Notre-Dame de Pentecôte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Notre-Dame et Pentecôte.
Notre-Dame de Pentecôte
La façade de Notre-Dame de Pentecôte est un mur de béton recouvert de vitres de verre opaque légèrement gris, sur lequel deux lignes de verre blanc (plus clair) dessinent une grande croix discrète sur toute la hauteur et dans toute la largeur de la façade
La façade de Notre-Dame de Pentecôte
Présentation
Culte Catholicisme
Type « maison d'Église »
Rattachement Diocèse de Nanterre
Début de la construction 25 mars 1998
Fin des travaux 7 janvier 2001
Architecte Franck Hammoutène
Site web catholiques.aladefense.cef.fr
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Commune Puteaux (La Défense)
Coordonnées 48° 53′ 31″ N 2° 14′ 27.5″ E / 48.89194, 2.24097248° 53′ 31″ Nord 2° 14′ 27.5″ Est / 48.89194, 2.240972  

Notre-Dame de Pentecôte est une maison d'Église du diocèse de Nanterre située à Puteaux dans le quartier d'affaires de la Défense, dans les Hauts-de-Seine, en banlieue ouest de Paris. Elle est située à droite du CNIT lorsqu'on le regarde depuis le parvis de la Défense.

Ce n'est pas une paroisse à proprement parler, mais un « lieu d'Église », où des croyants peuvent se rendre depuis leur lieu de travail, pour partager sur la façon dont l'Esprit agit dans le milieu du travail.

Notre-Dame de Pentecôte constitue, selon l'expression de l'évêque de Nanterre, le père Gérard Daucourt, un « laboratoire pour l'évangélisation de la société laïque et sécularisée »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de cette maison d'Église a été voulue par François Favreau, évêque de Nanterre. Elle prend la suite du Relais Jean-XXIII, un lieu de prières existant à la Défense depuis les années 1970.

La première pierre est posée le 25 mars 1998[2] (jour de l'Annonciation) ; seule pierre présente dans cet édifice de béton et de verre[3], elle est toujours visible à côté du baptistère. Un extrait du livre d'Isaïe (28:16–17) y est gravé[4]. Elle est consacrée et ouvre ses portes le 7 janvier 2001[5],[6] (jour de l'Épiphanie), ce qui en fait la première église ouverte au IIIe millénaire en France[7].

Mission[modifier | modifier le code]

La mission de la maison d'Église Notre-Dame de Pentecôte est décrite dans la lettre de mission de Mgr Daucourt. Elle s'articule autour de six axes :

  • l'accueil et l'écoute ;
  • la liturgie ;
  • le monde de l'entreprise ;
  • l'approfondissement de la foi ;
  • l'art et la culture ;
  • la solidarité.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'architecture originale de Notre-Dame de Pentecôte a été conçue par l'architecte Franck Hammoutène au cœur du quartier de la Défense. L'édifice surplombe les voies rapides de la route nationale 192, donnant l'impression d'être suspendu au-dessus du vide[8].

Les trois parties du programme s'y organisent verticalement, chacune sur un niveau :

  • La chambre haute, qui accueille la chapelle, à laquelle on accède par un escalier, avec des bancs en bois pour les fidèles. Elle peut accueillir 300 personnes[9]. La lumière provient du nord / nord-est, mais comme l'ensemble du côté nord est en verre (opaque), cela donne une luminosité satisfaisante, pour l'autel, à laquelle s'ajoute celle des éclairages. À noter que l'ambon est situé au milieu des fidèles, dans une direction opposée à celle de l'officiant lors de la consécration, reprenant une disposition ancienne courante dans les églises du Ier millénaire.
  • Le niveau du rez-de-chaussée est le parvis d'accueil et de rencontre, où est installée une librairie (annexe de la Procure dans le 6e arrondissement de Paris), et où ont lieu des conférences ou des expositions.
  • Le sous-sol est composé de salles de réunions, d'un restaurant, d'une cuisine ainsi que de toilettes accessibles aux handicapés. Le restaurant permet de servir des repas le mercredi à partir de 13 h 15 environ après la messe du mercredi, ce qui laisse un temps de convivialité avant la reprise du travail à 14 h. La cuisine est de dimension réduite, les repas étant livrés par un traiteur.

Elle semble avoir été conçue pour s'intégrer dans le site : sa forme générale essentiellement cubique n'adopte pas le plan en croix ni l'orientation vers l'Est, habituels de la plupart des églises du IIe millénaire[10].

L'église est signalée par une croix discrète aux abords de l'entrée. La façade s'élève sur une hauteur de 35 mètres, en partie détachée du bâtiment, comparable à un clocher. Sur ce mur en béton recouvert de vitres en verre opaque gris, deux lignes de couleur plus claire dessinent sur toute la hauteur et dans toute la largeur une autre croix, grande mais discrète, à la manière d'un filigrane. Cet écran monumental, d'une épaisseur de 80 cm[11], est conçu pour résister aux vents forts induits par l'environnement découvert, en se déformant légèrement[12]. Ce dispositif a été imaginé en collaboration avec la société Rice Francis Ritchie (RFR)[13].

