Nonant-le-Pin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nonant-le-Pin
Bâtiment voyageurs de le gare de Nonant-le-Pin.
Bâtiment voyageurs de le gare de Nonant-le-Pin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Le Merlerault
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées du Merlerault
Maire
Mandat
Jacques Queudeville
2014-2020
Code postal 61240
Code commune 61310
Démographie
Gentilé Nonantais
Population
municipale
534 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 26″ N 0° 13′ 18″ E / 48.7072222222, 0.221666666667 ()48° 42′ 26″ Nord 0° 13′ 18″ Est / 48.7072222222, 0.221666666667 ()  
Altitude Min. 180 m – Max. 251 m
Superficie 18,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Nonant-le-Pin

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Nonant-le-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nonant-le-Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nonant-le-Pin

Nonant-le-Pin est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 534 habitants [Note 1] (les Nonantais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est entre pays d'Auge, pays d'Ouche, campagne d'Alençon et plaine d'Argentan. Son bourg est à 5 km à l'est du Merlerault, à 12 km au sud-ouest de Gacé, à 12 km au nord de Sées, à 22 km à l'ouest d'Argentan et à 35 km au nord d'Alençon[1].

Communes limitrophes de Nonant-le-Pin[2]
La Cochère Ginai, Saint-Germain-de-Clairefeuille Saint-Germain-de-Clairefeuille
Almenêches Nonant-le-Pin[2] Le Merlerault
Marmouillé Marmouillé Godisson

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Nonant est attesté sous la forme actuelle dès le XIe siècle.

Dans son recueil Voyages au coin du feu édité en 1896, Charles du Hays récite ce sizain sur une origine mythique de Nonant :

« Nonant, vieux mot latin, quatre-vingt-dix veut dire.
Oui, mais qui vous dira le pourquoi, le parrain ?
Ne serait-ce César, qui le voulut écrire ?
À Lutèce il joignait la mer, par un chemin;
Nonante mille ici trouvant, se prit à dire :
Toi, tu seras Nonant, c'est ton nom, c'est certain ! »

Le latin de Gaule n'a cependant jamais adopté le système de numérotation décimale latine, notamment en Normandie, où seule la numérotation vigésimale héritée des gaulois, prévaut.

En réalité, le toponyme de Nonant représente l'évolution phonétique régulière d'un archétype celtique *Novionemeton, composé des éléments noviios, neuf, nouveau et nemeton, sanctuaire et que l'on retrouve dans Nanterre (Nemptu doro VIe siècle, d'un *Nemetoduru(m)) et Nampont (d'un Nemeto-pons)

En 1891, Nonant devient Nonant-le-Pin[3], le Pin, emprunté aux lieux proches (Le Pin-au-Haras, le haras du Pin, forêt domaniale du Pin), permettant de lever l'homonymie avec un autre Nonant normand.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'affaire criminelle Marin Plessis le 13 janvier 1828.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1945   Alcide Ameslant    
mai 1945   Reignard Roger    
novembre 1947 mars 1977 Jean Corbière    
mars 1977 mars 1995 Claude Guerlain    
mars 1995 mars 2001 Jacky Dufay    
mars 2001 mars 2008 Anne-Marie de Ponton d'Amécourt    
mars 2008 en cours Jacques Queudeville[4]   Cadre territorial retraité
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[4].

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Un lycée/collège et une école primaire.

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

  • Une salle omnisports / salle des fêtes.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 534 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Nonant a compté jusqu'à 917 habitants en 1846.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
615 626 719 735 889 878 917 863 811
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
820 830 790 755 758 737 738 733 732
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
700 740 673 736 727 776 759 771 752
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
668 712 634 577 617 565 562 531 534
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est située au « cœur du pays des haras[6]» et vit principalement de l'élevage de chevaux.

L'implantation d'un centre de tri et d'enfouissement de déchets non recyclables issus de broyage d'automobiles usagées est normalement prévu courant 2013. Mais ce centre, géré par Guy Dauphin Environnement et d'une capacité prévu de 2,5 millions de tonnes[6], fait polémique[6], les opposants au projets (dont l'animateur Thierry Ardisson[7]) craignant une pollution des sols et des eaux plus une rotation importante de camions, le tout préjudiciable à l'élevage des chevaux[6].

Le village a depuis peu un épicier, une boulangerie, un bistro/restaurant.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Vélo-Club nonantais, club de cyclisme, affilié à la Fédération française de cyclisme et à la Fédération sportive et gymnique du travail. Activité principale : route, avec une école de cyclisme (pré-licencié à minime), cadet, junior et adulte[8]. Le club a été présidé en 1949 par son créateur M. Ollivier (1949-1967), suivi par Aimable Forcinal (1967-1994), Maurice Véron (1994-1995), Henri Lecœur (1995-2001), Roland Boyard (2001-2004), Francis Girard (2004-2012) et Anthony Léveillé (à partir de 2012). En 2013, le club compte deux présidents d'honneur, neuf dirigeants, dix adhérents, huit enfants en école de cyclisme, sept cadets, dix adultes FFC, dix adultes FSGT, certains ont la double licence. Le club a organisé la 3e manche du challenge régional junior au Merlerault, le trophée départemental des écoles de cyclisme à Sainte-Gauburge-Sainte-Colombe et une école de cyclisme dans la même commune, lors de la fête communale.
  • Tennis de table.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hugues de Nonant, gouverneur de Rouen vers 1105 pour le compte du duc de Normandie Robert Courteheuse, d'après Ordéric Vital.
  • Charles Paul Landon (1760 à Nonant-le-Pin - 1826), peintre, historien d'art et conservateur du musée du Louvre.
  • Alphonsine Plessis dite Marie Duplessis dite La Dame aux camélias (1824-1847) née à Nonant où elle a vécu jusqu’à l'âge de 14 ans.
  • Mangouéro, authentique résistant, puis gangster de la tristement célèbre bande à Moizo à la Libération, condamné aux assises d'Alençon en mai 1947[9].

