Noséane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noséane
Catégorie IX : silicates[1]
Terminaison maclée typique de l'espèce (1mm) Eifel, Allemagne

Terminaison maclée typique de l'espèce (1mm) Eifel, Allemagne
Général
Classe de Strunz 09.FB.10
Formule brute H2Al6Na8O29SSi6Na8Al6Si6O24(SO4)•(H2O)
Identification
Masse formulaire[2] 1 012,384 ± 0,016 uma
H 0,2 %, Al 15,99 %, Na 18,17 %, O 45,83 %, S 3,17 %, Si 16,65 %,
Couleur incolore; blanc; gris; bleuâtre; bleu; bleu gris; brun; rougeâtre; noir; gris brun
Classe cristalline et groupe d'espace hextetrahédral ; P\bar{4}3n
Système cristallin cubique
Réseau de Bravais primitif P
Macle sur {111}
Clivage indistinct sur {110}
Cassure conchoïdal
Habitus grenu, agrégats, massif, rare cristaux
Faciès cristaux dodécaédrique ou pseudohexagonal parfois très allongé
Échelle de Mohs 5.5 à 6
Trait blanc à blanc bleuté
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Biréfringence Δ = 0.000
Fluorescence ultraviolet oui
Transparence transparent à translucide
Propriétés chimiques
Densité 2.3 à 2.4
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La noséane est une espèce minérale du groupe des silicates sous-groupe des tectosilicates composé d'aluminosilicate de sodium combiné au sulfate de sodium de la famille des feldspath, de formule chimique Na8Al6Si6O24(SO4)avec des traces : Fe;Ca;K;Cl[3].

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Karl Wilhelm Nose

C'est Martin Heinrich Klaproth en 1815 qui est l'inventeur de cette espèce[4], il l'a dédiée au minéralogiste allemand Karl Wilhelm Nose (1735-1835) de Brunswick en Basse-Saxe, découvreur des échantillons type qui avait initialement décrit l'espèce sous le nom de spinellane.

Topotype[modifier | modifier le code]

Laacher See, Eifel, Rhénanie, Allemagne.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • natron-haüyne [5]
  • noselite
  • nosite
  • nosiane ou nosine[6]
  • spinellane (Nose) [7]

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Critères de détermination[modifier | modifier le code]

  • Cristaux dodécahédriques assez complexes tant dans ses formes que dans ses coloris ce qui rend son identification difficile.
  • Se différencie de la sodalite par un chauffage au chalumeau sous lequel il ne se décolore pas.
  • Se différencie de la lazurite par un mode de gisement plus réduit mais aussi parce que pas systématiquement accompagné de pyrite.
  • Très difficile à différencier d'une haüyne incolore à blanche.

Variétés et mélanges[modifier | modifier le code]

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • Elle fait partie d'un groupe de minéraux isostructuraux celui de la sodalite.
Groupe de la sodalite

Le groupe sodalite est composé de minéraux ayant une structure isométrique similaires et chimiquement proche ; tous issus des feldspathoïdes, minéraux des roches ignés pauvres en silice. Comme les zéolithes, les feldspathoïdes et le groupe de la sodalite, ont des structures cristallines largement ouvertes, ce que traduit parfaitement leur faible densité[9].

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Propriétés physiques[modifier | modifier le code]

Habitus 
Les cristaux de noséane sont pseudohexagonaux ou dodécaédriques, sont rares, de petite taille et ne dépassent pas 2 millimètres.

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie 
On le retrouve dans les roches magmatiques à faible teneur en silice mais riches en alcalins. C'est une phonolite de type tectosilicate. Il peut aussi remplir les canaux des zéolites[10] La nosélitite est une roche effusive constituée presque exclusivement de noséane.
Minéraux associés 
Leucite,Magnétite, Micas, Sanidine, Sodalite, Titanite, Zircon

Galerie (photomicrographie) Eifel Allemagne[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
Rhénanie
Baden-Württemberg
  • États-Unis
Utah, La Sal Range
  • France
Tahiti
  • Groenland
  • Italie
Latium
  • Russie
Mourmansk


Exploitation des gisements[modifier | modifier le code]

Utilisations 
Parfois utilisée en joaillerie mais sa rareté la rend marginale, parfois en remplacement du lapis lazuli ou en association avec la sodalite.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. The Handbook of Mineralogy John W. Anthony, Richard A. Bideaux, Kenneth W. Bladh, and Monte C. Nichols, and published by Mineral Data Publishing Volume II, 1995reprinted 2003
  4. Klaproth, M.H. (1815): Beiträge zur chemischen Kenntnis der Mineralkörper, Bd. 6; 50. Chemische Untersuchung des Spinellans, 371-376.
  5. The system of mineralogy of James Dwight Dana, 1837-1868 Par James Dwight Dana,Edward Salisbury Dana,William Ebenezer Ford p.432 6e édition 1920
  6. Traité élémentaire de minéralogie, Volume 2 Par François Sulpice Beudant p.783 1837
  7. Traité de minéralogie, Volume 4 Par Armand Dufrénoy p.550 1859
  8. Dictionnaire des sciences de la terre: anglais-français, français-anglais Par Magdeleine Moureau,Gerald Brace p.342 2000
  9. Barth, T.F.W. (1932) The structure of the minerals of the sodalite family. Zeitschrift Kristallographie: 83: 405-414.
  10. (fr) Chimie inorganique. sur le site Wipo - consulté le 17/03/2010.