Nocicepteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un nocicepteur (ou récepteur nociceptif) est un récepteur sensoriel de la douleur qui fait naître un message nerveux lorsqu’il est stimulé, ce message passe d'abord par le bulbe ou la moelle épinière, où se déclenche un réflexe de sauvegarde de l'intégrité physique (réflexe défensif, réflexe court), avant d'être relayé jusqu’au cerveau où il sera interprété (intégration, modulation, habituation).

Le nocicepteur peut être cutané. Dans ce cas, on distinguera 3 types de nocicepteurs :

  • Mécanorécepteurs, (fibre Aδ) sensibles à la déformation mécanique de la peau, à une pression intense (par exemple lorsqu'on tape violemment notre main contre un mur) ;
  • Thermorécepteurs, (fibre Aδ) sensibles aux températures extrêmes : supérieures à 45°C ou inférieures à 10°C;
  • Récepteur polymodal, (fibre C) sensibles à la fois à la douleur et à la température, ce sont les récepteurs les plus nombreux.

Le nocicepteur peut être également musculaire et articulaire.

Définition[modifier | modifier le code]

Les nocicepteurs sont des récepteurs répondant à des stimulations d’intensité forte, généralement lésionnelles[1]. Ils sont représentés essentiellement par des terminaisons libres

Localisation[modifier | modifier le code]

Les terminaisons des nocicepteurs se trouvent dans toutes les parties du corps pour sentir des stimuli externes (dans la cornée, les muqueuses et les tissus comme la peau) et internes (dans de nombreux organes, les muscles, la vessie, les articulations)[2]. Les viscères creux (intestins, vessie, utérus) possèdent plus de nocicepteurs que les viscères pleins (poumons, foie, rate)[2].

Les corps cellulaires de ces neurones sont situés dans les ganglions spinaux, les ganglions trijumeaux ou la capsule de Glisson[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Les nocicepteurs ont été découverts par Charles Scott Sherington en 1906[4]. Les nocicepteurs sont acceptés par toute la communauté scientifique grâce aux travaux de Burgess et Perl (1967) et Bessou et Perl (1969) qui mettent en évidence des récepteurs sensoriels cutanés qui demeurent silencieux tant que l’intensité de la stimulation ne menace pas l’intégrité des tissus dans lesquels ils sont situés[5].

Caractéristiques des nocicepteurs[modifier | modifier le code]

Peut être stimulé :

  • directement : stimuli mécanique, thermique ;
  • ou indirectement : stimuli traumatique, ischémique, inflammatoire (libération par les tissus lésés de substances dites algogènes)
  • Seuil d’activation élevé
  • Capacité à coder l’intensité d’un stimulus
  • Pas ou peu d’adaptation (pour remplir le rôle de système d’alerte)

Différents types de nocicepteurs[modifier | modifier le code]

La majorité des nocicepteurs sont classés selon les modalités environnementales auxquelles ils répondent.

Nocicepteurs mécaniques (mécanonocicepteurs)[modifier | modifier le code]

Répondent aux stimuli de pressions excessives ou déformations mécaniques, ainsi qu’aux ruptures de la surface de la peau (coupures, incisions)

Ces nocicepteurs sont souvent polymodaux sensibles à la fois aux déformations mécaniques ainsi qu’aux stimuli thermiques.

Nocicepteurs thermiques[modifier | modifier le code]

Ils sont sensibles aux températures nocives chaudes et froides. On ne sait toujours pas à ce jour comment le niveau de température nocif est déterminé

Nocicepteurs chimiques[modifier | modifier le code]

Les nocicepteurs chimiques sont sensibles à une large variété de molécules. Parmi les stimulants externes on peut noter la capsaïcine, l’acoleine et les toxines d’araignées. Les nocicepteurs peuvent également détecter des stimulants internes comme certains ligands endogènes, quelques acides gras qui proviennent de changements dans les tissus internes[6].

Nocicepteurs polymodaux[modifier | modifier le code]

Nocicepteurs sensibles à plusieurs types de stimulation.

Nocicepteurs silencieux ou endormis[modifier | modifier le code]

Ces récepteurs sont sensibles à l’inflammation des tissus aux alentours de la lésion. Ils ne répondent pas directement aux stimuli nocifs (chimiques, thermiques ou mécaniques) mais plutôt au résultat d’une lésion, c’est pour cette raison qu’on les appelle silencieux ou endormis.

Voies des nocicepteurs[modifier | modifier le code]

Les nocicepteurs ont deux types d’axones, les fibres A delta et les fibres C.

Les fibres A-delta sont myélinisées et permettent au potentiel d’action de se propager à une vitesse moyenne de 20m/s. Le message initial porté par ces fibres correspond au premier temps de la douleur ressentie, qui est aigüe et intense.

Les fibres C, moins myélinisées, conduisent plus lentement les potentiels d’action. Ces derniers se propagent à une vitesse moyenne de 2m/s. Le message véhiculé correspond au deuxième temps de la douleur, qui est une douleur plus sourde, légèrement moins intense et qui dure plus longtemps.

Origine et développement des nocicepteurs[modifier | modifier le code]

Les nocicepteurs se développent tardivement dans la neurogenèse, à partir de cellules souches de la partie dorsale des crêtes neurales. Des recherches sont toujours en cours pour comprendre quels facteurs déterminent la différence entre ces nocicepteurs[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Meulders M et Boisacq-Schepens N, Fonctions sensori-motrices, abrégé de neuropsychophysiologie, masson,‎ 1977
  2. a et b http://lecerveau.mcgill.ca/flash/d/d_03/d_03_m/d_03_m_dou/d_03_m_dou.html
  3. Jessell TM, Kandel ER et Schwartz JH, Principles of neural science, Appleton & Lange,‎ 1991, 472–79 p.
  4. Sherrington C, The Integrative Action of the Nervous System, Oxford University Press,‎ 1906
  5. Imbert M, traité du cerveau, OdileJacob,‎ 2006
  6. Woolf CJ et Ma Q, « Nociceptors—noxious stimulus detectors », Neuron, no 55,‎ août 2007, p. 353–64
  7. Fitzgerald, M., « The development of nociceptive circuits », Nature Review Neuroscience, vol. 6,‎ 2005, p. 507-520

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]