Novella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Novela.

Novella
Vue sur Novella
Vue sur Novella
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Haute-Corse
Arrondissement Calvi
Canton Belgodère
Intercommunalité Communauté de communes di E Cinque Pieve di Balagna
Maire
Mandat
Jean-Louis Massiani
2014-2020
Code postal 20226
Code commune 2B180
Démographie
Population
municipale
91 hab. (2011)
Densité 3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 35′ 07″ N 9° 07′ 04″ E / 42.5852777778, 9.1177777777842° 35′ 07″ Nord 9° 07′ 04″ Est / 42.5852777778, 9.11777777778  
Altitude 400 m (min. : 14 m) (max. : 821 m)
Superficie 30,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte administrative de Haute-Corse
City locator 14.svg
Novella

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte topographique de Haute-Corse
City locator 14.svg
Novella

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Novella

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Novella

Novella est une commune française située dans le département de la Haute-Corse et la région Corse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Novella est avec Lama, Urtaca, Pietralba et Palasca, l'une des cinq communes de la vallée de l'Ostriconi, un territoire aussi nommé Paesi d'Ostriconi, situé à l'est de la Balagne, soit l'ancienne pieve d'Ostricone et la partie occidentale de la pieve de Caccia.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Palasca Palasca, Urtaca Urtaca Rose des vents
Palasca N Lama
O    Novella    E
S
Olmi-Cappella Castifao Pietralba

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue du village

Novella se situe dans une zone dépressionnaire de l'Ostriconi, l'une des dépressions centrales séparant la "Corse schisteuse" ou l'En-Deçà-des-Monts au Nord-est de l'île, de la "Corse cristalline", restant de l'île ou l'Au-Delà-des-Monts.

Le territoire de la commune est un ensemble de collines arrondies, couvertes d'un bas tapis végétal. Son point culminant est Cima di l'Alturaia (820 m). Il est traversé au nord par l'Ostriconi.

En prenant pour départ le lieu-dit Petra Moneta au Nord, ses limites territoriales sont définies ainsi :

  • du point de jonction des trois communes de Palasca, Urtaca et Novella sur la rivière Ostriconi : une ligne part au Sud-est sur Cima di u Pallu (239 m), la Cresta di Bona Fede, rejoint le lit de l'Ostriconi et remonte son cours jusqu'au lieu-dit Valliana, limite orientale de la commune ;
  • de Valliana à l'Est, la ligne se dirige au sud en passant par la Cresta di Piana a u Rossu, Petra a Lamaccia (451 m), Pinzu di Fontanella (522 m), Bocca di Fuata Dura (583 m) où se dresse un pylône, puis se dirige sur Cima di Mitilelli (652 m), Cima di Pardinelle (625 m). A l'altitude de 585 m, la ligne descend jusqu'à la RN 197 (408 m), point marquant sa limite méridionale ;
  • de la RN 197 au Sud, la ligne part à l'ouest, descend le cours du ruisseau de Prunelli jusqu'à l'altitude de 418 m, suit une petite ligne de crête sous laquelle passe la RN 197, redescend jusqu'à elle, remonte le cours du ruisseau de Bavoso puis se dirige vers le col de San Colombano (692 m - Palasca), sans l'atteindre, via Punta di L'Alturaia (820 m) point culminant de la commune, « à cheval » sur Novella et Olmi-Cappella. La ligne atteint la limite occidentale de la commune qui se situe à 700 m au nord du col de San Colombano.
  • Du point extrême occidental ci-dessus, la ligne remonte plein nord en suivant une ligne de crête (sous celle-ci a été creusé le tunnel ferroviaire de Guadioni (338 m - 340 m)), jusqu'à atteindre le ruisseau de San Giorgio et suivre son cours sur 500 mètres. Elle repart au nord via Capo Bianco (261 m) et Cima di Rizzoso (264 m), rejoint l'Ostriconi, suit son cours sur près d'1,2 km et se termine à Petra Moneta.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ostriconi.

