Notre-Dame du Nil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Notre-Dame du Nil
Auteur Scholastique Mukasonga
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau du Rwanda Rwanda/Drapeau de la France France
Éditeur Gallimard
Collection Continents noirs
Date de parution 1er mars 2012
Nombre de pages 240
ISBN 978-2070133420

Notre-Dame du Nil est un roman de Scholastique Mukasonga publié le 1er mars 2012 aux éditions Gallimard et ayant reçu le prix Ahmadou-Kourouma et le prix Renaudot la même année.

Historique du roman[modifier | modifier le code]

Le 7 novembre 2012, le roman obtient le prix Renaudot, alors même qu'il n'était pas dans la liste finale des sélectionnés (mais fut un temps dans la liste initiale), par six voix sur dix au dixième tour d'un scrutin ayant finalement intégré trois nouveaux romans, dont celui-ci soutenu en particulier par Jérôme Garcin, en raison du blocage du vote sur la dernière sélection du jury[1],[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

Au début des années 1970, dans un internat catholique pour jeunes filles de bonnes familles du Rwanda, les tensions entre Tutsis et Hutus sous-tendent la vie quotidienne et les soucis des adolescentes[3]. Ce huis clos anticipe le génocide de 1994[4], mais il se déroule dans les années qui suivent la décolonisation[5].

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Goncourt sacre Jérôme Ferrari, le Renaudot Scholastique Mukasonga dans Le Monde du 7 novembre 2012.
  2. Renaudot : stupeur et interrogations dans Le Figaro du 7 novembre 2012.
  3. Voir M. Cocquet, "Notre-Dame du Nil", mémoires de jeunes filles brisées, Le Point 9/11/2012; C. Baron, Prélude au massacre, Le Magazine Littéraire 23/11/2012; M. Payot, Notre-Dame du Nil, un Renaudot bien mérité, L'Express 5/12/2012.
  4. C. Rousseau, Avant le génocide, Le Monde 3/5/2012
  5. J. Garcin, Scholastique Mukasonga, la pharaonne noire du Calvados, Le Nouvel Observateur 8/11/2012; sur la contraction temporelle, voir la critique de L. Kesteloot, La lettre de la CADE 159 (Janvier 2013), p. 10-11.