Notre Dame du Mont-Carmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Notre-Dame du Carmel)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame du Mont-Carmel.
Notre-Dame du Mont-Carmel
Image illustrative de l'article Notre Dame du Mont-Carmel
Notre-Dame du Mont-Carmel et les Saints du Carmel(Simon Stock, Ange de Jérusalem, Marie-Madeleine de Pazzi, Thérèse d'Avila) par Pietro Novelli, 1641
Sainte
Autres noms la Vierge du Carmel
Vénéré par l'Eglise Catholique, Ordre du Carmel, de nombreux pays et organismes dont elle est la patronne
Fête 16 juillet
Attributs présente un ou des scapulaire(s)
Saint patron Ordre du Carmel, le Chili et de son armée, la Bolivie et de son armée, l'Armée de l'Argentine, la Marine Espagnole, des transporteurs de Colombie, des marins dans nombreux pays

Notre Dame du Carmel est l'un des divers noms de la Vierge Marie. Sa dénomination procède du Mont Carmel, en Israël, un nom qui dérive de Karmel ou Al-Karem et que l'on pourrait traduire par jardin. Des ordres religieux carmélites existent aujourd'hui dans le monde, masculins et féminins, dédiés à cette figure mariale.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ordre du Carmel[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle siècle, des hommes choisissent de vivre en ermites dans les grottes du Mont Carmel, à la recherche de Dieu. Ils s'inspirent du prophète Élie, et Elisée, qui selon une tradition, vécurent dans les grottes du Mont Carmel, et y fondèrent une "École des prophètes"[1].

Les premiers ermites, menés par Saint Berthold, construisent une chapelle en l'honneur de la sainte Vierge Marie, et Lui portent une dévotion singulière. Ils la désignent rapidement comme sainte patronne. Ces ermites du Mont Carmel, reçoivent aux environs de 1209, une règle de vie élaborée par le patriarche Albert de Jérusalem. La prière est au centre de cette règle de vie. Suite à la conquête de la Palestine par Saladin (chute de Jérusalem en 1187 par Saladin, jusqu'à la chute de Saint-Jean-d'Acre en 1291), les ermites, au cours du XIIIe siècle se réfugient progressivement en Europe car leur sécurité ne peut plus être assurée dans leur ermitage.

Le Concile de Latran de 1215, la papauté voulant réorganiser les ordres mendiants en supprime un grand nombre, les rattachant à des ordres officiels (ordre de Saint François et ordre de Saint Dominique) menace de supprimer l'ordre des Carmes. Honorius III, en 1226, admet que l’ordre des Carmes puisse être préservé. Le Concile de Lyon de 1274 supprime 22 ordres religieux nés après 1215, mais sursoit à la suppression des Carmes et des Ermites de Saint Augustin. Le Pape Urbain VI, en 1379, confirme le titre, pour le Carmel, d'Ordre de la Bienheureuse Marie, Mère de Dieu, Notre-Dame du Mont Carmel[2].

La Fête de Notre-Dame du Mont Carmel[modifier | modifier le code]

Le vote le 17 juillet 1274 par le concile de Lyon de la préservation de l'Ordre du Carmel est vu par les moines comme une réponse de Marie à leurs prières, et sa protection toute particulière. Ils retiennent alors la date du 17 juillet pour célébrer la fête de Notre-Dame du Mont Carmel en signe de reconnaissance envers celle qui les a préservés de la disparition[2]. La date du 17 juillet, étant en conflit avec la fête de saint Alexis, c'est probablement ce qui a entrainé le changement de date au 16 juillet, qui est resté la fête de Notre Dame du Mont Carmel dans l'Église catholique[3].

La fête liturgique solennelle de Notre-Dame du Mont-Carmel a probablement été célébrée la première fois en Angleterre dans la dernière partie du XIVe siècle. Son objet était de rendre grâces à Marie, la patronne de l'Ordre du Carmel, pour les avantages et la protection qu'elle avait accordés à l'ordre durant ses débuts difficiles. L'institution de la fête est peut-être venue dans le sillage de la défense du titre de "Frères de la Bienheureuse Vierge Marie" à Cambridge en 1374[4].

La fête de Notre Dame du Mont Carmel, qui s'est au cours de l'histoire intimement liée à celle du scapulaire a été, dans un premier temps, retiré du calendrier liturgique suite au Concile Vatican II en raison des doutes sur l'historicité de la vision de Simon Stock[5]. En 1979 la fête de Notre Dame du Mont Carmel est réintroduite dans le calendrier officiel, mais détachée de la fête du scapulaire[3].

La remise du scapulaire[modifier | modifier le code]

En 1245, saint Simon Stock devient supérieur général des Carmes. Selon la légende, Simon Stock, très inquiet sur la survie de l'ordre (toujours très menacé jusqu'en 1274 et la signature officiel en 1298 par le Pape Boniface VIII de l'acte d’approbation définitive de l’existence de l’Ordre[2]) demande à Marie dans ses ferventes prières de prendre son ordre sous sa protection. À l'aurore, Celle-ci lui apparait au milieu d'anges et cerclée de lumière. Elle est vêtue de l'habit de l'Ordre, et tenait dans sa main une étoffe marron qui était le scapulaire de l'Ordre. Elle le donne à Simon Stock en lui disant : « Ceci est un privilège pour toi et pour tous les Carmes. Quiconque mourra en portant cet habit ne souffrira pas le feu éternel ».

Cet événement, aux sources historiques incertaines est aujourd'hui remis en doute[3].

En 1642, un carme nommé frère Jean Cheron, en réponse aux critiques concernant l’authenticité de la vision de Saint Simon Stock (ces doutes sont repris par les historiens aujourd'hui[6],[4]), a publié un document qu'il a dit être une lettre écrite au XIIIe siècle par le secrétaire de Simon Stock, "Peter Swanington"[7]. Les historiens ont conclu que cette lettre a probablement été forgée par Cheron lui-même[5],[8],[9]. Ce document contrefait et datant la vision au 16 juillet 1251 a conduit, jusqu'à la fin des années 1970, à une forte association entre la fête de Notre Dame du Mont Carmel, et la dévotion au scapulaire. Cette association avec le scapulaire se reflétait dans la liturgie du jour (jusqu'en 1970)[5].

Le scapulaire de Notre-Dame du Mont Carmel[modifier | modifier le code]

Enseignement de l’Église Catholique[modifier | modifier le code]

Une déclaration doctrinale 1996 approuvé par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, déclare que « La dévotion à Notre-Dame du Mont Carmel est lié aux valeurs historiques et spirituelles de l'Ordre des Frères de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel et est exprimé à travers le scapulaire. Ainsi, celui qui reçoit le scapulaire devient un membre de l'ordre et lui / elle s'engage à vivre selon sa spiritualité en conformité avec les caractéristiques de son / sa état dans la vie[10] »[11]

Selon la manière dont l’Église est intervenue à plusieurs reprises pour clarifier le sens et les privilèges du Scapulaire: « Le scapulaire est un habit ou un vêtement Marial. Il est à la fois un signe et un gage un signe d'appartenance à Marie ; un gage de sa protection maternelle, non seulement dans cette vie, mais après la mort. Comme un signe, c'est un signe conventionnel signifiant trois éléments intimement associés :

  • d'abord, l'appartenance à une famille religieuse particulièrement consacré à Marie, particulièrement chère à Marie, l'Ordre du Carmel ,
  • d'autre part, la consécration à Marie, la dévotion et la confiance dans son Cœur Immaculé,
  • le troisième une incitation à devenir comme Marie en imitant ses vertus, surtout son humilité, chasteté, et l'esprit de prière "[12].

Prières à la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel[modifier | modifier le code]

Oh la plus belle fleur du Mont Carmel, vigne féconde, splendeur du ciel, Sainte Mère du Fils de Dieu, Vierge Immaculée, aidez moi dans ma nécessité.
Oh Étoile de la mer, aidez-moi et montrez-moi que vous êtes ma Mère.
Oh Sainte Marie, Mère de Dieu, Reine du Ciel et de la terre, je vous supplie humblement du fond de mon cœur de me secourir dans ma nécessité (faire la demande).
Il n'y a rien qui ne puisse résister à votre puissance.
Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous (ter).
Sainte Marie, je mets cette prière dans vos mains (ter). Amen[13].
Fleur du Carmel
Vigne fleurie
Beauté du Ciel
Vierge féconde
Mère douce et toute pure
Étoile de la mer
Donne-nous un signe de ta maternelle protection
Fleur du Carmel
Vigne fleurie
Beauté du Ciel[14].

Notre-Dame du Mont Carmel et les âmes du Purgatoire[modifier | modifier le code]

Notre Dame du Mont-Carmel, œuvre baroque de Antoine Duparc à Beniaján, Espagne

Notre-Dame du Mont Carmel a été associée avec le purgatoire depuis des siècles. Dans certains cas, elle est représentée accompagnée d'anges et les âmes portant scapulaires brun, qui plaident pour sa médiation. Cette association est issue de la "Bulle Sabbatine" qu'aurait accordé le pape Jean XXII en 1317 concernant les porteurs du scapulaires de Notre Dame du Mont Carmel.

Aujourd'hui, les Carmes, tout en encourageant une croyance en l'aide et la prière de Marie pour leurs âmes après la mort, spécialement son aide à ceux qui portent le Scapulaire avec dévotion, et se félicitant de la dévotion à Marie surtout le samedi[15], n'insistent pas trop sur le privilège Sabbatin.

Article détaillé : Privilège Sabbatin.

Apparitions de la Vierge du Carmel[modifier | modifier le code]

Notre-Dame du Mont Carmel serait apparue à Saint Simon Stock vers 1251, et à qui elle aurait donné le scapulaire brun.

A Lourdes, Marie apparait à Bernadette Soubirous pour la dernière fois le 16 juillet 1858, jour de Notre Dame du Mont Carmel. Bernadette dira « Notre-Dame était plus belle que jamais. »[16]. Cette apparition est généralement associée avec Notre-Dame du Carmel.

Marie a été vu durant des apparitions de Fatima lors du miracle du soleil par Lucie dos Santos, Francisco_Marto et Jacinta Marto habillée comme Notre-Dame du Mont Carmel[17].

Dévotion à Notre-Dame du Mont Carmel[modifier | modifier le code]

La dévotion à Notre-Dame du Mont-Carmel est notamment pratiquée au sein de l'Ordre du Carmel, ainsi que dans le carmel séculier qui en fait partie intégrante.

Dévotion Carmélitaine[modifier | modifier le code]

Les Carmes voient dans la Bienheureuse Vierge Marie un modèle parfait de vie intérieure de prière et de contemplation à laquelle aspirent les Carmes, un modèle de vertu, ainsi que la personne qui était la plus proche de la vie de Jésus-Christ. Marie est considérée comme la personne qui amène les chrétiens le plus sûrement au Christ, en disant à tous ce qu'elle a dit aux serviteurs durant les Noces de Cana : « Faites tout ce qu'il [Jésus] vous dira ». Les Carmes se tournent vers la Vierge Marie comme Mère spirituelle[18]. Le monastère Stella Maris sur le Mont Carmel, nommé d'après un titre traditionnel de la Bienheureuse Vierge Marie, est considéré comme le siège spirituel de l'ordre.

Fère Gabriel de Sainte-Marie-Madeleine de Pazzi, OCD, une autorité vénérée sur la spiritualité carmélitaine, a écrit que la dévotion à Notre-Dame du Mont Carmel signifie:

un appel spécial à la vie intérieure, qui est par excellence une vie mariale. Notre-Dame veut que nous lui ressemblions non seulement dans notre vêtement extérieur, mais, bien plus, de cœur et d'esprit. Si nous regardons dans l'âme de Marie, nous allons voir que la grâce en elle a fleurie dans une vie spirituelle d'une richesse incalculable : une vie de recueillement, de prière, d'offrande à Dieu sans interruption, un contact continu et l'union intime avec lui. L'âme de Marie est un sanctuaire réservé à Dieu seul, où aucune créature humaine n'a jamais laissé sa trace, où l'amour et le zèle pour la gloire de Dieu et le salut de l'humanité règnent en maîtres. [...] Ceux qui veulent vivre leur dévotion à Notre-Dame du Mont Carmel au complet doivent suivre Marie dans les profondeurs de sa vie intérieure. Le Carmel est le symbole de la vie contemplative, la vie entièrement dédiée à la recherche de Dieu, entièrement orientée vers l'intimité avec Dieu, et celle qui a le mieux compris ces idéaux les plus élevés est Notre-Dame elle-même, de la Reine et la splendeur du Carmel »[4].

Dévotion en Europe[modifier | modifier le code]

En Espagne[modifier | modifier le code]

L'Espagne est un des pays où ce titre marial est le plus enracinée. Notre Dame du Mont-Carmel est patronne des marins et de la marine espagnole. Pour cette raison, la Vierge du Carmel est connu comme "l'étoile de la mer" (Stella Maris).