Il existe un réseau hydrographique dense sur Novella. Le secteur au nord du village, séparé du secteur méridional plus étroit et plus aride par une ligne de crête orientée d'ouest en est, est tributaire de l'Ostriconi.
L'Ostriconi est le principal cours d'eau de la commune qu'il longe puis traverse au nord-est de son territoire. Il reçoit les eaux de plusieurs ruisseaux, dont le ruisseau de Nuvalicce[1], le ruisseau de Salginco[2], le ruisseaude Parghinese[3] et le ruisseau de Malpruniccia[4].

Au sud, le ruisseau de Lagani[5] affluent de la Tartagine, et dont seulement une faible partie du cours longe la commune, est alimenté par quelques cours d'eau, dont les ruisseaux de Prunelli[6] et d'Albarello[7].

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Du temps de la prospérité de la Balagne (XIXe siècle), la vallée de l'Ostriconi et la plaine de Novella étaient couvertes d'oliviers lesquels assuraient la principale source de revenus. Un gigantesque incendie ravagea en 1971 les collines, détruisant toute l'oliveraie. Depuis d'autres incendies moins ravageurs se sont déclarés régulièrement. Un maquis bas reprend péniblement ses droits, composé des essences végétales communes : lentisques, cistes, myrte, asperges sauvages, etc. Au printemps de remarquables tons jaunes sont apportés au paysage et le long des routes avec la floraison des genêts de Corse (Genista corsica) et des genêts d'Espagne (Spartium junceum). Çà et là de bas et malingres chênes verts et des oliviers en touffe apparaissent au-dessus du tapis végétal. Dans ce maquis, des zones pare-feu sont créées afin de freiner l'extension rapide d'incendies et préserver ainsi l'environnement.
De nouvelles plantations d'oliviers ont été effectuées en plaine ces dernières années après des essais infructueux d'exploitation de vergers d'amandiers.

Accès routiers et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Novella se trouve hors des circuits touristiques, éloigné de la Balanina la récente RN 1197 qui a doublé la RN 197 et qui lui a ravi son nom, pour désenclaver la Balagne et la relier avec l'intérieur de l'île.

La route D12 dessert le village en reliant la RN 1197 et la RN 197. Une autre route, longue, étroite et sinueuse, permet de gagner le village depuis l'extrême nord de la commune. Son embranchement avec la RN 197 est situé au lieu-dit Petra Moneta (Palasca).

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Novella.
Gare de Novella

La voie des Chemins de fer de Corse Ligne Ponte-Leccia - Calvi traverse la commune qui est desservie par un point d'arrêt situé à 120 m plus haut que le village et à plus d'un kilomètre de celui-ci. Pour ce faire, pas moins de cinq tunnels ont été percés : tunnel de Novella, tunnel de Funtanella, tunnels de Concoli, tunnel de Cruschini et tunnel de Guadioni.

Le port de commerce le plus proche est celui de L'Île-Rousse, distant de 28 km. L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Calvi-Sainte-Catherine, distant de 50 km ; celui de Bastia se trouve à 55 km

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Bâti à 400 m d'altitude au sud de la commune à l'abri derrière des collines, le village est un balcon sur la vallée de l'Ostriconi, le massif des Agriates, avec vue sur la mer. Il fait face au village d'Urtaca par-delà la rivière l'Ostriconi. L'ensemble du bâti est net, coloré ; les murs en pierres apparentes sont rares.

Novella est un village de caractère aux nombreux quartiers. Les vieilles habitations aux grandes façades austères, sont toutes regroupées autour de son église Santa-Croce (Sainte-Croix). De nouvelles habitations ont surgi au lieu-dit Custarella et au lotissement Cuzia.

Une remarquable maison de maître domine le village. Il s'agit de la maison Orabona construite au XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La commune a été habitée depuis le début de notre ère, voire avant. La cima di U Mercuriu[8] (429 m) doit son nom à un ancien sanctuaire romain. Elle se situe au nord du village actuel,

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au commencement du XIe siècle les Sarrasins, fortement éprouvés par les échecs subis, avaient été expulsés du Nord de l'île. « Au commencement du XIe siècle, probablement après la bataille de Luni (1016), des seigneurs toscans ou génois, sans mandat du Saint-Siège, passent en Corse et, aidés par les populations chrétiennes, chassent les musulmans du Nebbio, de la Balagne, de Mariana et d'Aléria. »[9]. Ces nobles chrétiens se rendent maîtres d'une partie de l'île, l'En-Deçà-des-Monts, et y exercent leur puissance.

