Nossis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nossis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Buste de Francesco Jerace

Naissance IIIe siècle
Locres, Grande Grèce
Langue d'écriture grec ancien
Genres épigramme

Nossis (grec ancien ), est une poétesse grecque du IIIe siècle avant Jésus-Christ, originaire de Locres, dans le Bruttium, en Grande Grèce. Sa vie ne nous est pas autrement connue.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'Anthologie Palatine a conservé une douzaine d'épigrammes de Nossis, peuplées majoritairement de figures féminines, dans lesquelles elle célèbre l'amour, ou ambitionne d'égaler Sappho.

André Chénier a imité l'une de ces épigrammes dans ses Bucoliques (LXVII) :

Rien n'est doux que l'amour, aucun bien n'est si cher.
Près de lui le miel même à la bouche est amer.
Celle qui n'aime point Vénus sur toutes choses,
Elle ne connaît pas quelles fleurs sont les roses...

L'une des épigrammes (VII, 414) est une épitaphe de Rhinthon de Syracuse, inventeur de l'hilarotragédie.

Antipatros de Thessalonique range Nossis au nombre des neuf muses terrestres[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anthologie Palatine, Livre IX, 26.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (grc+fr) Yves Battistini, Poétesses grecques, Paris, Imprimerie nationale, coll. « La Salamandre »,‎ 1998 (ISBN 2743302607).

Liens externes[modifier | modifier le code]