Notre-Dame de Banneux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Notre-Dame de Banneux et sa source

Notre-Dame de Banneux (ou ‘Vierge des pauvres’) est le nom sous lequel les fidèles catholiques désignent la Vierge Marie en tant qu'elle serait apparue plusieurs fois à Mariette Beco entre le 15 janvier et le 2 mars 1933, près de chez elle, à Banneux, un village au sud de Liège, en Belgique. Les apparitions mariales ayant été reconnues par l’Église comme authentiques (en 1952) un sanctuaire y fut construit, qui est devenu un centre de pèlerinage très fréquenté.

Les faits[modifier | modifier le code]

Mariette Beco (1921-2011) est l’ainée d’une famille ouvrière de sept enfants qui possède une modeste maison sur la route de Louveigné à Pepinster, un peu à l’extérieur du village de Banneux. Elle a 12 ans lorsque le 15 janvier 1933, au soir d’une journée d’hiver froide et pluvieuse, elle voit par la fenêtre une dame rayonnante près de la barrière qui conduit sur la route. Plutôt sauvageonne et peu portée à la dévotion elle n’en dit pas moins à ses parents qu’elle a vu la Vierge. Ceux-ci la traitent de ‘sotte’.

Les apparitions se reproduisent huit fois entre le 15 janvier et le 2 mars, à la même heure, vers 19.00, et quasi chaque fois par mauvais temps, froid et pluvieux. Cela n’empêche pas Mariette de sortir et de se diriger vers la belle Dame qui la conduit (18 janvier) vers un endroit au bord de la route, et l’invite à creuser le sol. Une source jaillit : « poussez-vos mains dans l’eau...» Le 19 janvier la belle dame se présente comme la ‘Vierge des pauvres’. En plusieurs occasions la Vierge marche vers la source, y conduisant Mariette : elle dit « Je viens soulager la souffrance ». Le 6 et 7 février : « Priez beaucoup. Au revoir ». Le 2 mars 1933, en lui imposant les mains et la bénissant : « Je suis la mère du Sauveur, Mère de Dieu. Priez beaucoup. Adieu ». Mariette comprend que cette huitième apparition est la dernière.

D’abord ridiculisée, Mariette est au fil des jours interrogée de plus en plus rigoureusement par l’abbé Louis Jamin (1898-1961), chapelain de Banneux. Elle rapporte chaque fois ce qu’elle a vu et ce que la Dame lui a dit. Sa sincérité ne fait aucun doute. Plusieurs personnes - curieux, sympathisants et sceptiques - l’accompagnent durant la deuxième série d’apparitions (11 février au 2 mars). Ils ne voient rien sinon les traits transfigurés de Mariette qui dit son chapelet et semble en conversation avec quelqu’un. À la suite de la demande explicite de la 'Vierge des Pauvres’ (apparition du 20 janvier) une petite chapelle est érigée et inaugurée le 15 août 1933.

Examen et enquête[modifier | modifier le code]

Un hémiplégique sceptique, Ernest Boutet, est guéri après avoir pris de l'eau à la source (fin mars 1933). Étant donné l’afflux grandissant des visiteurs une enquête canonique diocésaine est ordonnée. Les faits, les déclarations de Mariette et les procès verbaux de l’abbé Jamin sont examinés entre 1935 et 1937 par une commission canonique épiscopale. Des groupes de malades arrivant en pèlerinage, une esplanade est créée en 1939.

La guérison complète d'une religieuse de Liège, Sœur Lutgarde, qui, souffrant d'une décalcification des os prononcée et irréversible, avait absorbé quotidiennement de l'eau de Banneux est déclarée 'inexplicable' par les médecins qui la soignent (juin 1937). C'est le premier 'miracle' reconnu. Comme, de plus, la première commission n’exprime aucun doute quant à la sincérité de la voyante, l'évêque de Liège Louis-Joseph Kerkhofs autorise la vénération de Notre-Dame de Banneux (19 mars 1942). Des triduums pour malades sont organisés.

Une seconde commission diocésaine (mai 1942 à février 1945) conclut au caractère surnaturel de ce qui s’est passé à Banneux. Le 22 août 1949 L’évêque Louis-Joseph Kerkhofs reconnaît alors officiellement la ‘réalité des faits’. Après quoi en 1952 la reconnaissance officielle de l’Église a suivi. Le 14 août 1956, la statue de Notre-Dame de Banneux est solennellement couronnée par Mgr Efrem Forni, nonce apostolique en Belgique.

Vénération et culte marial[modifier | modifier le code]

Le nombre de pèlerins, surtout des groupes de malades, augmente rapidement, venant de Belgique et des pays voisins. Des sanctuaires ‘Notre-Dame de Banneux’ sont érigés à Rome (1952), au Rwanda (1952), Vandœuvre-lès-Nancy (1953), Londres (1954), Laneuville-à-Bayard (1954), Marbache (1955), Issy-les-Moulineaux (1955), Kisantu (1960), etc. Un institut séculier est fondé en 1954 : les ‘Servantes de la Vierge des pauvres’.

En 1958 l’ensemble monumental de la ‘Source’ est inauguré. En 1959, Banneux enregistre son millionième pèlerin.

Depuis lors Banneux - Notre-Dame est fréquenté annuellement par environ 700 000 visiteurs ou pèlerins. Quelque 10 000 d’entre eux sont des malades. En 1985, le pape Jean-Paul II visite Banneux.

Chaque jour (durant la saison d’avril à octobre) y sont organisés plusieurs célébrations eucharistiques, la bénédiction de malade, l'adoration silencieuse, Des activités sont aussi organisées pour les enfants et les jeunes.

Mariette Beco[modifier | modifier le code]

Née le 25 mars 1921, Mariette Beco s'est mariée et a mené une vie familiale ordinaire, dans la plus grande discrétion possible et refusant tout ce qui pouvait attirer l’attention sur elle-même. Si elle visitait fréquemment la source ainsi que la chapelle des apparitions, c'était incognito. Elle est décédée le 2 décembre 2011, dans un home pour personnes âgées situé près du sanctuaire. En 2008, à l’occasion des cérémonies du 75e anniversaire des apparitions, elle chargea le chapelain du sanctuaire d’exprimer une dernière parole : « Je n’étais qu’un facteur chargé de remettre un message. Une fois le message remis, le facteur cesse d’avoir de l’importance ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Claeys-Bouuaert, Le fait de Banneux, Banneux, 1936
  • Louis-Joseph Kerkhofs, Notre-Dame de Banneux. Études et documents, Louvain : Abbaye du Mont-César, 1950
  • Paul Piron, Banneux, terre de pauvreté, Namur 1954
  • René Rutten, Histoire critique des apparitions de Banneux, Namur, 1985
  • Otto Vercammen, Banneux in het Licht van het Evangelie en van de andere verschijningen, Brugge, 1991
  • Léon Wuillaume, Banneux, message pour notre temps, Banneux, 1983

Liens externes[modifier | modifier le code]