Le premier couvent des Carmélites de la péninsule ibérique apparaissent à Perpignan (France), qui fait alors parti de la Couronne d'Aragon. La date de fondation se situe entre 1265 et 1269. Sa propagation a été rapide tout au long de la péninsule ibérique, atteignant Séville en 1358, ville à partir de laquelle sera créé la province carmélite d'Andalousie en 1499. À cette époque commencent à émerger les premières communautés de religieuses carmélites. Sainte Thérèse d'Avila et saint Jean de la Croix, également au XVIe siècle, introduisent des réformes radicales au sein de l'Ordre donnant lieu à la création d'une nouvelle congrégation rebaptisé « carmélite déchaussés » ou « ancienne Observance ». Malgré cette division, les Carmes ont continué durant les siècles suivants leur extension à travers le monde.

Presque toutes les villes de la côte maritime vouent un culte religieux à la Vierge du Carmel, en organisant des processions et pèlerinages maritimes portant son image ou sa statue tous les 16 juillet. Ce pèlerinage est généralement le point d'orgue des festivités. Mais le plus surprenant est peut être l'encrage historique de nombreuses fêtes dédiées à la Vierge du Carmel dans des villes placées à l'intérieur des terres, et non liées à l'activité maritime.

Notre Dame du Mont-Carmel est la sainte patronne de plus de 75 villes et villages espagnols.

En Italie[modifier | modifier le code]

Procession à travers la ville de la Vierge du Carmel durant le miracle de 1884
La statue miraculeuse de Notre Dame du Mont Carmel à Palmi

A Palmi (sud de l'Italie), Notre Dame du Mont-Carmel est célébrée le 16 novembre[19] en mémoire du miracle survenu en 1894, et officiellement reconnu par l’Église catholique[20].

Le Miracle de Notre-Dame du Mont Carmel à Palmi, selon l’Église catholique aurait lieu entre le 31 octobre 1894 et le 16 novembre 1894 dans la ville : la statue de Notre Dame du Mont Carmel a été vue par les fidèles durant 17 jours avec des mouvements d'yeux et des changements de couleur du visage. La presse locale et nationale a diffusée l'information, et le soir du 16 novembre les fidèles ont improvisés une procession de la statue dans les rues. Quand le cortège a atteint l’extrémité de la ville, un violent tremblement de terre[21] a frappé tout le district de Palmi, détruisant la plupart des maisons. Seules 9 victimes ont été dénombrées sur une population totale d'environ 15.000 habitants, car la quasi-totalité de la population était dans la rue pour participer à la procession.

L’Église catholique a officiellement reconnu le miracle, couronnant la statue 16 novembre 1896, à la suite du décret publié lors du Chapitre du Vatican du 22 septembre 1895.

Malte[modifier | modifier le code]

La Vierge du Carmel est la patronne de la capitale Maltaise la ville de, la ville de La Valette.

En Amérique[modifier | modifier le code]

En Amérique latine, la Vierge du Carmel est très vénérée, en particulier en Équateur, au Mexique, Nicaragua, Panama, Pérou, Venezuela.

Au Canada, la ville de Notre-Dame-du-Mont-Carmel honore cette appellation.

Argentine[modifier | modifier le code]

La Vierge est vénérée dans de nombreuses villes d'Argentine, mais aussi de plusieurs provinces et paroisses. Notre Dame du Mont Carmel est la patronne de l'Armée des Andes, fondée par le général San Martin.

Bolivie[modifier | modifier le code]

La dévotion à la Vierge du Carmel a été apportée par les missionnaires espagnols à l'époque coloniale. Elle est intimement liée à l'histoire de la Bolivie. Durant la lutte pour l'indépendance, les Patriotes l'ont prise comme protectrice. Le 16 juillet 1809 éclate une émeute dans la ville de La Paz, dirigée par Pedro Domingo Murillo, contre le gouverneur espagnol, émeute profitant de la procession de la fête de la Vierge du Carmel. Après la destitution des autorités officielles, le Conseil Tuitiva proclame la libération du pays du pouvoir espagnol. Quelques jours plus tard, les Patriotes reviennent en procession derrière la statue de la Vierge du Carmel, en action de grâces pour la victoire de l'insurrection. Mais cette fois, ils placent sur la tête de la statue le bonnet phrygien de la liberté, en remplacement de sa couronne, ainsi qu'une épée dans sa main.

