Nomascus leucogenys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gibbon à joues pâles, Gibbon à joues blanches

Nomascus leucogenys

Description de cette image, également commentée ci-après

Gibbon à joues pâles mâle.

Classification selon MSW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Sous-ordre Haplorrhini
Infra-ordre Simiiformes
Micro-ordre Catarrhini
Super-famille Hominoidea
Famille Hylobatidae
Genre Nomascus

Nom binominal

Nomascus leucogenys
(Ogilby, 1840)

Synonymes

  • Hylobates leucogenys Ogilby, 1840

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A2cd+3cd :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/75

Nomascus leucogenys, appelé gibbon à joues pâles[1] ou gibbon à joues blanches[1] et quelquefois gibbon à favoris blancs[réf. souhaitée] est un gibbon, primate de la famille des hylobatidae, en danger critique de disparition.

Description de l'espèce[modifier | modifier le code]

Les mâles sont noirs avec des joues blanches alors que les femelle sont beiges. Ils ne possèdent pas de queue. Ces singes mesurent entre 45 et 70 cm et pèsent environ 6 kg. Leur longévité est de 28 ans. Ils sont frugivores et folivores, cela veut dire qu'ils mangent des feuilles.

Les Gibbons vivent dans les forêts tropicales de Chine et du Vietnam. Cet animal se déplace essentiellement de branche en branche ; on dit qu'il se déplace par brachiation. Ces singes sont arboricoles ; ce qui veut dire qu'ils vivent dans les arbres.

Arrivant à l'âge adulte ils vivent en famille. Un mâle, une femelle et leurs petits. La gestation dure 7 mois et elles ne peuvent avoir qu'un bébé à la fois.

Les bébés naissent tous de la même couleur et pendant les deux premières années ils prennent une couleur définitive.

Les Gibbons chantent pour défendre leur territoire.

Répartition géographique.

Classification[modifier | modifier le code]

La classification des primates évoluant, cette espèce a pour synonyme valide, dans certaines classifications[2] :

  • Hylobates leucogenys Ogilby, 1840

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. ISBN 0-444-51877-0, 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  2. Référence ITIS : Hylobates leucogenys Ogilby, 1840 (fr) (+ version anglaise (en))

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :