Nouvelle Histoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nouvelle histoire)
Aller à : navigation, rechercher

La Nouvelle Histoire, dont le terme renvoie à la Nouvelle Vague qui a touché les scénaristes français à la fin des années 1950, est le courant historiographique correspondant à la troisième génération de l'École des Annales française, apparue dans les années 1970. En France, ses principaux représentants sont Jacques Le Goff et Pierre Nora. En Grande-Bretagne, elle est animée par des revues telles Past and Present.

La Nouvelle Histoire est avant tout l'« histoire des mentalités » : il s'agit d'établir une histoire sérielle des mentalités, c'est-à-dire des représentations collectives et des structures mentales des sociétés. En fonction de la question posée, l’historien-analyste s’efforce de proposer une interprétation rationnelle des données que lui ont fournies son corpus de recherche.

Les historiens de la Nouvelle Histoire se sont lancés dans l’analyse globale de très vastes ensembles, cohérents dans leur organisation sociale et économique et coiffés par un système de représentations homogène. Le champ de l'histoire s'élargit encore et la discipline s'intéresse davantage aux phénomènes de longue durée.

La Nouvelle Histoire fait également appel à l'anthropologie historique.

Contexte et ambitions[modifier | modifier le code]

Mai 68[modifier | modifier le code]

Les nouveaux chantiers de recherches[modifier | modifier le code]

Le sommaire du recueil Faire de l’histoire (1974)[1] est emblématique des renouvellements proposés :

I. Nouveaux problèmes

L’opération historique, par Michel de Certeau

La quantitatif en histoire, par François Furet

L’histoire conceptualisante, par Paul Veyne

Les voies de l’histoire avant l’écriture, par André Leroi-Gourhan

L’histoire des peuples sans histoires, par Henri Moniot

L’acculturation, par Nathan Wachtel

Histoire sociale et histoire des sociétés, par Georges Duby

Histoire marxiste, histoire en construction, par Pierre Vilar

Le retour de l’événement, par Georges Duby

II. Nouvelles approches

L’archéologie, par Alain Schnapp

L’économie :

- Les crises économiques, par Jean Bouvier

- Dépassement et prospective, par Pierre Chaunu

La démographie, par André Burguière

La religion :

- Anthropologie religieuse, par Alphonse Dupront

- Histoire religieuse, par Dominique Julia

La littérature, par Jean Starobinski

L’art, par Henri Zerner

Les sciences, par Michel Serres

La politique, par Jacques Julliard

III. Nouveaux objets

Le climat : l’histoire de la pluie et du beau temps, par Emmanuel Le Roy Ladurie

L’inconscient : l’épisode de la prostituée dans Que faire ? et Le Sous-Sol, par Alain Besançon

Le mythe : Orphée au miel, par Marcel Détienne

Les mentalités : une histoire ambiguë, par Jacques Le Goff

La langue : linguistique et histoire, par Jean-Claude Chevalier

Le livre : un changement de perspective, par Roger Chartier et Daniel Roche

Les jeunes : le cru, l’enfant grec et le cuit, par Pierre Vidal-Naquet

Le corps : l’homme malade et son histoire, par Jacques Revel et Jean-Pierre Peter

La cuisine : un menu au XIXe siècle, par Jean-Paul Aron

L’opinion publique : apologie pour les sondages, par Jacques Ozouf

Le film : une contre-analyse de la société, par Marc Ferro

La fête : sous la Révolution française, par Mona Ozouf

Un impressionnant succès[modifier | modifier le code]

Critiques de la Nouvelle Histoire[modifier | modifier le code]

On reproche surtout aux historiens de la Nouvelle Histoire d'avoir perdu l'ambition d'effectuer une histoire totale, impulsée par Lucien Febvre et Marc Bloch à travers les Annales, et dont le flambeau a été repris par Fernand Braudel (La Méditerranée au temps de Philippe II en est un excellent exemple) et Ernest Labrousse.

La Nouvelle Histoire marque également la fin des grands travaux collectifs ; si la méthodologie devient individuelle, et la micro-histoire en est sans doute l'exemple type, cela est dû notamment au nombre d'historiens et d'enseignants chercheurs qui s'est multiplié depuis mai 68.

Certains ouvrages ont été publiés, notamment pour critiquer ou s'interroger sur les travaux de cette troisième génération des Annales :

  • Hervé Coutau-Bégarie, dans son ouvrage Le Phénomène nouvelle histoire, considère que les limites de la Nouvelle Histoire se mettent en évidence par le manque de considération pour l'Antiquité, l'époque contemporaine, et l'histoire politique, militaire, diplomatique.
  • François Dosse, L’Histoire en miettes. Des Annales à la « nouvelle histoire », Paris, La Découverte, 1987
  • Geoffroy Lloyd, Pour en finir avec l'histoire des mentalités, Paris, La Découverte/Poche, 1996.
  • Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l'histoire, Paris, Belin, 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Le Goff, Pierre Nora (dir.), Faire de l'histoire, Paris, Gallimard, Coll. « Bibliothèque de l'histoire », 1974.
  • Jacques Le Goff (dir.), La Nouvelle Histoire, Paris, Complexe, 2006.
  • Hervé Coutau-Bégarie, Le Phénomène nouvelle histoire. Grandeur et décadence de l’École des Annales, 1989.

Articles connexes[modifier | modifier le code]