Nos étoiles contraires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le roman de John Green. Pour le film de Josh Boone, voir Nos étoiles contraires.
Nos étoiles contraires
Auteur John Green
Genre roman
Version originale
Titre original The Fault in Our Stars
Éditeur original Dutton Books
Langue originale anglais
Pays d'origine États-Unis
Date de parution originale janvier 2012
ISBN original 0-525-47881-7
Version française
Traducteur Catherine Gibert
Éditeur Nathan jeunesse
Date de parution 2013

Nos étoiles contraires (The Fault in Our Stars) est un roman destiné aux jeunes adultes de l'auteur américain John Green édité en janvier 2012 par Dutton Books.

Le titre original est tiré d'acte I, scène 2 de la pièce de Shakespeare Jules César (1599), où Cassius dit à Brutus : « The fault, dear Brutus, is not in our stars, / But in ourselves, that we are underlings » (« Si nous ne sommes que des subalternes, cher Brutus, la faute en est à nous et non à nos étoiles », traduction de François-Victor Hugo en 1872).

Résumé[modifier | modifier le code]

Le roman raconte l'histoire de deux adolescents atteints de cancer. Hazel Grace Lancaster, la narratrice âgée de 16 ans, survit grâce à un traitement expérimental. Ses parents l'obligent à fréquenter un groupe de soutien. Durant les séances, elle fait la connaissance d'Augustus Waters, d'un an son aîné, qui souffre d'ostéosarcome et est en rémission. Les deux adolescents se passionnent pour un roman de Peter Van Houten, lui aussi consacré à une jeune fille atteinte d'un cancer, qui se termine brusquement au milieu d'une phrase. Curieux du sort des personnages, Hazel et Augustus envisagent de se rendre à Amsterdam afin de rencontrer l'auteur. Ils effectuent le voyage grâce à une fondation d'aide aux enfants malades qui se charge d'exaucer leur vœu le plus cher[1],[2]. Une histoire d'amour se crée entre les deux malades.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule à Indianapolis, Hazel Grace Lancaster est une jeune fille de 16 ans atteinte d'un cancer de la thyroïde au stade 4 (cancer diagnostiqué à l'âge de treize ans) et dont les poumons sont pleins de métastases. Le Phalanxifor, médicament qui semble n'avoir d'effet que sur elle, a arrêté l'évolution de ses tumeurs. Elle se trouve néanmoins obligée de traîner une bonbonne d'oxygène partout où elle va pour pouvoir respirer convenablement.

Bien qu'elle s'y ennuie énormément, sa mère la force à fréquenter un groupe de soutien pour jeunes cancéreux animé par Patrick, rescapé d'un cancer des testicules. Un jour, lors d'une réunion du groupe, elle fait la connaissance d'Augustus Waters, un garçon de 17 ans. Augustus a un ostéosarcome, cause de l'amputation d'une moitié de sa jambe, en rémission depuis un an. Il est là pour soutenir son ami, Isaac (qui est aussi l'ami de Hazel), un garçon brun et maigrichon qui souffre d'un cancer de l’œil.

Après la réunion, Augustus approche Hazel et lui dit qu'elle ressemble à la jeune Natalie Portman dans V for Vendetta. Il invite donc Hazel à venir voir le film chez lui. Le courant passe très bien entre les deux ados et à la fin de la soirée, ils décident de lire le livre préféré de l'autre. Hazel recommande Une Impériale Affliction, de Peter Van Houten.

Hazel explique tout la magnificence de son livre : c'est l'histoire d'une fille qui s'appelle Anna et qui a une leucemie. Une Impériale Affliction est la seule chose qu'Hazel ait lu qui corresponde à l'expérience qu'elle a elle-même vécue. Elle décrit la manière dont le roman s'arrête en plein milieu d'une phrase, en privant les lecteurs d'une vraie fin. Elle s'interroge à propos de l'auteur, Peter Van Houten, qui s'est expatrié vers Amsterdam après la publication de son roman, et dont personne n'a entendu parler depuis.