Le matériau employé pour le gros œuvre est le béton, ce qui n'est en revanche pas une nouveauté pour les églises du XXe siècle, qui ont commencé à comporter ce type de matériau. Du fait de l'organisation complexe des équipements situés sous la dalle du parvis de la Défense, les fondations de l'édifice ont représenté à elles seules le tiers du coût total (on a recouru à 62 piles, dont certaines inclinées jusqu'à 20° pour éviter les obstacles souterrains)[12].

Notre-Dame de Pentecôte a valu à son architecte le Grand prix du ministre de la Culture en 2006, remis par Renaud Donnedieu de Vabres[14],[15].

Activités[modifier | modifier le code]

Les activités incluent :

Paroisse[modifier | modifier le code]

Article connexe : Paroisse des Hauts-de-Seine.

Depuis 2001, les responsables de la maison d'Église ont été :

  • 2001 - 2003 : Père Jacques Turck
  • 2003 - 2012 : Père Michel Anglarès
  • 2012 à aujourd'hui : Père Alain Lotodé

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Michel Anglarès (ancien responsable de la Maison d'Église), Chrétiens en quartier d'affaires : une église à La Défense, enjeux pastoraux et théologiques, L'Harmattan, collection religions et spiritualités, novembre 2012
  • (fr) Jean-Paul Lannegrace et Patrick Vincienne (préf. Michel Camdessus), L'entreprise au risque de l'Évangile : Témoignages et réflexions, Notre-Dame de Pentecôte, La Défense, Nouvelle Cité, coll. « Vie des hommes »,‎ 2007, 251 p. (ISBN 978-2-85313-521-4) : synthèse des cahiers repère
  • (de) Markus Feldmann et Wilfried Laufs, « Die Stahl- und Glaskonstruktionen des Neubaus der "Église Notre Dame de Pentecôte" in Paris-La Défense », Der Stahlbau, vol. 70, no 11,‎ novembre 2001, p. 827–834 (ISSN 0038-9145)
  • (fr) Markus Feldmann, Martin Baitinger et Bernard Vaudeville, « Le grand écran de verre de la nouvelle église « Notre Dame de Pentecôte » à Paris-La Défense », Construction métallique, vol. 39, no 2,‎ juin 2002, p. 41–55 (ISSN 0045-8198)
  • (it) Stefano Piccardi, « Religiosità urbana : Notre Dame de Pentecôte, Paris la Défense », L'Arca, vol. 183,‎ juillet-août 2003, p. 22–29 (ISSN 0394-2147)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Anglarès, Chrétiens en milieu d'affaires, Une église à La Défense : enjeux pastoraux et théologiques, L'Harmattan, 2012, p. 14
  2. « Pose de la première pierre de Notre-Dame de Pentecôte », Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, no 4921,‎ 20 mars 1998, p. 150.
  3. « La bénédiction de la première pierre », sur le site de Notre-Dame de Pentecôte.
  4. « Une église au cœur de la cité d'affaires : Guide de visite », sur le site de Notre-Dame de Pentecôte, p. 7–8.
  5. « Notre-Dame-de-Pentecôte ouvre ses portes », Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, no 5067,‎ 5 janvier 2001, p. 6.
  6. Bernard Jouanno, « Une « maison d'Église » a poussé au cœur des tours de la Défense », La Croix,‎ 4 janvier 2001, p. 23.
  7. Daniel Licht, « À la Défense, Notre-Dame des cadres », Libération,‎ 10 février 2001 (lire en ligne).
  8. Voir ce lieu sur Google Street View.
  9. Isabelle Duranton, « Nouvelles perspectives pour l'architecture sacrée », Le Monde de la Bible, no 174,‎ novembre-décembre 2006, p. 6–11 (lire en ligne).
  10. France Culture, émission Les Nouveaux Chemins de la connaissance de Raphaël Enthoven : « Les Traces du sacré », diffusé le 30 avril 2008 avec le frère Marc Chauveau, dominicain. Dans cette émission, l'architecte affirme que les édifices religieux actuellement construits « ne s'inscrivent plus dans aucune tradition », c'est ainsi qu'il justifie sa construction qui ne ressemble guère à une église et se félicite qu'elle soit fréquentée et appréciée par les non-croyants.
  11. (en) « Franck Hammoutene's design for a 21st century urban church », sur Glass on Web, 25 mars 2002.
  12. a et b (en) Andrew Ayers, The Architecture of Paris : An Architectural Guide, Stuttgart & London, Axel Menges,‎ 2004 (ISBN 3-930698-96-X), chap. 27.2, p. 311.
  13. « Notre Dame de Pentecôte, La Défense, Paris - France », sur le site de RFR.
  14. « Discours et communiqués : Cérémonie de remise des prix aux lauréats 2006 de l'Académie internationale d'architecture », sur le site du ministère de la Culture, 12 décembre 2006.
  15. « Actualités internationales », La Lettre, Académie d'architecture, no 1,‎ novembre 2006, p. 8 (lire en ligne).
  16. « Groupement Chrétien des Professions Financières », sur le site de Notre-Dame de pentecôte.
  17. « Mieux vivre, autrement », sur le site de Notre-Dame de Pentecôte.
  18. « Nouvelles Technologies », sur le site de Notre Dame de Pentecôte.
  19. « GRED » sur le site de Notre-Dame de Pentecôte.