Northrop Grumman X-47 Pegasus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif X-47 Pegasus Su-27 silhouette.svg
X-47A rollout.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : États-Unis Northrop Grumman
Rôle Drone expérimental
Statut programme clos le 13 janvier 2006
Premier vol 23 février 2003
Nombre construits 2
Équipage
pas de pilote
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney JT15D
Nombre 1
Type turboréacteur
Poussée unitaire 14 200 N
Dimensions
Envergure 8,47 (X-47B : 18,92) m
Longueur 8,50 (X-47B : 11,63) m
Hauteur 1,86 (X-47B : 3,10) m
Masses
À vide 1,740 kg
Avec armement 2,212 kg
Maximale 2,678 kg
Performances
Vitesse maximale env. 900 km/h (Mach 0,8 env. (vitesse sub-sonique))
Plafond 12 200 m
Rayon d'action 2 800 km
Armement
Interne emport potentiel de 2 bombes de 225 kg

Le Northrop Grumman X-47A Pegasus est un démonstrateur pour une prochaine génération de drones de combat. Le X-47 fait partie du projet J-UCAS de l'agence de défense américaine DARPA. Le projet s'est terminé en janvier 2006.

Au contraire du Boeing X-45, le développement du Pegasus a été financé par le constructeur. Le modèle initial a reçu la désignation X-47A ; une seconde version navale pour l'US Navy est désigné X-47B.

Développement[modifier | modifier le code]

L'US Navy a conclu un pré-contrat de 2 millions de dollars avec Boeing et Northrop Grumman[1].

Le programme UCAV (Unmanned Combat Aerial Vehicle = Véhicule aérien de combat sans pilote) visait aussi à construire un avion adapté aux porte-avions : résistance à une atmosphère humide et saline, aux interférences électromagnétiques, adaptation aux catapultages et appontages parfois violents.

L'US Navy a ensuite signé un contrat avec Northrop Grumman pour le développement du prototype appelé « X-47A Pegasus » début 2001. Il présente une configuration en pointe de flèche, sans empennage. L'angle du bord d'attaque de la voilure est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est rétractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 volets intégrés (inlaid flaps, petits volets à proximité des extrémités de voilure).

Le turboréacteur est installé sur l'extrados de l'avion, l'entrée d'air avec une structure à chicane destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans dispositif de réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de la compétence nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux innovateurs sous objectif de coût.

Le prototype a fait son premier roulage le et son premier vol le sur la base de l'US Navy de China Lake en Californie. L'avion n'est pas d'emport externe d'armement, mais il comprend, pour des raisons de discrétion, deux soutes à bombes, emportant chacune une charge fictive de 225 kg simulant une bombe.

Le programme a été clos le .

En août 2007, l'US Navy a sélectionné l’appareil X-47B pour intégrer son programme de recherche consacré aux véhicules autonomes[2]. Le 4 février 2011, le X-47B a effectué son premier vol depuis la base aérienne d'Edwards. La campagne d'essais comporte une cinquantaine de vols et doit se terminer à la fin de 2011. Une nouvelle campagne d'essais aura lieu en 2013 à partir d'un porte-avions[3]. En mai 2013, le drone X-47B d’une distance franchissable de près de 4 000 kilomètres a décollé avec succès du porte-avions George H.W. Bush, stipule un communiqué publié sur le site de la Marine américaine[4]. Le 10 juillet 2013, le drone X-47B a pour la première fois, effectué un appontage réussi sur le même porte-avions, réalisant ainsi de façon autonome une des manœuvres les plus complexes de l'aviation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :