Notre-Dame-de-l'Île-Perrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame et île Perrot.
Notre-Dame-de-l'Île-Perrot
Hotel de Ville de Notre-Dame-de-l'Ile-Perrot
Hotel de Ville de Notre-Dame-de-l'Ile-Perrot
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec[1]
Région Vallée-du-Haut-Saint-Laurent (Montérégie)
Comté ou équivalent Vaudreuil-Soulanges
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Marie-Claude Nichols
2013-2017
Code postal J7V
Constitution 14 mars 1984
Démographie
Gentilé Perrodamois, e
Population 10 782 hab. (2013)
Densité 384 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 48″ N 73° 53′ 46″ O / 45.380095, -73.89614645° 22′ 48″ Nord 73° 53′ 46″ Ouest / 45.380095, -73.896146  
Superficie 2 806 ha = 28,06 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC-5)
Indicatif +1 514
Code géographique 71065
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Notre-Dame-de-l'Île-Perrot

Géolocalisation sur la carte : Montérégie

Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Notre-Dame-de-l'Île-Perrot

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Notre-Dame-de-l'Île-Perrot

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Notre-Dame-de-l'Île-Perrot
Liens
Site web ndip.org

Notre-Dame-de-l'Île-Perrot est une des quatre municipalités situées sur l'île Perrot dans la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges au Québec (Canada), dans la région de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent en Montérégie[2],[3]. La ville a connu une augmentation démographique majeure durant les dernières années transformant une bonne partie de son territoire en banlieue typique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Notre-Dame-de-l'Île-Perrot sur l'île Perrot

La municipalité de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot occupe la plus grande partie de l'île Perrot, dans sa partie orientale et donnant sur le lac Saint-Louis. La partie la plus développée se trouve dans la partie ouest du territoire, en prolongement de l'urbanisation de la municipalité voisine de L'Île-Perrot, à proximité des ponts donnant sur l'île de Montréal et Vaudreuil-Dorion. La partie est de la municipalité, qui correspond à l'ancienne municipalité de Pointe-du-Moulin, est toutefois plus ancienne, étant le berceau de la seigneurie de l'Île-Perrot.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seigneurie de l'Île-Perrot.

« Tout comme la ville et l'île, Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, détachée de la municipalité de la paroisse de L'Île Perrot, tire son appellation du patronyme du premier seigneur des lieux, François-Marie Perrot»[4]. L'île qui prend le nom de Perrot est concédée le 29 octobre 1672 à François-Marie Perrot, capitaine du régiment de Picardie et gouverneur de Montréal, par l'intendant Jean Talon, l'oncle de sa femme, peu avant le départ de ce dernier pour la France. En 1684, Perrot vend la seigneurie à Charles LeMoyne (notaire Basset). Le 27 avril 1703, les héritiers LeMoyne revendent la seigneurie à Joseph Trottier dit Desruisseaux pour la somme de 3 500 livres (notaire Rimbaud). Après le décès de Joseph Trottier survenu au temps des fêtes 1713 à la rivière aux Renards, au cours d'une expédition dans la région de Détroit, sa femme Françoise Cuillerier lui succède jusqu'en 1751 alors que son gendre, Jean-Baptiste Leduc rachète la seigneurie vendue à la criée pour la somme de 10 000 livres. Leduc demeure seigneur de l'île jusqu'en 1785, année du rachat de la seigneurie par le marchand Thomas Dennis.

La municipalité de paroisse de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot se détache en 1949 de la municipalité de l'Île Perrot (auparavant connue sous le nom de Corporation municipale de la paroisse Sainte-Jeanne de l'Isle Perrot) constituée depuis 1854. L'année suivante,1950, le secteur de Pincourt, constituant une partie de l'ancienne municipalité, devient autonome et se constitue en municipalité. En 1958, la pointe sud-est de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot se constitue en municipalité sous le nom de Ville de Pointe-du-Moulin. Celle-ci est fusionnée à la municipalité de paroisse de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot en 1984[5]. En 1998, la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot devient la municipalité de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, puis en 2004, la ville de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot[4].

Administration[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner.svg

Le blasonnement des armoiries de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot se lit comme suit : « d’azur, au moulin à vent au naturel à quatre ailes d’or, posé sur une île de sinople baignant dans des eaux d’argent ondées d’azur et accompagné, en chef senestre, d’un croissant montant d’argent posé sur un croissant renversé du même et, en chef dextre, d’une bague d’or. En cimier, un diadème de reine d’or serti de rubis et de saphirs posé sur une torque d’or et d’azur[6] ».

Le mode d'élection est en bloc et par district[2].Élections municipales 2013, Candidatures et résultats pour Notre-Dame-de-l'Île-Perrot Source : Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec, 9 février 2014.

Composition du conseil municipal[7],[8]
2005-2009 2009-2013 2013-2017
Maire Serge Roy Marie-Claude Nichols Marie-Claude Nichols
District 1 Michel Asselin Danie Deschênes Danie Deschênes
District 2 Diane Gervais Sylvain Lemire Sylvain Lemire
District 3 Richard Filion Daniel Lauzon Daniel Lauzon
District 4 Jean-Guy Desmarchais Bernard Groulx Bernard Groulx
District 5 Josée Baril Normand Pigeon Normand Pigeon
District 6 Bruno Laplante Jean Fournel Jean Fournel

Au niveau supramunicipal, Notre-Dame-de-l'Île-Perrot fait partie de la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges et de la Conférence régionale des élus de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. Notre-Dame-de-l'Île-Perrot fait également partie du territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal. La population locale est représentée à l'Assemblée nationale du Québec par le député de la circonscription de Vaudreuil[9] et à la Chambre des communes du Canada par le député de la circonscription de Vaudreuil-Soulanges[10].

