Nombre de chromosomes de différentes espèces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cette page recense le nombre de chromosomes de différentes eucaryotes : plantes, animaux, champignons et protistes. Cette liste n'a pas vocation à être exhaustive, mais peut être considérée comme un échantillon de différents groupes. Ni le nombre de chromosomes, ni la taille du génome (quantité d'ADN contenue dans une copie d'un génome), ni le nombre de gènes ne sont corrélés avec la complexité de l'organisme : c'est le paradoxe de la valeur C.

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire dans la colonne "Remarques", les organismes cités sont supposés diploïdes et le nombre de chromosomes correspond à 2n.
Le tableau peut être trié par nom commun, nom scientifique, ou nombre de chromosomes (par défaut).

Nom commun Nom scientifique Nombre de chromosomes (2n) Référence Remarques
Ophioglosse réticulé Ophioglossum reticulatum 1440 [1] Cette espèce de fougère possède le plus grand nombre de chromosomes répertorié.
Amibe protée Amoeba proteus 500-1000 [2]
Azuré de l'Atlas (papillon) Polyommatus (Lysandra) atlantica ~440 [3]

Le plus grand nombre de chromosomes parmi les animaux.

Esturgeon à museau court Acipenser brevirostrum 372 ±6 [4] Hexaploïde
Mûrier noir Morus nigra 308 [5] Dexoploïde (2n=22x=308).

Le plus grand nombre de chromosomes parmi les phanérogames (plantes à graines).

Prêle des champs Equisetum arvense 216 [6]
Rat-viscache roux d'Argentine Tympanoctomys barrerae 102 [7] Tétraploïde (2n=4x=102).

Le plus grand nombre de chromosomes parmi les mammifères.

Carpe Cyprinus carpio 100 [8] Probablement tétraploïde
Poisson rouge Carassius auratus auratus 100 [9] Polyploïde
Rat piscivore d'Équateur Anotomys leander 92 [10] Répertorié comme le mammifère possédant le plus grand nombre de chromosomes, avec Ichthyomys pittieri, jusqu'à la découverte de Tympanoctomys barrerae
Rat mangeur de crabes de Pittier Ichthyomys pittieri 92 [10] Répertorié comme le mammifère possédant le plus grand nombre de chromosomes, avec Anotomys leander, jusqu'à la découverte de Tympanoctomys barrerae
Crevette tigrée verte Penaeus semisulcatus 90 [11]
Pigeon domestique Columba livia domestica 80 [12]
Autruche d'Afrique Struthio Camelus 80 [12]
Chien Canis lupus familiaris 78 [13]
Coyote Canis latrans 78 [14]
Dingo Canis lupus dingo 78 [14]
Poulet Gallus gallus domesticus 78 [15]
Loup Canis lupus 78 [14]
Loup à crinière Chrysocyon brachyurus 76 [14]
Renard à oreilles de chauve-souris Otocyon megalotis 72 [14]
Cerf élaphe Cervus elaphus 68 [16]
Renard gris Urocyon cinereoargenteus 66 [14]
Chinchilla à longue queue Chinchilla lanigera 64 [17]
Echidné Tachyglossus aculeatus
Zaglossus x
63/64 [18] 63 pour les mâles (XXY) et 64 pour les femelles (XXXX)
Fennec Vulpes zerda 64 [14]
Cobaye Cavia porcellus 64 [13]
Mouffette tachetée Spilogale x 64 [13]
Cheval Equus ferus caballus 64 [13]
Mulet Equus asinus × Equus caballus 63 Semi-infertile en raison de son nombre impair de chromosomes (31 chr. provenant du père (âne) et 32 chr. provenant de la mère (jument))[19]
Âne Equus africanus asinus 62 [13]
Vache Bos taurus 60 [13]
Chèvre Capra Hircus 60 [13]
Éléphant Loxodonta africana
Loxodonta cyclotis
Elephas maximus
56 [13]
Springbok Antidorcas marsupialis 56 [13]
Bombyx du mûrier (ver à soie) Bombyx mori 56 [20]
Capucin moine Cebus Capucinus 54 [13]
Escargot de Bourgogne Helix pomatia 54 [21]
Mouton Ovis Aries 54 [13]
Coton mexicain Gossypium hirsutum 52 [22] Allotétraploïde
Ornithorynque Ornithorhynchus anatinus 52 [18] 10 chromosomes sexuels : 10 X pour les femelles, 5 X et 5 Y pour les mâles.