Novella qui se trouve proche des côtes, a été construit à partir du XIe siècle, autour d'une tour qui existe toujours, et qui appartient à la famille Valentini, mais dont des travaux de consolidation effectués il y a une trentaine d'années, sans aucun souci de préservation historique, l'ont complètement défigurée. L'ancien village de Cruschini avec son église San Cosimo e San Damiano déserté à la suite de l'épidémie de peste au XVIe siècle a lui aussi été construit autour d'une tour.

Au XIe siècle, les marquis de Massa di Corsica dominaient tout l'« En-deçà-des-Monts » ; mais la révolte de leurs vicomtes contre lesquels ils luttent avec peine les appauvrissent. En 1250, il leur reste encore les pièves de Giunssani, Ostriconi, Caccia, tout le pays compris entre les châteaux de Rostino et de Santa-Lucia et les pièves de Verde et de Pietra-Pola.

Giovanni della Grossa cite avec indignation certains marquis qui voulaient que « les femmes de leur seigneurie se livrassent à eux avant de vivre avec leurs maris ». Peu disposés à se soumettre à ce rite, les habitants de San-Colombano massacrèrent trois de leurs seigneurs en un seul jour[10]

Au XIVe siècle, le château des marquis de Massa de San-Colombano fut pillé, incendié par le peuple lors des révolutions populaires.

« Après le mouvement communal de Sambocuccio d'Alando ils continuent à faire des donations aux églises et à guerroyer contre leurs voisins. Cependant l'un des moins affaiblis d'entre eux, Andrea, en 1368, abandonne ses biens au monastère de San Venerio de Tiro et passe en terre ferme après avoir signé un traité avec les seigneurs de Speloncato ; il ne conservait en Corse que son château de San-Colombano qu'il avait réparé ou reconstruit[10]. »

Le Castello di San Colombano où s'étaient réinstallés les seigneurs de Massa, aujourd'hui ruiné, est proche des vestiges de l'ancien Castello di San Colombano, sur Cima di l'Alturaia (820 m), « à cheval » sur Olmi-Cappella et Novella, à environ 3 km (distance orthodromique) au Sud-est du village et se dressait au Moyen Âge une tour nommée Lugheria.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au début du XVIe siècle, vers 1520, la pieve d'Ostriconi était habitée en des lieux nommés Artacha, Lama, Novella, Cruscani, Pochina, Palasia et Spelonche[11].

En juillet 1561, une vingtaine de Turcs débarqués sur la plage de l'Ostriconi à l'Ouest des Agriates pour razzier les environs dont Novella, ont été défaits par une dizaine de ses habitants pourtant faiblement armés.

