Nouvelle détente

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
8 décembre 1987 : Gorbatchev et Reagan signent le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire.

La Nouvelle Détente est la période de la Guerre froide marquée par l'arrivée de Mikhaïl Gorbatchev à la tête du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS) en 1985, ce qui change radicalement les relations internationales notamment pour l’armement nucléaire. Cette nouvelle période de Détente, qui succède à celle dite de la Guerre fraîche, a permis la résolution de plusieurs conflits, ce qui conduit à l'apogée de l'ONU.

Inattendue, la nouvelle politique de Mikhaïl Gorbatchev conduit à l'éclatement de l'URSS et du Bloc communiste. Un souffle nouveau de démocratie gagne la majorité du tiers monde, les régimes communistes sont tombés : c'est la fin de la guerre froide.

Origines[modifier | modifier le code]

La politique de Gorbatchev[modifier | modifier le code]

Durant la direction de Léonid Brejnev et ses deux éphémères successeurs, Youri Andropov et Konstantin Tchernenko, l'URSS se trouve dans une profonde difficulté socio-économique.

Conscient de la gravité de cette situation Gorbatchev présente une solution pour la reconstruction et le redressement de son pays: une politique de réforme après 20 ans d'immobilisme. Ces réformes conduisent à la Perestroïka (une reforme radicale dans tous les domaines qui exige une coopération avec l'Ouest), elle permet la libéralisation partielle de la propriété privée et la création des entreprises par des particuliers, ce qui va à l'encontre de l'idéologie défendue par le PCUS.

Renforcé par le Glasnost (la transparence) c'est-à-dire la levée partielle du contrôle de l'État sur la presse, la Perestroïka favorise une démocratisation du parti politique (pluralisme idéologique, multipartisme), c'est une révolution culturelle. De plus, Gorbatchev veut consacrer tous les efforts et tous les moyens de son pays pour le redressement socio-économique. Ainsi, il souhaite un apaisement et une détente vers l'Ouest.

La politique de Gorbatchev est très populaire auprès du peuple mais pas au sein du PCUS. Le peuple va s'apercevoir que la politique de réforme est un échec, car les magasins sont vides, les Pays du bloc soviétique se détachent de l'URSS. L'échec conduit à la fin du PCUS et du bloc soviétique. Gorbatchev démissionne le 25 décembre 1991.

Les politiques de Reagan (Favorable à la Perestroïka)[modifier | modifier le code]

Le président des États-Unis, Ronald Reagan, répond favorablement à la Perestroïka pour différentes raisons :

  • Les États-Unis sont encore en difficulté économique. Cette situation demande une réduction de dépense sur les armements (le projet Guerre des étoiles du président Reagan est très coûteux)
  • L'affaire Irangate complique la position de Reagan
  • Reagan veut attacher son nom à un grand traité de paix avec l'URSS

Réalités[modifier | modifier le code]

Reprise des dialogues Est-Ouest[modifier | modifier le code]

Les autres signes de la nouvelle détente[modifier | modifier le code]

L'initiative soviétique[modifier | modifier le code]

Fin des conflits périphériques[modifier | modifier le code]

Les rivaux des différents conflits ne peuvent plus compter sur l'antagonisme des deux grands pour trouver des soutiens. Exemples:

Réunification de l'Allemagne[modifier | modifier le code]