Ananas Ananas comosus 50 [22]
Mouffette rayée Mephitis mephitis 50 [23]
Poisson zèbre Danio rerio 50 [24]
Gardon Rutilus rutilus 50 [25]
Hérisson à ventre blanc Atelerix albiventris 48 [26]
Lièvre d'Europe Lepus Europaeus 48 [27]
Castor d'Europe Castor fiber 48 [13]
Chimpanzé Pan troglodytes 48 [13]
Gorille Gorilla x 48 [13] Toutes les espèces et sous-espèces de gorilles possèdent 2n = 48 chromosomes
Orang-outan Pongo x 48 [13]
Pomme de terre Solanum tuberosum 48 [22] L'espèce cultivée est tétraploïde(2n=4x=48). Les espèces sauvages apparentées sont généralement diploïdes (2n=24).
Tabac Nicotiana tabacum 48 [22] L'espèce cultivée est tétraploïde.
Homme Homo sapiens 46 44 chromosomes homologues et 2 chromosomes sexuels
Article principal : Chromosomes humains.
Muntjac de Reeve Muntiacus reevesi 46 [13]
Antilope Nilgaut Boselaphus tragocamelus 46 [13]
Tylonycteris robustula
(chauve-souris)
Tylonycteris robustula 46 [13]
Oxyrhopus petolarius
(serpent)
Oxyrhopus petolarius 46 [28]
Margouillat (gecko) Hemidactylus frenatus 46 [28]
Poisson-castor Amia calva 46 [28]
Éponge d'eau douce de Mueller Ephydatia muelleri 46 [28]
Troène à feuilles ovales Ligustrum ovalifolium 46 [29]
Petite pirole Pyrola minor 46 [30]
Olivier Olea europaea 46 [31]
Genêt à balais Cytisus scoparius 46 [32]
Frêne du midi Fraxinus angustifolia 46 [33]
Grand dauphin Tursiops truncatus 44 [13]
Blaireau européen Meles meles 44 [13]
Lapin domestique Oryctolagus cuniculus 44 [13]
Hamster doré Mesocricetus auratus 44 [13]
Caféier d'Arabie Coffea arabica 44 [34] Tétraploïde
Fossa Cryptoprocta ferox 42 [13]
Rat brun Rattus norvegicus 42 [13]
Macaque rhésus Macaca mulatta 42 [13]
Glouton Gulo gulo 42 [13]
Panda géant Ailuropoda melanoleuca 42 [13]
Avoine Avena sativa 42 [22] Cette espèce cultivée est hexaploïde (2n=6x=42). Il existe aussi des espèces cultivées diploïdes et tétraploïdes.
Blé tendre Triticum aestivum 42 [22] Cette espèce cultivée est hexaploïde (2n=6x=42). Le blé dur, Triticum turgidum var. durum, est tétraploïde (2n=4x=28).
Castor du Canada Castor canadensis 40 [13]
Furet Mustela putorius furo 40 [13]
Hyène tachetée Crocuta crocuta 40 [13]
Manguier Mangifera indica 40 [22]
Souris grise Mus musculus 40 [13]
Chien viverrin Nyctereutes procyonoides 38 [14],[35] Il existe des variations individuelles du nombre de chromosomes chez les mâles
Raton laveur Procyon lotor 38 [13]
Martre des pins Martes martes 38 [13]
Fouine Martes foina 38 [13]
Chat Felis catus 38 [13]
Vison d'Europe Mustela lutreola 38 [13]
Lion Panthera leo 38 [13]
Tigre Panthera tigris 38 [13]
Porc ou cochon domestique Sus scrofa domesticus 38 [13]
Loutre d'Europe Lutra lutra 36 [13]
Ver de terre Lumbricus terrestris 36 [28]
Panda roux Ailurus fulgens 36 [13]
Renard du Tibet Vulpes ferrilata 36 [14]
Porc-épic d'Amérique Erethizon dorsatum 34 [17]
Renard roux Vulpes vulpes 34 [14] 34 chromosomes et 3 à 5 microsomes
Pomme Malus sylvestris 34 [36]
Tournesol Helianthus annuus 34 [37]
Alligator d'Amérique Alligator mississippiensis 32 [38]
Crocodile du Nil Crocodylus niloticus 32 [28]
Luzerne cultivée Medicago sativa 32 [22] La luzerne cultivée est tétraploïde (2n=4x=32). Les espèces sauvages sont diploïdes (2n=16).