  • 1768, à la cession de la Corse à la France par les Génois, existait la pieve de Paraso à laquelle étaient rattachée la commune de Novella.
  • 1789, la Corse appartenait au Royaume de France
  • 1790, l'île ne forme qu'un seul département, celui de Corse, avec Bastia comme préfecture. Les pievi deviennent des cantons. La pieve de Paraso devient le canton de Paraso.
  • 1793, la Convention divise l'île en deux départements qui ont pour nom : Golo et Liamone. An II, la commune s'appelle Novella ; elle intègre le canton de Paraso, dans le district de Calvi, dans le département d'El Golo (l'actuelle Haute-Corse).
  • 1801, Novella se trouve dans le canton de Paraso, dans l'arrondissement de Calvi, dans le département d'El Golo.
  • 1811, les deux départements de l'île sont réunifiés par Napoléon Ier qui rétablit le département de Corse. Novella se trouve dans l'arrondissement de Calvi.
  • 1828, le canton de Paraso devient le canton de Belgodère.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Monument aux morts
  • 1926, Novella se trouve dans l'arrondissement de Bastia.
  • 1943, Novella repasse dans l'arrondissement de Calvi.
  • 1954, le canton de Belgodère comprenait les communes de Belgodère, Costa, Novella, Occhiatana, Palasca et Ville-di-Paraso.
  • 1973, sont créés de nouveaux cantons. Novella fait partie du nouveau canton de Belgodère créé avec la fusion imposée des anciens cantons de Muro, Belgodère et Olmi-Cappella.
  • 1975, la Corse est à nouveau divisée en deux départements. Albertacce passe en Haute-Corse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Paul Patriarche DVD. Ancien député, ancien conseiller général
2014 en cours Jean-Louis Massiani    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 91 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
236264273332355375362367390
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
426425438437521482531520520
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
445422299257202225227219184
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
12111097556874759191
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire la plus proche est l'école primaire publique de Pietralba (14|km). Les collèges publics les plus proches se trouvent à L'Île-Rousse (27 km). Celui de Moltifao est distant de 29 km. Le lycée d'enseignement général et technologique publics est le lycée de Balagne distant de (27 km).

Cultes[modifier | modifier le code]

Il n'existe qu'un seul lieu de culte à Novella : l'église paroissiale Santa Croce, catholique. Celle-ci relève du diocèse d'Ajaccio.

La Saint-Michel, fête patronale, est encore fêtée de nos jours le 1er dimanche d'octobre. En dépit de l'absence de prêtre résidant, le soir du Vendredi saint les villageois perpétuent la procession nocturne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Église Santa Croce[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Santa Croce (Sainte-Croix), baroque a été construite en 1880 sur décision du curé Lanzalavi, à l'emplacement même du campanile de l'église paroissiale construite en 1740. L'édifice a été remanié en 1740. Agrandi, l'oratoire est rattaché au campanile et forme l'église Sainte Croix actuelle. De dimensions imposantes, sa nef est unique et est terminée par une abside à 5 pans. Deux chapelles sont présentes, celle de droite est dédiée à Saint Léonard et celle de gauche au Rosaire. Les travaux de restauration de l'église ont été achevés le 7 août 1993.
Le décor intérieur de l'église inscription est remarquable, c'est ce qui fait que l'église, propriété de la commune, est protégée, classée Monument historique par arrêté du 6 septembre 1985[14].

Chapelle Saint-Michel[modifier | modifier le code]
Chapelle Saint-Michel

La chapelle romane Saint-Michel (San Michele Arcangelo) daterait du XIIIe siècle. Église de l'ancienne paroisse au XVIe siècle, San Michele est située avec le cimetière en bordure de la route D12, à l'entrée Nord et hors du village.

Patrimoine mobilier[modifier | modifier le code]

Dans l'église Santa Croce se trouve un tableau la Sainte Vierge et de l'enfant Jésus dont on dit que la Vierge y aurait miraculeusement pleuré.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts

Castello de San Colombano de Giussani[modifier | modifier le code]

Le Castello di San Colombano, ruiné, était la dernière demeure seigneuriale en Corse des marquis de Massa qui au XVe siècle sont retournés vivre en bourgeois pauvres à Pise ou à Livourne comme le rapporte le chroniqueur Giovanni della Grossa[10]. Il se situe sur le flanc Nord de Cima di l'Alturaia (820 m). Le site est accessible par une piste démarrant au col de San Colombano (692 m - Palasca).

Cruschini[modifier | modifier le code]

Cruschini était un village qui avait son église dédiée aux San Cosimo e San Damiano. Il est abandonné au XVIe siècle à la suite de l'épidémie de peste. Il sera reconstruit autour d'une tour, avec une nouvelle église San Domenico.

Le site déserté au XVIIIe siècle, ne présente que des ruinés. Il est situé au N-NO du village de Novella. Sous le site, un tunnel éponyme a été percé pour la ligne des Chemins de fer de la Corse.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun espace protégés et gérés sur la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine-Léonard Massiani (Novella 1816-1888). Médecin. Il a publié Viaghiu in Ascu en langue corse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]