Nones (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir None.
Article connexe : noon (langue).

Nones

Populations significatives par région
Sénégal Sénégal 32 900 (2007)[1]
Autres
Langues

Noon

Religions

Religion sérère (religion traditionnelle), islam, christianisme

Ethnies liées

Sérères

Les Nones (ou Noon) sont un peuple de l'ouest du Sénégal. Ils font partie des Sérères.

Territoire[modifier | modifier le code]

On les trouve surtout dans la région de Thiès.

Population[modifier | modifier le code]

Dans ses Esquisses sénégalaises (1853), l'abbé Boilat les décrivait ainsi : « C'est une belle race noire. Les hommes sont grands et de fort belle constitution [...], tous assez bien vêtus [...], très doux, mais d'un caractère ferme et indépendant »[2].

Ils ont très souvent échappé à la domination des royaumes du Cayor et du Baol.

Langue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : noon (langue).

Ils parlent le noon, une langue cangin.

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion sérère.
Symbole de Kooh

Les Nones sont d'abord de religion traditionnelle. Sous le Second Empire[3], ils ont résisté mieux que d'autres ethnies au prosélytisme musulman des marabouts venus du Djolof ou du Fouta. Les Nones appellent leur divinité suprême Kooh (en Saafi) ou Kokh-Kox (en None, var : Koh[4])[5], mais ils suivent les préceptes de la religion sérère.

Organisation sociale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nombre de locuteurs du noon en 2007 selon Ethnologue [1]
  2. (fr) Abbé Boilat, Esquisses Sénégalaises, Paris, Karthala, 1984, p. 59
  3. (fr) Yves-Jean Saint-Martin, Le Sénégal sous le Second Empire. Naissance d'un empire colonial (1850-1871), Karthala, 1989, p. 48 (ISBN 2865372014)
  4. (fr) Société de géographie (France), "La Géographie, Volumes 61-62", Masson et cie., (1934), p 245
  5. (fr) Ndiaye, Ousmane Sémou, « Diversité et unicité sérères : l’exemple de la région de Thiès », Éthiopiques, no 54, vol. 7, 2e semestre 1991 [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) « Le peuplement des Nones », in Le Soleil, 11 décembre 1990, p. 10
  • (fr) Abbé David Boilat, « République des Nones » in Esquisses Sénégalaises, Paris, Karthala, 1984, p. 59-60 (ISBN 2865370976)
  • (fr) Sidi Sissokho, Étude des rapports entre les Noon de Thiès et la ville de Thiès : 1890-1990. Repli socio-culturel, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1991, 93 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Sidi Sissokho, Contribution à l’étude du changement culturel en milieu urbain sénégambien : 1860-1992. Étude de cas chez les Noon de la ville de Thiès, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1992, 38 p. + ann. (Mémoire de DEA)

Liens externes[modifier | modifier le code]