Économie[modifier | modifier le code]

La production agroalimentaire de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot comprend des vergers, par exemple les vergers Labonté[11]. Un projet expérimental de culture agroforestière mixant la culture de céréales au travers de plantations d'arbres est mis en place sur un terrain de 42 hectares en 2013[12].

Culture[modifier | modifier le code]

Des concerts sont donnés à l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal. Le festival de la S.O.U.PE de Vaudreuil-Soulanges, initié en 2012, est le premier en Amérique du Nord à avoir signé la charte du festival international Symbole d'Ouverture et d'Union des Peuples regroupant 35 villes. Ayant lieu au début septembre sur le site historique de la Pointe-du-Moulin, il propose dégustation et concours de soupes. Il attire quelque 2 000 visiteurs en 2013[13].

Société[modifier | modifier le code]

La ville de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot est en pourparlers pour la construction d'un Complexe sportif Alexandre Burrows comprenant deux patinoires de hockey à l’intérieur et quatre terrains à l’extérieur[14],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de la fiche proviennent de Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Notre-Dame-de-l'île-Perrot », 71065, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (consulté le 1er septembre 2013), sauf :
    a. Région (CRÉ) : Agence forestière de la Montérégie, « Vallée-du-Haut-Saint-Laurent », carte, sur CRÉ de la Vallée-du-Haut-Saint-Saint-Laurent,‎ 2009 (consulté le 15 avril 2013).
    b. Code postal : Postes Canada, « RTA : J7V », Québec,‎ 16 août 2013 (consulté le 1er septembre 2013).
  2. a et b Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Notre-Dame-de-l'Île-Perrot », 71065, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec,‎ 2013 (consulté le 14 février 2013)
  3. Agence forestière de la Montérégie, « Vallée-du-Haut-Saint-Laurent », carte, sur CRÉ de la Vallée-du-Haut-Saint-Saint-Laurent,‎ 2009 (consulté le 15 avril 2013).
  4. a et b Gouvernement du Québec, « Notre-Dame-de-l'Île-Perrot », sur Commission de la toponymie du Québec (consulté le 30 décembre 2012)
  5. Luke De Stéphano, Vaudreuil-Soulanges : Un lieu de convergence : Collection noir et blanc, vol. 21, Québec, Éditions GID,‎ 2008, 205 p. (ISBN 978-2-922668-69-8), p. 110.
  6. Ville de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot : Logo et armoiries, consulté le 26 décembre 2012.
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées elect2013.
  8. a. Gouvernement du Québec, « Archives des résultats des élections municipales : Notre-Dame-de-l'Île-Perrot (V) », 71110, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec,‎ 21 novembre 2013 (consulté le 9 février 2014).
    b. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Notre-Dame-de-l'île-Perrot », 71065, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec (consulté le 1er septembre 2013).
  9. Commission de la représentation électorale du Québec, « La carte électorale du Québec : Les 125 circonscriptions électorales 2011 », Directeur général des élections du Québec (consulté le 20 juin 2013).
  10. Gouvernement du Canada, « Proclamation donnant force de loi au décret de représentation électorale à compter de la première dissolution du Parlement postérieure au 25 août 2004 (TR/2003-154), Annexe: Loi sur la révision des limites des circonscriptions électorales - Décret de représentation », Ministère de la Justice du Canada (consulté le 20 juin 2013).
  11. a. « Verger Labonté » (consulté le 9 janvier 2013).
    b. Marché champêtre de Rigaud, « L'air du marché », 3,4, Ville de Rigaud,‎ août 2011 (consulté le 9 janvier 2013)
  12. (en) Éric Leclerc, « Sowing the seeds of agricultural innovation in NDIP », Your Local Journal, vol. 11, no 73,‎ 29 août 2013, p. 3 (lire en ligne).
  13. a. Marie-Maxime Cousineau, « À la soupe! », L'Étoile, vol. 46, no 34,‎ 4 septembre 2013, p. 5 (lire en ligne).
    b. Festival de la SOUPE de Vaudreuil-Soulanges, « À propos de nous »,‎ 2013 (consulté le 5 septembre 2013).
  14. (en) John Jantak, « NDIP announces a new sports centre while Pincourt hopes to revive abandoned facility », Your Local Journal, vol. 11, no 49,‎ 31 janvier 2013, p. 3
  15. (en) Jim Duff, « Burrows takes arena project to Notre-Dame », Gazette Vaudreuil-Soulanges, vol. 62, no 47,‎ 30 janvier 2013, p. 4-21 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Senneville,
L'Île-Perrot
Baie-D'Urfé, Beaconsfield,
Lac Saint-Louis
Pointe-Claire Rose des vents
Pincourt N Lac Saint-Louis, Léry, Châteauguay
O    Notre-Dame-de-l'Île-Perrot    E
S
Vaudreuil-Dorion,
Pointe-des-Cascades
Fleuve Saint-Laurent,
Beauharnois