Abeille européenne Apis mellifera 32 [39] Les femelles sont diploïdes (2n=32), les mâles sont haploïdes (n=16) : on parle de détermination sexuelle haplodiploïde
Levure de boulanger Saccharomyces cerevisiae 32 [40]
Girafe Giraffa camelopardalis 30 [13]
Vison d'Amérique Neovison vison 30 [13]
Grenouille agile Rana dalmatina 26 [28]
Rainette verte Hyla arborea 24 [41]
Morelle douce-amère Solanum dulcamara 24 [33]
Coqueret alkékenge Physalis alkekengi 24 [33]
Riz Oryza sativa 24 [22]
Tomate Solanum lycopersicum 24 [42]
Pin maritime Pinus pinaster 24 [32] Même nombre de chromosomes pour les autres espèces de Pinus, tels que le pin noir, le pin parasol, le pin blanc de Corée...
Haricot Phaseolus vulgaris sp. 22 [22]
Crapaud Bufo bufo 22 [28]
Opossum commun Didelphis marsupialis 22 [43]
Cannabis Cannabis sativa 20 [44]
Maïs Zea mays 20 [22]
Chou Brassica oleracea 18 [22] Chou vert, chou rouge, brocoli, chou de Bruxelles, chou frisé, chou-rave... sont des variétés de Brassica oleracea.
Radis Raphanus sativus 18 [22]
Oranger Citrus sinensis 18 [45]
Chlamydomonas reinhardtii
(algue verte unicellulaire)
Chlamydomonas reinhardtii 17 [46] Haploïde, organisme modèle
Kangourou géant
Kangourou gris
Macropus giganteus
Macropus fuliginosus
16 [13]
Cerisier des oiseaux Prunus avium 16 [47]
Ognon Allium cepa 16 [48] Parmi les variétés cultivées, certaines sont polyploïdes (2n = 32 et 54)[49]
Orge Hordeum vulgare 14 [22]
Pois Pisum sativum 14 [22]
Seigle Secale cereale 14 [22]
Mouche Musca domestica 12 [50]
Caenorhabditis elegans
(nématode)
Caenorhabditis elegans 11/12 [15] 12 pour les femelles (XX), 11 pour les mâles (X) (système XX/X0 de détermination sexuelle) ; organisme modèle en biologie moléculaire
Wallaby bicolore Wallabia bicolor 10/11 [13] 10 pour les femelles (XX),11 pour les mâles (XY1Y2)[51]
Arabette des dames Arabidopsis thaliana 10 [52] Un des plus petits génomes connus dans le monde végétal, totalement séquencé en 2000.
Mouche du vinaigre (drosophile) Drosophila melanogaster 8 [53],[54] organisme modèle en biologie moléculaire ; génome totalement séquencé en 2000.
Neurospora crassa
(champignon filamenteux)
Neurospora crassa 7 [55] Haploïde ; organisme modèle ; génome totalement séquencé en 2003
Muntjac indien Muntiacus muntjak vaginalis 6/7 [13] 6 pour les femelles (XX), 7 pour les mâles (XY1Y2).
Le plus petit nombre de chromosomes parmi les mammifères.
Amibe sociale Dictyostelium discoideum 6 [56] Haploïde (n=5)
Moustique Aedes aegypti 6 [57] Toutes les espèces de moustique (Culicidae) possèdent 2n=6 chromosomes, sauf Chagasia bathana qui en possède 2n=8.