Le pape Pie IX proclame la Vierge du Carmel "Patronne de la Bolivie" en 1851, déclaration ratifiée par le gouvernement bolivien en 1852. Plus tard, par la loi du 11 octobre 1948, elle est proclamée "Général et patronne des Forces armées de la Nation". Sa fête est célébrée avec grande dévotion et de solennité dans de nombreuses villes, accompagnée de la participation des forces armées.

Chili[modifier | modifier le code]

Sortie de la procession de la statue de la Vierge du Carmel du Sanctuaire de Tirana.
Statue de la Vierge du Carmel dans le Sanctuaire de Tirana.
Photo d'archive de la procession devant le sanctuaire de Tirana.

Dans le village de Tirana, la solennité de Notre Dame du Mont Carmel commence le 10 juillet et se termine le 17 juillet. Durant ces solennités, se déroulent de nombreuses danses le jour et la nuit. Le 15 juillet se déroule une messe et les vêpres sur la place du sanctuaire qui réunit des milliers de pèlerins.

La Vierge est également la patronne du Chili, et de ses forces armées depuis la guerre d'indépendance. Le chef des armées de libération, O'Higgins, en 1818, à la veille de la bataille décisive avait fait la promesse : « Sur le lieu même où ils se déroulerait la bataille et sera donné la victoire, il sera élevé un sanctuaire à la Vierge du Carmel, patronne et général en chef des armées du Chili, et la fondation seront placés par les mêmes juges qui font ce vœu, au lieu même de sa miséricorde, qui sera élevé sa gloire. »

Suite à la victoire des patriotes lors de la bataille de Maipu, le 5 avril 1818, l'indépendance chilienne est déclarée, conformément à sa promesse, O'Higgins ordonne la construction du sanctuaire de Maipú. Sa fête, le 16 juillet est célébrée dans le pays (depuis 2007) en remplacement de la fête du Corpus Christi, et ce jour est déclaré férié dans tout le pays[22].

Costa Rica[modifier | modifier le code]

En 1913, le navire "Galileo" disparait en mer lors d'une tempête. Plusieurs jours plus tard, tous l'équipage est récupéré saint et sauf et ramené à leur port d'attachen Puntarenas. Ils témoignent qu'une femme, durant la tempête les a accompagnés et ravitaillé, leur permettant de nager jusqu'à la mer. Les habitants du village y voient une intervention de la Vierge du Carmel qui a répondue à leurs prières d'intercession. Tous montent alors en pèlerinage, à genoux, jusqu'à l'église où se trouve la statue de Marie.

Depuis lors, les habitants appellent Marie la Vierge de la mer, et tous les pêcheurs dans le golfe de Nicoya viennent lui rendre hommage. Ils rendent grâce pour les fruits de leur travail et demander de pour les protéger quand ils partent en mer. Chaque année, le 16 juillet Costariciens à affluent vers Puntarenas pour la remercier.

Colombie[modifier | modifier le code]

Les transporteurs routier colombien ont choisi Notre Dame du Carmel comme patronne et protectrice. Il leur arrive d'installer et faire bénir un scapulaire dans leur camion comme signe de la protection mariale. De nombreuses célébrations ont lieu le 16 juillet en l'honneur de la Vierge du Carmel dans différentes villes de Colombie.

La Vierge du Carmel est également déclarée la présidente et de la reine des Forces armées de Colombie, de la police, de l'Infanterie de Marine et des Forces aériennes. Elle est également le patron des services d'incendies.

Guatemala[modifier | modifier le code]

La dévotion à la Vierge du Carmel au Guatemala est très répandue, plusieurs églises lui sont dédiées dans la capitale. La principale église de la capitale Santuario del Cerrito del Carmen lui est dédiée.

Porto Rico[modifier | modifier le code]

L'une des dévotions les plus populaires à Porto Rico est celle de la Vierge du Carmel. Le centre de pèlerinage le plus important est situé sur le côté est de l'île et est appelé le Sanctuaire diocésain de la Vierge du Carmel, situé dans la municipalité de San Lorenzo, dans la zone connue comme la Sainte Montagne. Ce site a été érigé au rang de sanctuaire le 29 septembre 1985 par Mgr Enrique Hernandez Rivera, évêque de Caguas. Ce lieu est fréquenté par des milliers de personnes depuis près de 100 ans.

