Noël Le Mire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Mire.
Le Gâteau des rois
Pygmalion (Métamorphoses d’Ovide)

Noël Le Mire, né le 20 novembre 1724 à Rouen et mort le 30 ventôse an IX (21 mars 1801) à Paris, est un dessinateur et graveur français.

Né sur la paroisse de Saint-Maclou, Noël Le Mire étudia l’art du dessin à l’école de dessin et de peinture de sa ville natale, dirigée par Descamps avant d’aller à Paris, où il devint l’élève de Le Bas où il remporta le premier prix du modèle au concours d’août 1750.

Le Mire, dont le burin était fin et spirituel, a su rendre avec une grande perfection les tableaux de Teniers, d’après lesquels, à l’exemple de son maître, il aimait à s’exercer. Le Mire réussit surtout dans la vignette, et celles qu’il grava pour les Contes de La Fontaine, édition dite des Fermiers-Généraux, pour les Métamorphoses d’Ovide et le Temple de Gnide, sont fort estimées des amateurs.

Habile graveur, Le Mire avait également beaucoup de talent pour l’exécution des petits portraits et on distingue ceux de Henri IV, de Frédéric le Grand, de Joseph II et de Louis XV pour leur fini précieux. Il a illustré le Décaméron de Boccace, les Œuvres de Pierre Corneille, de Racine, de Crébillon, de Voltaire, de Rousseau, les Fables de La Fontaine d’après les dessins de Jean-Baptiste Oudry.

Les autres œuvres de ce graveur se composent de marines et de paysages ; des portraits de Jeanne d'Arc, de Washington, du marquis de Lafayette, de Piron, de Crébillon, de Mademoiselle Clairon, couronnée par Melpomène, d’un Saint Sébastien, d’après Parmesan, de Jupiter et de Danaé, d’après le Carrache, de la Mort de Lucrèce, d’après André del Sarte, de Latone vengée, de la Vue du mont Vésuve, tel qu’il était en 1757, des Nouvellistes flamands et l’Étang du château de Teniers, de la Curiosité ou la Lanterne magique, des Restes d’un temple de Vénus dans l’île de Nisida, de l’Arc-de-Triomphe de Titus, et du Partage de la Pologne ou le Gâteau des Rois. Curieuse, cette dernière estampe composée et exécutée par Le Mire est aujourd’hui de la plus grande rareté. La planche en était à peine terminée, que l’autorité supérieure en ordonna la destruction. Toutefois, le lieutenant-général Sartine, qui estimait Le Mire, lui accorda un délai de vingt-quatre heures, dont celui-ci se hâta de profiter pour faire tirer un certain nombre d’épreuves avant la destruction de la planche. Une de ces épreuves se trouve à la bibliothèque de Rouen, collection Leber.

Noël Le Mire a illustré les belles éditions de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau. Ses derniers ouvrages font partie de la magnifique collection dite Galerie de Florence.

Le Mire était membre associé des académies de Rouen (1769), de Vienne (1768) et de Lille (1783). Le frère puiné de Le Mire, Louis, a été son élève pour la gravure. Il a également formé une de ses sœurs ainsi que Jean-Pierre Houël.

Sélection d’œuvres[modifier | modifier le code]

Portrait d'un inconnu d'après Ant Van Dyck gravure à la sanguine manière du crayon grand format

Références[modifier | modifier le code]

  • Jules Hédou, Noël Le Mire et son œuvre, Paris, J. Baur, 1875 ; réimp. Amsterdam, G.W. Hissink, 1968

Source[modifier | modifier le code]