Nothrotheriops

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nothrotheriops

Description de cette image, également commentée ci-après

Paresseux terrestre de Shasta

(Nothrotheriops shastense)
presque adulte, corps partiellement
momifié à cause de guano de

chauve-souris dans une grotte
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Super-ordre Xenarthra
Ordre Pilosa
Famille Nothrotheriidae

Genre

Nothrotheriops
Hoffstetter (1954)

Espèces de rang inférieur

  • N. shastensis (Sinclair 1905)
  • N. texanus (Hay 1916)

Nothrotheriops est un genre de paresseux terrestre du Pléistocène rencontré en Amérique du Nord et du Sud. Ce genre de xénarthre de la taille d'un ours était en famille avec le Megatherium, qui est bien plus grand et bien plus célèbre, bien qu'il ait été récemment placé dans une famille différente, les Nothrotheriidae[1].

Découverte et espèces[modifier | modifier le code]

Crâne de N. shastensis

Des fossiles de l'espèce la plus connue, le Paresseux terrestre de Shasta (N. shastensis), ont été trouvés un peu partout à l'ouest de l'Amérique du Nord, plus particulièrement au Sud-Ouest des États-Unis. Le spécimen le plus célèbre a été extrait d'un tunnel de lave au Aden Crater dans le Nouveau-Mexique et avait toujours du pelage et des tendons préservés[2]. Ce spécimen presque complet est exposé au muséum d'histoire naturelle Peabody de l'université Yale à New Haven. De nombreuses bouses de Nothrotheriops ont aussi été trouvées dans tout le Sud-Ouest des États-Unis et ont donné un aperçu de la diète de ces animaux éteints.

Bien que N. shastensis était une des plus petites espèces de paresseux terrestre, il atteignait quand même 2,75 m de la tête à la queue et pesait 250 kg. Cette espèce était donc beaucoup plus petite que certaines des espèces contemporaines comme l'Eremotherium, qui pouvait facilement peser plus de deux tonnes et avoir 6 m de long[3]. N. shastensis avait de grandes et robustes pattes arrières et une queue puissante et musculeuse qu'il utilisait pour former un trépied d'appui à chaque fois qu'il passait de la position quadrupède a la position bipède[4].

Écologie[modifier | modifier le code]

Reconstitution de N. shastensis

Nothrotheriops shastensis se comportait comme tous les paresseux terrestres en Amérique du Nord et du Sud, se nourrissant de diverses plantes comme le Sphaeralcea ambigua, les cactus et les yucca. Il était chassé par divers prédateurs locaux, comme le Smilodon, dont les paresseux ont pu se défendre en se dressant sur leurs pattes arrières et en fauchant avec leurs longues griffes antérieures, comme son lointain parent Megatherium, comme en émet l'hypothèse la série de la BBC Sur la terre des monstres disparus. Les mêmes griffes ont aussi pu servir comme outils pour dépasser les épines des plantes et attraper les fleurs et les fruits tendres. Par ailleurs, les paresseux terrestres de Shasta ont pu avoir une langue préhensile (comme une girafe) pour arracher les feuilles des branches[4].

Les ancêtres de Nothrotheriops remontent au Miocène. Ils ont migré depuis l'Amérique du Sud vers l'Amérique du Nord pendant l'Irvingtonien, il y a environ un million d'années. Ces espèces se sont étendues au nord jusqu'à la province canadienne de l'Alberta, ce qui en fait les espèces les plus septentrionales de leur groupe, qui sinon vivaient essentiellement dans la région sud-ouest du continent de l'Amérique du Nord, c'est-à-dire les États du Texas, de la Caroline du Sud et la Floride[3].

Bouses fossilisées de N. Shastensis de la grotte Rampart. NPS, 1936.

Le spécimen le plus célèbre a été trouvé dans un tunnel de lave au cratère Aden Crater au Nouveau-Mexique ; il a été trouvé avec le pelage et les tendons toujours préservés[2]. De plus, une période de recherches approfondies à la grotte Rampart ont révélé une quantité respectable de pelage et de bouse de paresseux, ce qui a aussi permis aux scientifiques d'utiliser les techniques de datation par le carbone 14 pour établir la période à laquelle il a vécu[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) C. de Muizon, « The Youngest Species of the Aquatic Sloth Thalassocnus and a Reassessment of the Relationships of the Nothrothere Sloths (Mammalia: Xenarthra) », Journal of Vertebrate Paleontology, Society of Vertebrate Paleontology, vol. 24, no 2,‎ juin 2004, p. 387–397 (DOI 10.1671/2429a, lire en ligne)
  2. a et b (en) Lull, S. 1929. A remarkable ground sloth. Memoirs of the Peabody Museum of Yale University, 3: 1-39.
  3. a et b (en) Lange, Ian M., Ice Age Mammals of North America: A Guide to the Big, the Hairy, and the Bizarre, Mountain Press Publishing Company, 2002. Pg. 83, 85
  4. a, b et c (en) Barton Miles & Co., Prehistoric America. A journey through the Ice Age and beyond. BBC publishing, 2002. Pg 108-9.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]