Nivillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nivillers
Image illustrative de l'article Nivillers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Nivillers
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Beauvaisis
Maire
Mandat
Joël Lionnet
2014-2020
Code postal 60510
Code commune 60461
Démographie
Population
municipale
182 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 27″ N 2° 10′ 00″ E / 49.4575, 2.16666666667 ()49° 27′ 27″ Nord 2° 10′ 00″ Est / 49.4575, 2.16666666667 ()  
Altitude Min. 70 m – Max. 119 m
Superficie 7,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Nivillers

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte topographique de Picardie
City locator 14.svg
Nivillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nivillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nivillers

Nivillers est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

C'est, par sa population, le plus petit chef-lieu de canton français[1]

Géographie[modifier | modifier le code]

Village picard du plateau picard, situé à 8 km à l'est de Beauvais.

Il est desservi par l'autoroute A16 (sortie sortie 14), et est situé à 5 km de l'Aéroport de Paris Beauvais Tillé.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Graves, le nom de la commune dérive de Inuguivilla, qui devint Linvilla ou Linvillare, puis Linvillers, Livillers puis Nivilliers ou Nivillé.
Ces noms rappellent la culture du lin, culture traditionnelle du lieu dès le XIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces d'occupation romaine ont été retrouvées près du village, situé à proximité de deux voies romaines, dont celle reliant Beauvais à Bavay, limitant les finages de Nivillers et de Tillé[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1884 1892 Jacques de Reinach[1]    
mars 2001 2008 Jean Serre    
mars 2008 2014 Laurent Isoré CNIP  
30 mars 2014 en cours
(au 9 avril 2014)
Joël Lionnet[3]    

La commune est membre d'un rassemblement pédagogique intercommunal (RPI) avec Bonlier et Velennes.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 182 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
180 191 211 211 243 232 245 226 197
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
195 205 200 193 191 177 182 166 170
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
156 151 151 155 157 142 165 161 163
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
181 195 294 225 217 196 196 182 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,8 %, 15 à 29 ans = 26,3 %, 30 à 44 ans = 14,7 %, 45 à 59 ans = 26,3 %, plus de 60 ans = 16,8 %) ;
  • 51,5 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 16,8 %, 45 à 59 ans = 24,8 %, plus de 60 ans = 20,8 %).
Pyramide des âges à Nivillers en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
4,2 
75 à 89 ans
4,0 
12,6 
60 à 74 ans
16,8 
26,3 
45 à 59 ans
24,8 
14,7 
30 à 44 ans
16,8 
26,3 
15 à 29 ans
18,8 
15,8 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Nivillers, construit en 1739 par la famille Lespinay, qui avait la seigneurie du lieu. Après avoir été la résidence du Baron de Reinach, il est aujourd'hui un centre d'action éducative et sociale.
  • L'Église Saint-Lucien, bâtie en 1544, avec son porche et ses baies du XVIe siècle possède de magnifiques vitraux restaurés en 1999.
  • Mairie, ancienne « Justice de paix » et « Poste », surmontée d'un campanile.
  • Maisons et fermes de caractère avec pour certaines un porche en pierre.
  • Typique des villages de Picardie, la place centrale en herbe de Nivillers est plantée tout autour de tilleuls.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Lemaire d'Arion (1759-1833), homme politique français, maire de Nivillers
  • Le baron Jacques de Reinach, financier mélé au scandale de Panamá, acheta le château de Nivillers pour en faire sa résidence de campagne. Il offrit à la commune la mairie et le bureau de poste.
  • Le peintre Pierre Dmitrienko acheta le château de Nivillers en 1960 pour en faire sa résidence et y installer son atelier. Il entreprit la restauration des bâtiments. En 1962, suite à une réquisition du château par la préfecture de l'Oise, pour y accueillir 150 harkis réfugiés d'Algérie, il le vendit précipitamment à un centre d'action éducative et sociale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Source : Quotidien Le courrier picard, édition de l'Oise, du 6 avril 2008
  2. Répertoire Archéologique du Département de l'Oise, Emmanuel Woillez, 1862; page 62
  3. « Joël Lionnet, nouveau maire », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ 9 avril 2014, p. 19 (ISSN 1144-5092)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Nivillers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)