Nord 3202

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nord 3202
{{#if:
Nord 3202 exposé à Dugny en 2007
Nord 3202 exposé à Dugny en 2007

Constructeur Drapeau : France Nord-Aviation
Rôle Avion d'entraînement
Premier vol 22 juin 1954
Mise en service 1959
Date de retrait 1978
Nombre construits 101
Équipage
2 (élève + instructeur)
Motorisation
Moteur Potez4D32
Nombre 1
Type Moteur
Puissance unitaire (240 ch)
Dimensions
Envergure 9 5 m
Longueur 8 12 m
Hauteur 2,82 m
Surface alaire 16 5 m2
Masses
À vide 915 kg
Maximale 1 220 kg
Performances
Vitesse de croisière 197 km/h
Vitesse maximale 228 km/h
Plafond 3 000 m
Rayon d'action 900 km
Avionique
Radio VHF.

Le Nord 3202 est un avion d'entraînement militaire[1] français conçu et réalisé par la Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Nord au cours des années 1950.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Nord 3202 a été conçu initialement à la suite d'un intérêt de l'Armée de Terre pour un avion d'entraînement destiné au remplacement des biplans Stampe SV-4 en service au début des années 1950. Les militaires français se tournèrent alors vers le projet défendu par la SNCAN qui consistait en un avion rudimentaire, ayant des capacités secondaires de voltige aérienne.

Après le premier vol des deux prototypes, désignés Nord 3200 et 3201, qui intervinrent respectivement le 22 juin 1954 et le 10 septembre 1954, il fut décidé de développer une version de série directement dérivée du 3200 et désignée 3202. Celui-ci réalise son premier vol en avril 1957. Une commande étatique pour cent appareils est passée en tant que marché N°5024/57 en date du 6 mai 1957[2]. Le premier appareil de série quitte les chaînes d'assemblage en juillet 1959.

La France étant alors pleinement engagée dans la Guerre d'Algérie elle a un besoin croissant en pilotes militaires, notamment pour l'ALAT qui se bat quotidiennement en Afrique du Nord. Les Nord 3202 rejoignent donc rapidement l'ES-ALAT[3], l'École de Spécialisation de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre dont ils deviendront bien vite les principaux avions d'entraînement.

Revêtus de leur livrée jaune canari ces avions participeront à la formation de la majorité des pilotes de voilures fixes de l'ALAT, notamment ceux appelés à voler sur les avions d'observation comme le Cessna L-19 ou le Max-Holste MH-1521 Broussard. Ils furent également utilisés pour des démonstrations de voltige entre les mains des pilotes instructeurs de l'ES-ALAT[4] pour des vols de promotions en France et à l'étranger. Ils serviront ainsi jusqu'en 1978, perdant peu à peu de terrain dès 1975. Les Nord 3202 ont été les derniers avions d'entraînement militaire conçus spécifiquement pour l'ALAT.

En 2012 plusieurs avions sont préservés de par le monde, notamment en France et aux États-Unis où ils sont fréquemment utilisés lors de rassemblements d'avions anciens, les fameux warbirds. Lors de sa conception le Nord 3202 ne fut pas exporté, toutes ces machines sont donc d'anciens avions de l'Armée de Terre.

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

Le Nord 3202 est un monoplan à aile basse. Sa propulsion est assurée par un moteur Potez 4D32 d'une puissance de 240 ch. entraînant une hélice tripale en métal. L'une des particularités de l'avion reposait sur son train d'atterrissage classique fixe dit cantilever. C'est un des très rares avions au monde faisant appel à ce type de train. L'élève et son instructeur prenaient quant à eux places dans un cockpit biplace en tandem. L'avion n'était pas armé.

Accidents notables[modifier | modifier le code]

Versions[modifier | modifier le code]

  • Nord 3200 : Désignation donnée au premier prototype mû par un moteur Salmson 8AS04 de 240 chevaux.
  • Nord 3201 : Désignation donnée au second prototype mû par un moteur Régnier 4L22 de 170 chevaux.
  • Nord 3202 : Désignation donnée à la première tranche commandée à cinquante exemplaires et propulsée par des Potez 4D32 de 240 chevaux.
  • Nord 3202B : Désignation donnée à la seconde tranche commandée à cinquante exemplaires et propulsée par des Potez 4D34 de 260 chevaux.
  • Nord 3202B1B : Désignation donnée à un Nord 3202B modifié in-situ par Aérospatiale pour des missions de voltige.
  • Nord 3212 : Désignation donnée à dix 3202 équipés d'un radiocompas.

Utilisateur[modifier | modifier le code]

Appareils préservés[modifier | modifier le code]

Nord 3202 en 2010

Avions similaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Aéronefs comparables

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Michael J. H. Taylor, Jane's Encyclopedia of Aviation, London, Studio Editions,‎ 1989, 33 p.
  • Aviafrance