Célébration dans l'Ordre du Carmel[modifier | modifier le code]

Dans l'Ordre du Carmel le 16 juillet, fête de Notre-Dame du Mont Carmel, est une solennité[23] (fête obligatoire), donnant lieu à l'indulgence plénière[24], alors que dans la reste de l'église, il s'agit d'une simple fête[25].

Autres célébrations[modifier | modifier le code]

On fête le 16 juillet, jour de la fête de Notre-Dame du Mont Carmel, toutes les personnes s'appelant Carme, Carmen ou Carmel.

Sources[modifier | modifier le code]

Galerie de statues[modifier | modifier le code]

Les statues de Notre-Dame du Mont Carmel la représentent généralement portant un scapulaire brun.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette information est issue d'une tradition dans l'ordre du carmel, mais à ce jour, aucune trace archéologique ou bibliographique ne permet de la confirmer ou de l'infirmer. Voir La grotte d'Élie - École des Prophètes sur le site du carmel d'Haïfa.
  2. a, b et c La spiritualité mariale sur le site carmel.asso.fr
  3. a, b et c (en) St. Simon Stock, Religious sur le site de l'ordre du carmel italien
  4. a, b et c Bede Edwards, OCDS. Carmel Clarion Volume XXI, pp 17–22. "St. Simon Stock—The Scapular Vision & the Brown Scapular Devotion." juillet-aout 2005, Ordre du Carmel Séculier Déchaussé, Washington Province. (Frère Gabriel of St. Mary Magdalene de' Pazzi est cité dans cet article)
  5. a, b et c Fr. Paul D'Souza, OCD. The Carmelite Scapular: History and Devotion
  6. Louis Saggi, O.Carm; Saint Simon Stock (XIII Century) Saint, Priest Informations biographiques sur le site du Carmel américain
  7. Se reporter à la petite étude critique des sources bibliographique sur le site du carmel anglais dans l'article (en) SIMON STOCK (XIII cent.) Saint, priest
  8. (en) Herbert Thurston, S.J., "The Origin of the Scapular – A Criticism." The Irish Ecclesiastical Record Vol XVI July–December 1904. p. 59–75. Dublin: Browne & Nolan, Limited. – article de 1904 bien documenté démontrant la falsification de la lettre de Swanington ainsi que la bulle papale à la base du "privilège Sabbatin". Indications sur l'histoire des Carmes et l'évolution de la dévotion au scapulaire
  9. Louis Saggi, O.Carm; Saint Simon Stock (XIII Century) Saint, Priest – Scholarly historical information
  10. Personnes laïques ou religieux consacrés, mariés, célibataire ou veuf ...
  11. (en) Doctrinal Statement on the Brown Scapular of Our Lady of Mount Carmel approuvé par la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, 29 novembre 1996. Peut-être trouvé dans la publication Catechesis and Ritual for the Scapular of Our Lady of Mount Carmel Préparé sous la direction des Provinciaux d'Amérique du Nord des commandes Carmélites. 2000.
  12. (en) Fr. Kieran Kavanaugh, OCD, Zenit News Service. Brown Scapular: A Silent Devotion 16/07/2008.
  13. G. P. Geoghegan, 2006, "A Collection of My Favorite Prayers." ISBN 978-1-4116-9457-6 page 73
  14. Page des intentions de prière sur le site du carmel de Bayonne
  15. La journée du samedi est particulièrement dédiée à Marie
  16. Ordinations diaconales – Lourdes - 16 juillet 2012 sur le site du carmel
  17. (en) Le Message de Fatima
  18. La Vierge Marie dans notre vie sur le site de l'Ordre des Carmes déchaux
  19. Voir l'article sur wikipedia italien (it) Festa della Beata Vergine del Carmelo (Palmi)
  20. Voir l'article sur le wikipedia italien (it) Miracolo della Madonna del Carmine di Palmi
  21. Il terremoto del 16 novembre 1894 en calabria e sicilia, Roma, 1907. Ouvrage disponible sur le site d'archive : Relazione scientifica sul terremoto
  22. (es) Los 16 de julio ya son oficialmente feriados en Chile
  23. Les heures du Carmel, Lavaur, Éditions du Carmel,‎ 2005, 347 p. (ISBN 2-84713-042-X), p79
  24. Calendrier liturgique à l'usage des communautés carmélitaines, édité par le Carmel de Créteil, 2014, Pg 14
  25. Prière du Temps présent, Paris, du Cerf,‎ 1994, 1590 p. (ISBN 2-204-04853-4), p1260