Norman McLaren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McLaren.

Norman McLaren

Description de l'image  Norman McLaren drawing on film - 1944.jpg.
Naissance
Stirling
Écosse Écosse
Nationalité Drapeau du Canada. Canadien
Décès (à 72 ans)
Montréal
Drapeau du Canada Canada
Films notables Caprice en couleurs
Voisins
Blinkity Blank (en)
Il était une chaise
Narcisse

Norman McLaren (, Stirling, Royaume-Uni - , Montréal, Canada) est un réalisateur canadien d'origine britannique. Il est considéré comme un des grands maîtres du cinéma d'animation mondial. Son nom est étroitement associé à l'Office national du film du Canada.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Compagnon de vie du directeur de la section française de l'ONF, Guy Glover, son œuvre s'est développée au sein du bouillonnement culturel et politique du cinéma québécois d'alors. Certains de ses films se feront d'ailleurs en français.

Il a expérimenté de nombreuses techniques : grattage de pellicule, peinture sur pellicule, et même peinture du son sur pellicule, pixilation, prise de vue réelle, stop motion, dessin animé.

Norman McLaren s'est notamment inspiré des techniques de superposition de personnage sur un décor d'Emile Courtet, dans ses techniques de grattage de pellicule, comme dans Love on the Wing par exemple.

D'une créativité débordante, McLaren expérimente constamment, à la manière de l'artiste visuel dans son studio. Il utilise les mêmes images de départ dans ses 2 films Lignes horizontales et Lignes verticales.

Il innove également dans la création du son, dessinant directement la piste sonore optique de ses films. Il se crée un système de repères, établissant des correspondances entre espaces des traits et notes de musiques, auquel il ajoute des masques afin de créer des ondes sonores simples ou plus complexes. On voit son travail à ce niveau dans À la Pointe de la Plume. Mais ce travail sur le son va plus loin: Mc Laren a toujours recherché une symbiose entre son et image. L'image danse sur la musique de la bande sonore. On peut dire que McLaren a dessiné pour nous aider à entendre et composé de la musique pour nous aider à voir. L'œil voit ce que l'oreille entend et réciproquement. Ainsi, en définitive, l'œil entend, l'oreille voit. Ceci est d'ailleurs le titre d'un film de McLaren dans lequel il réalise, à partir d'un piano, non seulement le son du film mais aussi l'image.

Il travaillait au sein de l'Office national du film du Canada.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Les films de Norman McLaren sont ajoutés au Registre international Mémoire du monde de l'UNESCO[1]. Du 11 avril au 1er 2014, le Quartier des spectacles et l'Office national du film du Canada s'associent pour souligner le 100e anniversaire de naissance de Norman McLaren avec des vidéosprojections sur les différentes façades du Quartier des spectacles de Montréal[2][3].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Alfio Bastiancich, Norman McLaren, précurseur des nouvelles images, Paris, Dreamland,‎ 1997 (ISBN 2910027074)
  • Raphaël Bassan, Norman McLaren, le silence de Prométhée, Paris, Éd. Paris expérimental, coll. « Les Cahiers de Paris expérimental » (no 17),‎ 2004 (ISBN 9782912539236)
  • Olivier Cotte, Les oscars du film d'animation : secrets de fabrication de 13 courts-métrages récompensés à Hollywood, Paris, Eyrolles,‎ 2006 (ISBN 2212115687), « les coulisses de '"Voisins" »
  • Norman McLaren, Journées internationales du cinéma d'animation, Annecy 1965 / Cinémathèque canadienne, Montréal 1965. Catalogue comprenant de nombreuses illustrations n&b. Introduction d'André Martin, de Robert Benayoun, Claude Jutra, Walerian Borowczyk et plus…(english text). Suivie du catalogue en français des réalisations de McLaren, technique par technique.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]