Entre temps, Isaac, devenu aveugle après la retrait de son deuxième œil, est fou de chagrin car sa petite amie, Monica, l'a laissé tomber. Hazel et Augustus tentent tant bien que mal de le consoler. Un jour, Augustus l'appelle et l'informe qu'une certaine Lidewij Vligenthart, l'assistante de Van Houten, a réussi à persuader son patron de répondre à un e-mail qu'Augustus a écrit. Après plusieurs e-mails échangés, Lidewij écrit elle-même à Augustus et lui dit que si Hazel et lui souhaitaient venir à Amsterdam pour rencontrer Peter Van Houten et pouvoir, enfin, connaître les réponses à leurs questions, ils seraient les bienvenus.

Augustus demande alors si Hazel a conservé son vœu, chaque enfant malade a le droit à un vœu qu'une fondation se charge de pouvoir réaliser, mais celle-ci répond qu'elle l'a utilisé pour pouvoir aller à Disney Land avec ses parents alors qu'elle n'avait que treize ans. Augustus se moque d'elle et se demande comment il a pu faire pour craquer sur une fille aux vœux aussi banals (bien que contre l'idée de sortir avec lui, Hazel ressent tout de même une étrange sensation lorsqu'il dit le mot « craquer »), néanmoins, il ne lui en veut pas. De retour chez elle, elle se demande si ses parents seraient capables de se sacrifier encore plus pour lui permettre d'aller à Amsterdam mais une brève discussion avec sa mère lui fait prendre en compte toutes les difficultés liées à sa maladie et le fait que ses parents ne s'en sortent plus - sa mère a dû quitter son travail et les économies de la famille ont toutes disparu à cause du Phalanxifor. Découragée, elle essaye de ne plus penser à ce voyage.

Le lendemain, Augustus se présente chez elle, un bouquet de tulipes oranges dans les mains, et lui demande de venir pique-niquer avec elle au parc. Tout dans ce rendez-vous présente des éléments oranges et, après un énorme monologue, Augustus lui avoue qu'il a utilisé son vœu pour pouvoir aller à Amsterdam avec elle afin de rencontrer le fameux Peter Van Houten. Le voyage aura lieu début mai. Hazel, aux anges, l'annonce à ses parents qui semblent assez réticents en raison des énormes complications que sa maladie va créer.

Durant la soirée, Hazel se sent très mal avec des maux de tête et d'épaule horribles, et elle finit par se coucher. Durant la nuit, elle se réveille en hurlant parce qu'elle a l'impression que son crâne va exploser et, sur le trajet de l'hôpital, elle se dit que c'est la fin, que les métastases ont envahi son corps, et qu'elle n'ira jamais à Amsterdam. Hazel se réveille en soin intensif et son infirmière lui apprend que les douleurs sont dues au fait de sa sous-oxygénation, et que ses poumons étaient baignés dans une impressionnante quantité de liquide qu'on a pu lui extraire avec succès. Elle reste une semaine à l'hôpital, une semaine au bout de laquelle une réunion de l'équipe spécialisée dans le cancer lui détaille son cas.

Ses tumeurs n'ont pas grossi ni rétréci et sa maladie est stable, il va falloir juste lui retirer du liquide beaucoup plus souvent. Lorsque Hazel pose la question du voyage à Amsterdam, le docteur Maria, sa cancérologue, rétorque qu'elle ne voit aucun mal à ce qu'elle y aille, mais les docteurs ne sont pas unanimes et ses parents ne veulent pas qu'elle y aille sans l'accord de tous les médecins. Hazel acquiesce très déçue.

Cependant, quelques jours après son retour à la maison, sa mère lui apprend qu'elle va finalement pouvoir participer au voyage, le docteur Maria jugeant son état de santé stable. Folle de joie, Hazel contacte Augustus et reçoit bientôt un e-mail de Lidewij concernant leur programme, soit un dîner offert à l'Oranjee et la rencontre avec Van Houten suivi d'une visite dans un musée ou dans la maison d'Anne Frank.

Le jour du départ arrive et Hazel, sa mère et d'Augustus embarquent à l'aéroport. Durant le vol, Augustus confie à Hazel qu'il est définitivement amoureux d'elle malgré l'oubli inévitable qui frappera leur relation, et, même si la jeune fille ne veut toujours pas que leur amitié devienne de l'amour, elle n'en reste pas moins troublée par ses propres sentiments.

Arrivée à Amsterdam, Hazel se repose pour compenser le décalage horaire et, le soir venu, elle sort dîner avec Augustus à l'Oranjee. Ils goûtent de nouvelles saveurs, comme le champagne, et finissent par rentrer à l'hôtel. Au bord d'un canal, Hazel croit un instant qu'Augustus est prêt à l'embrasser mais il ne le fait pas, car il est conscient du rejet de la jeune fille.

Le lendemain matin, ils s'apprêtent à aller rencontrer Peter Van Houten. Hazel décide de s'habiller comme Anna, l'héroïne du film, persuadée d'avoir une réaction de la part de l'homme. S'attendant à voir un vrai génie, Hazel est déçue de constater que son auteur préféré n'est pas celui qu'elle croit ; en réalité, Peter van Houten est un homme ventripotent adepte de toutes sortes d'alcools, qui ne croit plus en rien dans la vie et déteste toutes personnes. Il refuse de répondre aux questions de Hazel, hormis une : qu'est-il arrivé à Sisyphe, le hamster d'Anna.

En colère et pleine de désillusions, Hazel quitte en trombe la maison de Van Houten avec Augustus, bientôt rattrapée à Lidewij qui se confond en excuses et leur demande s'ils veulent venir voir la maison des Frank. Hazel et Augustus acceptent et ils se retrouvent tous les trois à observer les vestiges de la famille. Soudain, dans une pièce consacrée au témoignage d'Otto Frank, Hazel se rend compte de la nature de ses véritables sentiments et se lâche enfin. Elle embrasse alors Augustus, sous le regard de personnes qui les félicitent. De retour dans la rue, elle propose alors à Augustus de monter dans sa chambre ce qu'il accepte et, malgré quelques complications, ils font l'amour.

Lorsque Augustus s'endort, elle lui laisse un papier sur lequel est dessiné un schéma légendé, rapport à une discussion qu'elle a eu avec lui. Le lendemain matin, ils racontent à Mme Lancaster leur journée, comment ils s'étaient fait des illusions sur Peter Van Houten, la sortie dans la maison des Frank, et font exprès d'omettre l'épisode du baiser et d'une partie de la nuit. Le soir venu, Hazel monte encore une fois dans la chambre de Augustus et s'assoit sur son lit, espérant qu'il vienne la rejoindre. Mais le garçon s'affale sur un fauteuil et confie alors tout à Hazel.

Son cancer est revenu et, pire que tout, son corps est truffé lui aussi de métastases. Il avait commencé une chimiothérapie palliative qu'il a volontairement interrompu pour venir à Amsterdam, décision qui n'avait pas l'accord de ses parents. Hazel comprend alors que l'état d'Augustus se dégrade de jour en jour, et qu'il est sans doute en phase terminale, comme elle, et a soudain de peur de le perdre. Augustus lui assure, devant son désespoir, qu'il va se battre pour elle et pour vivre, à tout prix.

De retour à Indianapolis, Hazel informe son père de l'état d'Augustus, et celui-ci lui rétorque qu'il le savait déjà, la mère du garçon les ayant informé avant le voyage. Hazel voit avec horreur l'état de son petit ami se dégrader de jour en jour et, un matin où elle se rend chez Augustus et qu'elle constate qu'il a uriné au lit, incapable de se contenir, elle se rend compte que le cas d'Augustus est désespéré et que ses jours sont comptés. Alors, un jour avec Isaac, ils se rendent dans l'église où ont lieu les réunions du groupe de soutien pour les pré-funérailles d'Augustus. Isaac et Hazel font l'éloge funèbre demandée par Augustus.

