Nouaillé-Maupertuis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maupertuis.
Nouaillé-Maupertuis
Village et abbaye de Nouaillé-Maupertuis.
Village et abbaye de Nouaillé-Maupertuis.
Blason de Nouaillé-Maupertuis
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Canton La Villedieu-du-Clain
Intercommunalité Communauté de Communes Vallées du Clain
Maire
Mandat
Michel Bugnet
2014-2020
Code postal 86340
Code commune 86180
Démographie
Population
municipale
2 751 hab. (2011)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 34″ N 0° 24′ 54″ E / 46.5094444444, 0.41546° 30′ 34″ Nord 0° 24′ 54″ Est / 46.5094444444, 0.415  
Altitude Min. 93 m – Max. 139 m
Superficie 22,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de Vienne
City locator 14.svg
Nouaillé-Maupertuis

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de Vienne
City locator 14.svg
Nouaillé-Maupertuis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nouaillé-Maupertuis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nouaillé-Maupertuis

Nouaillé-Maupertuis, communément appelé Nouaillé, est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Poitou-Charentes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Nouaillé-Maupertuis reste encore une commune rurale malgré sa situation dans l'immédiate banlieue de Poitiers. Nouaillé possède sur son territoire un important ensemble abbatial qui se dresse le long du Miosson.

Les villes voisines sont Mignaloux-Beauvoir, Nieuil-l'Espoir, Roches-Prémarie-Andillé, Smarves, Savigny-Lévescault.

La grande ville la plus proche de Nouaillé-Maupertuis est Poitiers et se trouve à un peu plus de 10 kilomètres au nord-ouest.

Les gares les plus proches se trouvent à Mignaloux-Beauvoir (2,02 km), Ligugé (6,46 km), Poitiers (10,38 km), Iteuil (8,03 km), Chasseneuil-du-Poitou (16,28 km).

Les citoyens de Nouaillé Maupertuis sont nommés les Nobiliens et les Nobiliennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de Nouaillé-Maupertuis.

La bataille de Nouaillé-Maupertuis qui vit la défaite de Jean le Bon avec une armée de 12 000 hommes face aux Anglais du Prince de Galles dit le Prince Noir, du fait de la couleur de son armure.

La bataille s'est déroulée le 19 septembre 1356. Elle fut désastreuse pour les Français. Le roi Jean II Le Bon et son fils sont faits prisonniers et beaucoup de seigneurs furent tués ou pris. C'est au cours de cette bataille que Philippe le Hardi aurait prononcé cette phrase célèbre : « Père, gardez-vous à droite ! Gardez-vous à gauche ! »[1]. Les Anglais se retirèrent par Gençay, Couhé et Ruffec, sans attaquer Poitiers. Tous les ans, des festivités médiévales sont représentées par l'association Nouaillé 1356 afin de reconstuer cette bataille.

Dans le cadre du traité de Brétigny, conséquence directe de cette défaite, la France cède au roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine, le Poitou, la Saintonge, l'Angoumois, le Limousin, le Périgord, le Quercy, et le Rouergue.

Nouaillé accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires, comme la fête de la Fédération annuelle et cantonale[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2014 Nouaillé-Maupertuis est rattachée à la Communauté de Communes Vallées du Clain.

Elle était précédemment membre de la Communauté de communes de la Région de La Villedieu-du-Clain.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1971 Norbert Puisais    
1971 1983 Jacques Borzeix    
1983 1995 Daniel Moinard    
1995 2001 Gérard Rivaud    
2001 2014 Henri Bosq[3]    
2014 en cours Michel Bugnet    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son programme de jumelage avec d'autres villes du monde, et par le biais de sa communauté de communes, la ville de Nouaillé-Maupertuis est jumelée avec Bernareggio (Italie) et Wachtberg (Allemagne).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 751 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
730 694 724 707 787 818 810 818 815
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
820 801 813 835 832 829 833 850 840
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
858 850 839 736 703 668 686 641 711
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
740 796 1 017 1 433 2 142 2 404 2 588 2 660 2 761
2011 - - - - - - - -
2 751 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 124 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Les dernières statistiques démographiques pour la commune ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie de Nouaillé Maupertuis administre une population totale de 2 825 personnes. À cela il faut soustraire les résidences secondaires (74 personnes) pour constater que la population permanente sur le territoire de la commune est de 2 751 habitants.

Selon l'INSEE, en 2005, la répartition par sexe de la population était la même qu'en 1999, à savoir: 49,6 % d'hommes (49 % en 2007) et 50,4 % de femmes (51 % en 2007).

