, jardins XIXe siècle.
  • Maison, 30 route de Baugé, XIXe siècle.
  • Maison, 3 route de Breil, cour et enclos XIXe siècle.
  • Maison, 8 rue de l'église, presbytère XIXe siècle.
  • Maison, 20 rue de la Gare, jardin XIXe siècle.
  • Maison, 1 place de Longue, cour XIXe siècle.
  • Maison, 8 place de la Lune, XIXe siècle.
  • Maison, 5 route du Mans, jardin XIXe siècle.
  • Maison, 8-10 route du Mans, cour XIXe siècle.
  • Maison, 15 route du Mans, cour jardin et enclos XIXe siècle.
  • Maison, 6-8 route de Méon, cour XIXe siècle.
  • Maison, 8 rue du Plessis, cour enclos remise et étable à chevaux XIXe siècle.
  • Maison, 1 route de Saumur, XIXe siècle.
  • Maisons, 10 et 15 route de Tours, cours XIXe siècle.
  • Maison, 31 route de Tours, XIXe siècle.
  • Maison, 43 route de Tours, cour et jardin XIXe siècle.
  • Presbytère, place de l'église, édifice datant du XIVe siècle ou XVe siècle, façades et dispositions intérieures remaniées 1re moitié du XVIIIe siècle, école.

Autres lieux[modifier | modifier le code]

  • Collection de fossiles visible à la mairie.

À voir également dans la région, les monuments historiques des communes de Auverse, Breil, Dénezé, Genneteil, Lasse, ainsi que les sites mégalithiques de Broc et de Chigné.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
    Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Noyant (49), consulté le 8 novembre 2011
  2. P.Wagret J.Boussard J.Levron S. Mailliard-Bourdillon, Visages de l'Anjou, Horizons de France, 1951, p. 10
  3. a et b IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011 - Données consultables sur WikiAnjou.
  4. a, b et c IGN et BRGM, Géoportail Noyant (49), consulté le 7 octobre 2010
  5. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 58 à 71 - Données consultables sur WikiAnjou.
  6. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, Liste des zonages recensés sur la commune de Noyant, consultée le 6 octobre 2010
  7. Comité Météorologique Départemental, Le Climat de Maine-et-Loire, consulté le 18 juin 2011
  8. Réseau interurbain de Maine-et-Loire, Réseau AnjouBus, données mises à jour le 9 novembre 2011
  9. a, b, c, d et e INSEE, Dossier complet sur la commune de Noyant (49228), consulté le 19 juin 2012
  10. a, b, c et d Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse & Dolbeau, 1878, t. 3 p. 17 et suivantes - selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  11. a et b École des hautes études en sciences sociales, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Noyant, consultée le 8 novembre 2011
    Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  12. a, b, c, d, e et f Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, Édition révisée de 1989 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 3 p. 36 et suivantes
  13. Armoiries d'argent au sanglier de sable enregistrées le 27 mars 1700, Armorial des communes de Maine-et-Loire, Le blason des communes de l'Anjou de Gérard Byron-Clouzard.
  14. Les Cahiers du Baugeois, Numéro 77, Comice agricole par Marc Berardi, 2008, p. 1 à 3
  15. Michel Raclin et Michel Harouy, Le Petit Anjou en Pays baugeois, Les Dossiers de l'AAPA n°26, éditions AAPA, 2006
  16. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales
  17. Célestin Port, Édition révisée de 1989 (op. cit.), t. 3 p. 36 Maires
  18. Mairie de Noyant, Le compte-rendu du conseil municipal du 28 mars 2014, document du 4 avril 2014
  19. « Les comptes des communes », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 12 juin 2011, mis à jour le 7 septembre 2014 - « Définition des rubriques », sur le site du Ministère de l’Économie et des Finances
  20. « Les comptes des communes, Fiscalité », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 12 juin 2011, mis à jour le 7 septembre 2014
  21. La taxe professionnelle a été remplacée en 2010 par la contribution économique territoriale (CET), composée de la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).
    Loi no 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  22. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 7 juillet 2013).
  23. a et b C. C. Noyant, Communauté de communes, consulté le 7 mai 2012
  24. Insee, Composition de l'EPCI du Canton de Noyant (244900015), consulté le 7 juillet 2013
  25. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté no 2012354-0007 portant modification des statuts du Syndicat Mixte du Pays des Vallées d'Anjou, du 19 décembre 2012
  26. SIVERT Est Anjou, SICTOD Nord Est Anjou, consulté le 6 février 2011 - Syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères et des déchets de la région Nord-Est d’Anjou regroupant dix-huit communes.
  27. Ministère de la Justice et des Libertés, Liste des juridictions compétentes pour 49490 Noyant, consulté le 17 novembre 2011
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  30. « Évolution et structure de la population à Noyant en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012)
  31. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012)
  32. Conseil général de Maine-et-Loire, Canton de Noyant, consulté le 7 janvier 2011
  33. a, b, c, d, e et f Ville de Noyant, Mairie de Noyant, consulté le 14 juin 2011
  34. Fédération Hospitalière de France, Hôpital intercommunal du Baugeois et de la Vallée (Baugé), consulté le 9 novembre 2011
  35. INSEE, Statistiques locales du territoire de Noyant, données mises à jour le 14 novembre 2011
  36. a et b Insee, Statistiques 2008 du territoire de Noyant, consultées le 12 juin 2011
  37. Insee, Statistiques locales du territoire de Noyant (49), consultées le 27 janvier 2013
  38. AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), IGP Indication géographique protégée (CE) - INAO, Fiche de Noyant (49), consultée le 6 octobre 2010
  39. a et b Insee, Statistiques locales du canton de Noyant (4922), consultées le 27 janvier 2013
  40. Insee, Statistiques 2009 du canton de Noyant, consulté le 14 novembre 2011
  41. Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine, Maine et Loire, consultée le 14 novembre 2011
  42. Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 6 octobre 2010
  43. Fondation pour la mémoire de la déportation, Commission Dora Ellrich, Biographie de Paul Boudon, consulté le 4 juin 2011