Luzule élégante Luzula elegans 6 [58]
Penicillium notatum
(champignon microscopique)
Penicillium notatum 4 [59] Haploïde
Parascaris univalens
(nématode)
Parascaris univalens 2 [60]
Myrmecia pilosula
(fourmi australienne)
Myrmecia pilosula 1/2

[61]

Les femelles, diploïdes, possèdent 2 chromosomes ; les mâles, haploïdes, n'en ont qu'un seul.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) S. Khandelwal, « Chromosome evolution in the genus Ophioglossum L. », Botanical Journal of the Linnean Society, vol. 102, no 3,‎ 1990, p. 205–217 (lien DOI?)
  2. (en) Thomas J. Byers, « Molecular biology of DNA in Acanthamoeba, Amoeba, Entamoeba, and Naegleria », International Review of Cytology, vol. 99,‎ 1986, p. 311-341 (lien PubMed?)
  3. (en) M.J.D. White, Animal Cytology and Evolution, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1973, 3e éd., 961 p. (ISBN 0521292271, lire en ligne), p. 406-466
  4. (en) Francesco Fontana, « Evidence of hexaploid karyotype in shortnose sturgeon », Genome, vol. 51, no 2,‎ février 2005, p. 113-9 (liens PubMed? et 10.1139/G07-112 DOI?)
  5. (en) Hiroaki Machii, « Mulberry breeding, cultivation and utilization in Japan », FAO animal production and health paper, vol. 147,‎ 2002, p. 63-71 (ISSN 0259-6019, lire en ligne)
  6. (en) Rodolfo E. G. Pichi Sermolli, Cytotaxonomical Atlas of the Pteridophyta : Cytotaxonomical Atlases Series, vol. 3, Limited, Lubrecht & Cramer,‎ 1977, 398 p. (ISBN 3768211037)
  7. (en) M.H. Gallardo, « Molecular cytogenetics and allotetraploidy in the red vizcacha rat, Tympanoctomys barrerae (Rodentia, Octodontidae) », Genomics, vol. 88, no 2,‎ août 2006, p. 214-221 (lien DOI?, lire en ligne)
  8. (en) L. David, « Recent duplication of the common carp (Cyprinus carpio L.) genome as revealed by analyses of microsatellite loci », Molecular Biology and Evolution, vol. 20, no 9,‎ 2003, p. 1425-1434 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  9. (en) Ryoichi Arai, Fish Karyotypes: A Check List, Springer,‎ 2011, 342 p. (ISBN 4431538763, lire en ligne), p. 53-54
  10. a et b (en) M. Schmid, A. Fernández-Badillo, W. Feichtinger, C. Steinlein et J.I. Roman, « On the highest chromosome number in mammals », Cytogenetics and Genome Research, vol. 49, no 4,‎ 1988, p. 305–8
  11. (en) S.J. Hosseini, E. Elahi et R.M. Raie, « The Chromosome Number of the Persian Gulf Shrimp Penaeus semisulcatus », Iranian Int. J. Sci, vol. 5, no 1,‎ 2004, p. 13–23 (lire en ligne)
  12. a et b (en) Masahiro Itoh, « A comparative karyotype study in fourteen species of birds », The Japanese journal of genetics, vol. 44, no 3,‎ 1969, p. 163-170 (lire en ligne)
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as et at (en) Stephen J. O'Brien, Atlas of Mammalian chromosomes,‎ 2006, 544 p. (ISBN 978-0-471-35015-6, lire en ligne)
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Claudio Sillero-Zubiri, Canids: Foxes, Wolves, Jackals And Dogs : Status Survey And Conservation Action Plan, IUCN,‎ 2004, 430 p. (ISBN 9782831707860, lire en ligne)
  15. a et b Harvey Lodish, Biologie moléculaire de la cellule, New-York, De Boeck Université,‎ 1995, 3e éd., 1344 p. (ISBN 2-7445-0001-1, lire en ligne), p. 351
  16. (en) H. Schertan, « Localization of cloned, repetitive DNA sequences in deer species and its implications for maintenance of gene territory », Hereditas, vol. 112,‎ 1990 (lire en ligne)
  17. a et b (en) S. Makino, « Notes on the chromosomes of the porcupine and the chinchilla », Experientia, vol. 9, no 6,‎ juin 1953, p. 231-4 (lire en ligne)
