Nitto Francesco Palma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nitto Francesco Palma
Nitto Francesco Palma, en 2008
Nitto Francesco Palma, en 2008
Fonctions
Ministre italien de la Justice
27 juillet 201116 novembre 2011
Président du Conseil Silvio Berlusconi
Prédécesseur Angelino Alfano
Successeur Paola Severino
Secrétaire d'État
au ministère italien italien de l'Intérieur
12 mai 200827 juillet 2011
Président du Conseil Silvio Berlusconi
Prédécesseur Alessandro Pajno
Successeur vacant
Biographie
Date de naissance 3 mars 1950
Lieu de naissance Rome (Italie)
Nationalité Italienne
Parti politique Le Peuple de la Liberté puis Forza Italia

Nitto Francesco Palma

Nitto Francesco Palma (né le 3 mars 1950 à Rome) est un magistrat et homme politique italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur, à partir du 12 mai 2008, Nitto Francesco Palma est nommé ministre de la Justice le 27 juillet 2011 dans le gouvernement Silvio Berlusconi IV, en remplacement d'Angelino Alfano, nommé secrétaire général du Peuple de la Liberté.

Substitut du procureur de Rome jusqu'en 1993, chef du cabinet d'Alfredo Biondi, Palma fut candidat de la Maison des libertés à la députation de Oderzo en 2001, et fut élu. Il fut membre de la commission des affaires constitutionnelles, à la Camera dei deputati.

En 2006, Palma est élu au Senato della Repubblica, en Lombardie. Il fut élu vice-président de la Commission des Affaires constitutionnelles.

En 2008, après la victoire de la droite aux élections générales, Palma est nommé secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur, le 12 mai 2008. Il occupe ce poste jusqu'au 27 juillet 2011, date à laquelle il est nommé ministre de la Justice, en remplacement d'Angelino Alfano tout juste nommé secrétaire général du Peuple de la Liberté et désigné successeur possible de Berlusconi aux élections générales de 2013. Ses fonctions se terminent le 12 novembre 2011, avec la démission de Berlusconi. Le 8 mai 2013, grâce à l'abstention des sénateurs du Parti démocrate, il est élu président de la commission permanente de la Justice au Sénat, en raison d'un accord avec Le Peuple de la liberté.