Augustus Waters meurt huit jours après ses pré-funérailles, laissant Hazel bouleversée. Durant son enterrement, Peter Van Houten s'impose dans la voiture des Lancaster mais Hazel, toujours en colère contre lui, refuse d'accepter ses excuses.

Deux semaines après les funérailles d'Augustus, Hazel se rend chez Isaac et celui-ci lui informe qu'Augustus écrivait quelque chose à l'intention de la jeune fille. Hazel pense qu'il s'agit de la suite improvisée de Une Impériale Affliction que le garçon lui avait promis. En voulant à tout prix aller chez les Waters, Hazel retrouve Van Houten dans sa voiture et, après une discussion, elle comprend qu'Anna, l'héroïne du livre, est la représentation de la fille de Van Houten, décédée enfant à cause d'une leucémie et que c'est pour cela que l'homme est aussi exécrable. Elle le laisse sur un trottoir, persuadée que la vie de Van Houten prendra un nouveau tournant. Elle se précipite chez les Waters et, après avoir fouillé de font en comble la chambre de Gus, elle ne retrouve rien. Découragée, elle rentre chez elle et se terre dans le sommeil, sous les yeux inquiets de ses parents. Durant la nuit, Mr Waters informe Hazel qu'il a retrouvé un carnet noir dans lequel il manque quatre pages. Hazel parle avec Kaithlyn, une amie, et elle comprend qu'il les a envoyées à Van Houten. Elle envoie donc un e-mail à Lidewij en lui demandant de fouiller dans les lettres de son ancien patron.

La jeune femme lui répond une journée après et envoie en même temps les écrits d'Augustus.

Dans la lettre qu'Augustus a écrite, il décrit à quel point ses sentiments sont forts pour Hazel. Il se confie à Van Houten, lui dit que le soir où il a fait son petscan et qu'il a vu qu'il était condamné, il s'était glissé dans la chambre d'hôpital de Hazel - celle-ci étant en soin intensif - et a cru qu'elle allait mourir avant qu'il ne lui dise qu'il allait mourir aussi. Il achève ses confessions en prétextant qu'il aimait ses choix, tous, et qu'il espérait qu'elle aime les siens. Et Hazel déclare qu'elle aime ses décisions.

Publication[modifier | modifier le code]

En juin 2011, John Green annonce que son prochain livre, alors en cours d'écriture, portera le titre The Fault in Our Stars. Il promet au public de signer chaque exemplaire précommandé. Le même jour, le roman fait son entrée dans le classement des meilleures ventes des boutiques en ligne Amazon et Barnes & Noble[3]. En 2012, lors de sa sortie, le roman est tiré à 300 000 exemplaires et occupe la première place de la New York Times Best Seller list durant cinq semaines[4]. En janvier 2013, les ventes du livre approchent le million d'exemplaires[5].

Le roman, traduit par Catherine Gibert, paraît dans les pays francophones sous le titre Nos étoiles contraires[6]. Il est traduit en plusieurs autres langues, dont l'allemand[7] et l'italien[8].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

NPR estime que le livre, bien que destiné au jeune public, pose un regard adulte sur le sujet et défie les catégorisations[9]. Le Washington Post loue l'authenticité des personnages[2].

The Fault in Our Stars arrive en tête de la liste des meilleurs ouvrages de fiction de l'année 2012 établie par le magazine Time[10]. Il figure à la 3e place dans la sélection des meilleurs romans pour la jeunesse de l'année 2012 publiée par Babelia, le supplément culturel du journal espagnol El País[11].

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nos étoiles contraires (film).

Fox 2000, une filiale de 20th Century Fox, acquiert les droits d'adaptation cinématographique. En 2013, le studio confie la réalisation du film, dont le scénario est signé par Scott Neustadter (en) et Michael H. Weber, au cinéaste Josh Boone (en)[12]. Shailene Woodley y joue le rôle de Hazel tandis que Ansel Elgort interprète celui de Augustus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :