Nouvelle Droite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouvelle Droite (homonymie).

La Nouvelle Droite est un courant de pensée politique de tendance nationale-européenne né en 1969 avec la fondation du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE). D'abord français, il s'étend rapidement à d'autres pays européens dont l'Italie et l'Allemagne, où deux courants « néo-droitiers » à part entière, Nuova Destra et Neue Rechte, vont se développer en interaction avec le courant français, ce dernier restant assez indissociable du GRECE[1]. L'expression "nouvelle droite" a été lancée par Alain de Benoist quand il a déclaré: "mon désir est en quelque sorte de créer une nouvelle droite" dans l'émission Radioscopie de Jacques Chancel, le 28 novembre 1977, sur France Inter[2]. Elle est explicitement reprise et revendiquée en tête du Manifeste Pour une Renaissance Européenne publié par Alain de Benoist et Charles Champetier en 1999: "La Nouvelle Droite est née en 1968. Elle n'est pas un mouvement politique, mais une école de pensée. Les activités qui sont les siennes depuis aujourd'hui plus de trente ans (publication de livres et de revues, tenue de colloques et de conférences, organisation de séminaires et d'universités d'été, etc.) se situent d'emblée dans une perspective métapolitique."[3]. Le 28 septembre 1979, Alain de Benoist, théoricien du mouvement, est invité dans Apostrophes, après ce qui fut appelé L'été de la Nouvelle Droite.

Analyses politiques[modifier | modifier le code]

Alain Touraine rattache la Nouvelle Droite à l'extrême droite. Il déclare, en 1980, à propos de la Nouvelle droite: « Si on convient d'appeler fascisme tout appel autoritaire à l'unité culturelle et étatique de la nation comme recours contre les mouvements populaires qu'une classe dirigeante ne peut plus contenir, la Nouvelle droite est bien un fascisme... Elle porte en elle une logique de répression sociale qui est mortellement dangereuse pour les libertés démocratiques »[4][réf. insuffisante].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pierre Milza, L'Europe en chemise noire : Les extrêmes droites en Europe de 1945 à aujourd'hui, Éditions Flammarion,‎ 2004 [détail de l’édition]

Articles connexes[modifier | modifier le code]