  18. a et b (en) Willem Rens, « The multiple sex chromosomes of platypus and echidna are not completely identical and several share homology with the avian Z », Genome Biology, vol. 8, no 11,‎ 2007, R243 (lire en ligne)
  19. Roland Jussiau, Amélioration génétique des animaux d'élevage, Educagri Editions,‎ 2006, 322 p. (ISBN 978-2-84444-479-0, lire en ligne), p. 15
  20. (en) Atsuo Yoshido, « The Bombyx mori Karyotype and the Assignment of Linkage Groups », Genetics, vol. 170, no 2,‎ 1er juin 2005, p. 675-685 (lien DOI?, lire en ligne)
  21. (en) H.J. Evans, « Supernumerary chromosomes in wild populations of the snail Helix pomatia L. », Heredity, vol. 15,‎ 1960, p. 129-138 (lien DOI?, lire en ligne)
  22. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) Norman Simmonds, Evolution of crop plants, New York, Longman,‎ 1976, 339 p. (ISBN 0-582-44496-9)
  23. (en) Karl Frega, « Comparative chromosome studies of the family Mustelidae », Hereditas, vol. 57, no 1,‎ 1967, p. 295 (lire en ligne)
  24. (en) Jennifer L. Freeman, « Definition of the zebrafish genome using flow cytometry and cytogenetic mapping », BMC Genomics, vol. 8,‎ 2007, p. 195 (lire en ligne)
  25. (en) Petr Rab, « Chromosome studies of European cyprinid fishes: interspecific homology of leuciscine cytotaxonomic marker—the largest subtelocentric chromosome pair as revealed by cross-species painting », Chromosome Research, vol. 16,‎ 2008, p. 863-873 (lien DOI?, lire en ligne)
  26. (en) R. Hübner, T. Maddalena et W. Poduschka, « The karyotype of the middle-African hedgehog Atelerix albiventris Wagner, 1841 and its cytotaxonomical relationships to other Erinaceinae (Insectivora: Erinaceidae) », Genetica, vol. 83, no 3,‎ 1991, p. 243-6 (lire en ligne)
  27. (en) T.J. Robinson, « Chromosome painting refines the history of genome evolution in hares and rabbits (order Lagomorpha) », Cytogenics and Genetic Research, vol. 96, no 1-4,‎ 2002, p. 223–227 (lire en ligne)
  28. a, b, c, d, e, f, g et h (en) T.R. Gregory, « Animal Genome Size Database : Base de donnée de l'université de Guelph, Ontario » (consulté le 19 mai 2013)
  29. Référence Flora of Pakistan : Ligustrum ovalifolium (en)
  30. Référence Flora of North America : Pyrola minor (en)
  31. Référence Flora of China : Olea europaea (en)
  32. a et b Référence Tropicos : Cytisus scoparius (en) (+ liste sous-taxons)
  33. a, b et c (en) Clive Stace, New Flora of the British Isles, Cambridge, GB, Cambridge University Press,‎ 2010, 3e éd., 1232 p. (ISBN 978-0-521-70772-5, lire en ligne)
  34. Référence Tropicos : Coffea arabica (en) (+ liste sous-taxons)
  35. (en) Auli Måkinen, « A chromosome-banding study in the Finnish and the Japanese raccoon dog », Hereditas, vol. 105,‎ 1986 (lien DOI?)
  36. Référence Tropicos : Malus sylvestris (en) (+ liste sous-taxons)
  37. Référence Tropicos : Helianthus annuus (en) (+ liste sous-taxons)
  38. (en) Elizabeth M.A. Valleley, « The karyotype of Alligator mississippiensis, and chromosomal mapping of the ZFY/X homologue, Zfc », Chromosoma, vol. 103, no 7,‎ décembre 1994, p. 502-7 (lire en ligne)
  39. (en) Greg J. Hunt, « Linkage map of the honey bee, Apis melliferra, based on RAPD markers », Genetics, vol. 139,‎ mars 1995, p. 1371-82 (lire en ligne)
  40. (en) Fred Sherman, « Getting started with yeast », Methods Enzymol., vol. 350,‎ 2002, p. 3-41 (lire en ligne)
  41. (de) Fritz-Helmut Ullerich, « DNS-Gehalt und Chromosomenstruktur bei Amphibien », Chromosoma, vol. 30, no 1,‎ 1970, p. 1-37 (lien DOI?)
