Noraebang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Noraebang (de 노래, chanson et , pièce) est le pendant coréen du karaoké japonais.

Un phénomène culturel[modifier | modifier le code]

Les Noraebang pullulent littéralement en Corée. Bon marché et faciles d’accès, ces Noraebang occupent souvent les sous-sols de bâtiments dans les rues commerçantes et les quartiers d'habitations. Il est tout simplement impossible de marcher plus de cent mètres dans une grande agglomération coréenne (Seoul, Pusan, etc.) sans en trouver un. Il y aurait plus de 30 000 Noraebang en Corée, dont 8 744 à Séoul.

Leur succès est incomparable à ceux des karaokés européens. Rares sont les Coréens ne s'étant jamais rendus dans un Noraebang.

Les chansons disponibles sont référencées dans un ou plusieurs annuaires où se trouvent les codes à rentrer dans un boîtier pour les lancer sur la machine. Pour suivre les modes et la production toujours plus rapides des maisons de disques coréennes, les Noraebang se doivent de tenir régulièrement à jour leurs annuaires afin de ne pas perdre leurs clients les plus branchés.

Les paroles défilent sur des écrans télévisés ou sur une toile grâce à un vidéoprojecteur. En fond défilent des images sans grand rapport avec la chanson, souvent des paysages de vacances, de nature, etc. Peu importe, ce qui compte c'est de chanter et de s'amuser. Ce phénomène touche tous les âges et toutes les classes sociales, il n'est pas rare de voir des employés de bureau se rendre avec leurs collègues au Noraebang. On peut aussi y consommer toutes sortes de boissons et de plats tout en chantant et en encourageant les chanteurs d'un soir. Le Noraebang est également un espace d'expression et de liberté tout particulier dans une société coréenne régie par les dures et strictes lois du confucianisme.