Généalogie (Marquisat de Nonant) [10][modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (novembre 2013)
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Première lignée connue, est la famille de Nonant (blason : argent au chevron azur).

Le premier membre connu est Renault 1er,chevalier, seigneur et baron de Nonant. Il est mort vers 1100, il est cité en 1074 et 1086. Renault 1er a 2 fils.

  • Hugues ( - 1150), Chevalier, Seigneur, Baron de Nonant, vicomte d'Exmes, Membre Echiquier de Normandie, beau-frère Arnoult, Evêque de Lisieux - Jean, Evêque de Séez.
  • Jean, mort vers 1096 en croisade

Hugues a 3 fils

  • Jean 1er, mort après 1190, Chevalier, Baron de Nonant
  • Hugues, mort le 27/03/1198 à l’abbaye du Bec Helloin (27), Archidiacre de Lisieux, évêque de Couventry, de Chester et de Lichfield en 1185
  • Robert, mort au Château de Douvres (Royaume-Uni).

Jean 1er se mari avec X Erneisie, ils ont 3 fils

  • Renault II, mort en 1224, chevalier, baron de Nonant
  • Hugues, chevalier.
  • Roger (1210 – 1216 )

Renault II se mari avec Marguerite de St Remy, ils ont 4 fils.

  • Jean II, mort vers 1250, chevalier, seigneur de Nonant
  • Guillaume (blason : azur au chevron d’or), mort en 1260, auteur de la Maison de la Roche et de St Vincent de Nonant.
  • Robert, mort après 1258, marié avec X Aales

Jean II a 1 fils

Renault III, mort après 1270, Chevalier, Seigneur de Nonant, il a 1 fils

Richard, mort après 1306, Chevalier, Seigneur de Nonant, il a 1 fils

Jean III, il vécut sous Charles V, Chevalier Seigneur de Nonant, il a 1 fille

Melle de Nonant, elle épouse Robert LE GRIS

Deuxième lignée : Famille LE GRIS (blason : argent à une fasce de gueules, alias De sable,à trois coquilles d'or)

Robert, baron de Nonant Le Gris, Chevalier,baron de Nonant, seigneur en partie et patron honoraire de Saint-Germain-de-Clairefeuille à la fin du XIVe siècle. Ils ont 2 fils et 1 fille.

  • Jean, mort après 1422, sans postérité, Ecuyer, seigneur ou baron de Nonant en 1417. Pris par les Anglais lors du siège de son château le 31 octobre 1417. Mort au combat sous Charles VII. Sous l'occupation anglaise, Nonant appartient à Lancelot Lisle puis Hennequin Valier et restituée en 1449 à Raoulette Le Gris.
  • Raoulette, baronne de Nonant par LP en 1448, se marie en 1361 à Guillaume LE CONTE

Jacques, mort en 1386, Ecuyer, seigneur de Saint-Loyer-des-Champs, de Tanques, de Fontenay-sur-Orne, de Goulet et d'Aunou-le-Faucon (don du prince) aux environs d'Argentan, clerc, chambellan de Pierre II, comte d'Alençon, capitaine du château d'Exmes (de Hiesmes). Il fut accusé d’avoir violé la femme de Jean de Carrouges, son ami. Le Parlement de Paris déclara « qu’il échoit gage de bataille. Un duel eut donc lieu et Jacques perdit la vie. Plus tard,la veuve de Jean déclara qu’elle avait menti…Les héritiers de celui-ci doivent vendre les terres et baronnies de Goulet, Tanques, Saint-Loyer et Fontenay au comte d'Alençon.

Troisième lignée : Famille LE CONTE (blason : azur, au chevron d’argent, accompagné en pointe de trois besans d’or,1 et 2)

Guillaume Le Conte de Nonant, mort en novembre 1449, Ecuyer, seigneur de Cernières, du Châtelier et de Blanc-Buisson [1], il épouse Raoulette LE GRIS en 1361, ils ont 2 fils et 1 fille.

  • Jean, mort le 19 juin 1483, inhumé à St Pierre du Mesnil (27), Seigneur de Nonant, du Blanc-Buisson, de la Salle, du fief Harel, de Cernières, du Châtelier,d e Vaux, de Saint-Aubin-sur-Cisay, de Pommont et de Nonant, capitaine du château et ville d'Exmes.
  • Jeanne, dame de Chatelier, épouse en 1ère noce Olivier de Gisay, seigneur de Gisay et de Boisnormand. Elle épouse en 1455, Jean Le Tur, écuyer.

Jean, épouse Robine de Rivel, ils ont 1 fils et 1 fille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[11].
  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Nonant-le-Pin », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 1er juin 2009)
  4. a et b Réélection 2014 : « Nonant-le-Pin (61240) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. a, b, c et d "Ruades au haras", article de Gilles Van Kote pour Le Monde, dimanche 17 mars 2013, pages 16 et 17.
  7. Quand Ardisson manifeste au pays des haras, L'Express, 23 avril 2013.
  8. « Site du club - Présentation du Vélo-Club Nonantais » (consulté le 1er novembre 2013)
  9. Jean-François Miniac (préf. Alain Lambert), Les Grandes Affaires criminelles de l'Orne, Paris, Éditions de Borée, coll. « Les Grandes Affaires criminelles »,‎ août 2008, 336 p. (ISBN 978-2-84494-814-4)
  10. Marquisat de Nonant par Charles VEREL
  11. « Nonant-le-Pin sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]