  42. Référence Tropicos : Lycopersicon esculentum (en) (+ liste sous-taxons)
  43. (en) J.D. Biggers, « Chromosomes of American Marsupials », Science, vol. 148, no 3677,‎ 18 juin 1965, p. 1602–3 (liens PubMed? et DOI?)
  44. (en) Harm van Bakel, « The draft genome and transcriptome of Cannabis sativa », Genome Biology, vol. 12, no 10,‎ octobre 2011, R102 (lien DOI?, lire en ligne)
  45. Référence Tropicos : Citrus sinensis (en) (+ liste sous-taxons)
  46. (en) « Chlamydomonas reinhardtii », sur gramene.org, The European Bioinformatics Institute (consulté le 07/06/2013)
  47. Référence Tropicos : Prunus avium (en) (+ liste sous-taxons)
  48. Référence Tropicos : Allium cepa L. (en) (+ liste sous-taxons)
  49. Référence Flora of North America : Allium cepa (en)
  50. (en) Dale E. Wagoner, « Linkage group-karyoptype correlation in the house fly determined by cytological analysis of X-ray induced translocations », Genetics, vol. 57, no 3,‎ 14 novembre 1967, p. 729-39 (lien PubMed?, lire en ligne)
  51. (en) R. Toder, « Comparative chromosome painting between two marsupials: origins of an XX/XY1Y2 sex chromosome system », Mammalian Genome, vol. 8, no 6,‎ juin 1997, p. 418-22 (liens PubMed? et DOI?)
  52. (en) Arabidopsis Genome Initiative, « Analysis of the genome sequence of the flowering plant Arabidopsis thaliana », Nature, vol. 408, no 6814,‎ 14 décembre 2000, p. 796-815 (lien DOI?)
  53. (en) « Flybase : base de données de gènes et génomes de Drosophila » (consulté le 10 mai 2013)
  54. (en) Susan E. Celniker, « The Drosophila melanogaster genome », Annual Review of Genomics and Human Genetics, vol. 4,‎ 2003, p. 89-117 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  55. (en) James E. Galagan, « The genome sequence of the filamentous fungus Neurospora crassa », Nature, vol. 422,‎ 24 avril 2003, p. 859-868 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  56. (en) L. Eichinger, « The genome of the social amoeba Dictyostelium discoideum », Nature, vol. 435, no 7038,‎ 5 mai 2005, p. 43–57 (liens PubMed Central? et DOI?)
  57. (en) Karamjit S. Rai et William C. Black IV, « Mosquito genomes: structure, organization and evolution », Advances in Genetics, vol. 41,‎ 1999, p. 1-34 (ISBN 0120176416, lire en ligne)
  58. Référence Tropicos : Luzula elegans (en) (+ liste sous-taxons)
  59. (en) Francisco Fierro, « Resolution of four large chromosomes in penicillin-producing filamentous fungi: the penicillin gene cluster is located on chromosome II (9.6 Mb) in Penicillium notatum and chromosome 1 (10.4 Mb) in Penicillium chrysogenum », Molecular and General Genetics, vol. 241, no 5-6,‎ 14 décembre 1993, p. 573-8 (liens PubMed? et DOI?)
  60. (en) Clara Goday, « Cytological analysis of chromosomes in the two species Parascaris univalens and P. equorum », Chromosoma, vol. 94, no 1,‎ 1er juillet 1986, p. 1-10 (lien DOI?)
  61. (en) Michael W.J. Crosland et Ross H. Crozier, « Myrmecia pilosula, an ant with only one pair of chromosomes », Science, vol. 231, no 4743,‎ 1986, p. 1278 (liens PubMed? et DOI?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]