En 2005 (INSEE):

  • Le nombre de célibataires était de 28,5 %.
  • Les couples mariés représentaient 60,4 % de la population.
  • Les divorcés représentaient 4,6 %.
  • Le nombre de veuves et veufs était de 6,5 %.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Nouaillé-Maupertuis dépend de l'Académie de Poitiers et les écoles primaires de la commune dépendent de l'Inspection académique de la Vienne. Nouaillé-Maupertuis possède une école maternelle publique et une école primaire publique.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[6], il n'y a plus que 17 exploitations agricoles en 2010 contre 29 en 2000. Cette baisse du nombre d’exploitations agricoles sur le territoire de la commune s’inscrit dans une évolution globale qui touche l’ensemble du département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, 660 exploitations ont disparu soit -16 %. Pour l’avenir, une inquiétude demeure quant à la pérennité et à la transmission de ces exploitations agricoles du fait du vieillissement la population agricole. En outre, c’est la tranche des moins de 40 ans qui est concernée par la baisse des effectifs. Ce phénomène concerne également dans une moindre mesure, la tranche des 40 à 49 ans. Ceci illustre les difficultés auxquelles sont confrontées les jeunes agriculteurs pour s’installer et faire perdurer leur exploitations[7].

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 1 552 hectares en 2000 à 1 337 hectares en 2010. 55 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 16 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 21 % pour le fourrage et 2 % reste en herbes. En 2000, un hectare (0 en 2010) était consacré à la vigne[8].

4 exploitations en 2010 (contre 10 en 2000) abritent un élevage de bovins (787 têtes en 2010 contre 895 têtes en 2000). 3 exploitations en 2010 (contre 7 en 2000) abritent un élevage d'ovins (113 têtes en 2010 contre 228 têtes en 2000). L'élevage de volailles a disparu au cours de cette décennie[9].

Emplois[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage en 2005 était de 5,3 % (5,1 % en 1999).

Le taux d'activité était de 76,7 % en 2005 (74,2 % en 1999).

Les retraités et les préretraités représentaient 17,2 % de la population en 2005 (13,3 % en 1999).

Commerce[modifier | modifier le code]

Selon l'INSEE, en 2009, il restait:

  • une supérette;
  • une boulangerie;
  • un tabac-librairie-papeterie-journaux;
  • un salon de coiffure;
  • un salon d'esthétique.

Un marché a lieu toute l'année le vendredi, de 16h à 20h.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'abbaye occupe le fond plat de la vallée du Miosson, à l'intérieur d'un ancien méandre abandonné. De l'importante fondation bénédictine, il subsiste à l'heure actuelle, un ensemble encore important de bâtiments. Ces derniers entourent la vaste église romane transformée à plusieurs reprises au cours des ans.
  • Proche de Nouaillé-Maupertuis, il est possible de voir le champ de bataille (itinéraire fléché). Un bloc de pierre porte la mention : « À la mémoire des chevaliers, barons et hommes d'armes de France, de Gascogne et d'Angleterre, tombés en ces lieux le 19 septembre 1356. » Des panneaux explicatifs permettent de suivre les combats et d'apprécier l'importance de l'évènement pour l'histoire de France et d'Angleterre.
  • Le chapelle de Monvinard est inscrite comme Monument Historique depuis 1993
  • Le prieuré Notre-Dame d'Availles dont le portail et la chapelle ont été classés comme Monument Historique respectivement en 1924 et en 1943. Les restes des bâtiments sont inscrits comme Monument Historique depuis 1972.

Equipement culturel[modifier | modifier le code]

La bibliothèque communale, gérée par l'association Esprit Livres, propose plus de 2 700 livres, textes enregistrés sur CD et revues. La majorité des documents appartient à la bibliothèque, les autres sont déposés par la Bibliothèque Départementale de la Vienne, le service Lecture Publique du Conseil Général.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 1983, l’association Nouaillé 1356[10] propose des animations, des spectacles ainsi qu'une journée médiévale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de la Vienne.
Blason Blasonnement :
D'azur, à trois fleurs de lis d'or, deux et une, à deux crosses de même passées en sautoir[11].
Commentaires : La ville a adopté les armes de Raoul du Fou, évêque d’Évreux et abbé commendataire de l'abbaye de Nouaillé-Maupertuis.
Blason Blasonnement :
D'azur à la fleur de lys d'or supportant deux éperviers affrontés d'argent perchés sur chacune de ses branches[12].
Commentaires : Les armes de l'ancienne abbaye de Nouaillé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Marseille, Journal de la Bourgogne, Larousse,‎ 2002, p. 108. Ces mots célèbres auraient été transmis par le chroniqueur Giovanni Villani.
  2. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers, Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 77-78 et 175
  3. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  7. Agreste – Enquête Structure 2007
  8. Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  9. Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  10. Nouaillé 1356
  11. Malte-Brun rapporte, dans la France illustrée, tome V (1884)
  12. (Source Gaso)