No Gun Ri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

36° 13′ 03″ N 127° 52′ 57″ E / 36.21759, 127.882376

NoGeunRi

Le massacre de Nogeun-ri a entraîné la mort de plusieurs centaines de réfugiés coréens près du village de Nogeun (노근리) dans la province du Chungcheong du Nord au cœur de la Corée du Sud. Il a été commis par des troupes de l’armée des États-Unis au début de la guerre de Corée.

Le 25 juin 1950, l’armée nord-coréenne franchit la ligne de démarcation et avance rapidement vers le sud, les troupes de la Corée du Sud et des États-Unis n’arrivant pas à les contenir.

Le 23 juillet, des habitants de Jugok-ri reçoivent l’ordre d’évacuer le village et vont se réfugier à Imgye-ri. Dans la soirée du 25, 500 à 600 habitants des villages avoisinants dont ceux de Imgye et Jugok sont conviés par des soldats américains à partir et à se déplacer vers le sud pour échapper à l’avancée des troupes nord-coréennes. Suivant les instructions, ils passent la nuit près de la rivière à Haga-ri puis continuent leur chemin le long de la route no 4. Au milieu de la journée du 26 juillet 1950, ils rencontrent un bataillon du 7e régiment de cavalerie des États-Unis qui s’était retranché près de Nogeun-ri. Là, ils sont contraints à quitter la route et sont pris sous le feu de l’aviation américaine. Une centaine de personnes trouve la mort à cet endroit. Après cette attaque, les survivants trouvent refuge sous un pont de chemin de fer. Cette fois, ce sont les troupes au sol qui se mettent à tirer. La tuerie continue pendant la nuit à l’aide de projecteurs et dure trois jours. Le nombre total des morts est estimé à 250-400. L’identité de 163 personnes a été confirmée par les autorités coréennes.

Ce massacre a longtemps été nié, jusqu’en 1999, date à laquelle un reportage[1] réalisé par des journalistes de l’Associated Press a contraint le Pentagone à ouvrir une enquête. En 2000, ils ont reçu le prix Pulitzer du reportage d’investigation pour cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Choe Sang-hun, Charles J. Hanley et Martha Mendoza, « Un pont à No Gun Ri », Associated Press, 20 septembre 1999.
  • (en) Hanley, Charles J.; Choe, Sang-Hun; Mendoza, Martha (2001). The Bridge at No Gun Ri: A Hidden Nightmare from the Korean War. Henry Holt & Company. ISBN 0-8050-6658-6.