Niort-de-Sault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sault.
Niort-de-Sault
Image illustrative de l'article Niort-de-Sault
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton Belcaire
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Sault
Maire
Mandat
Yves Rouzoul
2014-2020
Code postal 11140
Code commune 11265
Démographie
Gentilé Niortais (aise)
Population
municipale
25 hab. (2011)
Densité 1,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 48′ 14″ N 2° 00′ 14″ E / 42.80384, 2.003803 ()42° 48′ 14″ Nord 2° 00′ 14″ Est / 42.80384, 2.003803 ()  
Altitude Min. 771 m – Max. 1 974 m
Superficie 22,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Niort-de-Sault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Niort-de-Sault

Niort-de-Sault (en catalan ou occitan Niòrt de Saut) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Niortais.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le pays de Sault au cœur du défilé du Rébenty, à une altitude moyenne de 831 mètres.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Niort-de-Sault (Aude).svg Blasonnement de la commune : de gueules à la croix haussée et alésée d'or.

Histoire[modifier | modifier le code]

Niort (ou Aniort) vient probablement du latin anus orta (vieille sortie). Cette signification vient elle-même du fait de la position de Niort-de-Sault sur la vallée du Rébenty, mais ce nom évoque aussi la légende selon laquelle une sortie secrète aurait laissé les soldats assiégés s'enfuir en 1255...

C'est en 1013, que la vicomté de Sault est créée, lors du détachement du comté de Foix de celui du Razès. Le vicomte de Sault, prend également le titre de baron de Niort (ou Aniort à l'époque), et installe donc son fief au coeur de la vallée du Rébenty dès 845, là où les Wisigoths avaient fait construire une puissante forteresse, qui sera considérée encore au XIIIe siècle comme un castrum de premier rang.

En 1060, la vicomté perd son indépendance, et fait allégeance au royaume d'Aragon (au XIIIe siècle d'ailleurs, Géraud de Niort épousera Sancie d'Aragon, sœur du comte de Roussilon-Cerdagne, et petite-fille du roi).

 
 
 
 
Guillaume Adona de Niort
 
Brandinière de Foix
 
 
 
 
 
Sicard II
sgr Montréal
 
Blanche de Laurac
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guillaume de Niort
 
 
 
 
 
Esclarmonde
 
Aimery de Montréal
 
Guiraude de Lavaur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Géraud
x Sancie d'Aragon
 
Bernard Othon
× Nova de Cabaret
 
Guillaume
× Cécile
 
Guillaume-Bernard
 
Raymond
 
Uzalguier
abbé d'Alet
 
Esclarmonde
× seigneur de Ginoles
 
Ne
× Bernard Sermon

Blanche de Laurac fit entrer par sa fille Esclarmonde, qui épouse Guillaume de Niort, le catharisme dans la famille, et bien que Guillaume soit largement hostile à l'hérésie, ses enfants seront élevés dedans, notamment Bernard-Othon de Niort, qui deviendra un des soucis majeurs de la Papauté dans les années 1220-1240. La Seigneurie de Laurac reviendra d'ailleurs à Bernard-Othon, qui en fera un fief majeur de l'hérésie.

Niort à cette époque, défend la route de Belcaire et de Mazuby, et le court du Rébenty, mais sa position, relativement éloignée des zones de combat (Toulouse, Carcassonne, Lavaur etc.) fait que le village reste intouché pendant les nombreuses années de croisade.
Mais l'hérésie des Niort, leurs attaques répétées contre l'archevêque de Narbonne, les aides qu'ils donnèrent aux hauts représentants de la hiérarchie cathare comme Guilhabert de Castres, font qu'en 1252, ils sont dépossédés de leurs terres ; ils deviennent de redoutables faydits.

Géraud de Niort se soumet au roi de France en 1240 sous les murs de Peyrepertuse. Pour preuve de capitulation, il remet à Louis IX tous ses châteaux et ceux de ses frères. Le roi, en théorie, les lui restituerait. Mais il n'en est rien. Le peuple de l'ancienne vicomté se soulève et Géraud et ses frères tentent une dernière resistance. Niort ne tombera qu'en 1255, devant les armées royales, soit onze ans après le bûcher de Montségur.

Par la suite, un Guillaume de Niort, fils de Géraud et de Sancie d'Aragon tente de soulever la population par un projet d'invasion de la vicomté de Sault. Mais Louis IX est averti et ordonne au sénéchal de Carcassonne, Pierre d'Auteuil de faire raser tous les châteaux du pays de Sault. Seul Niort est épargné du fait de sa situation stratégique sur la frontière avec l'Aragon. Quoi qu'il en soit, désormais sans poste de repli, toute tentative de révolte est impossible : le pays de Sault est acquis au roi.

Le roi, fit placer à Niort-de-Sault, forteresse royale, une garnison aussi importante qu'à Puylaurens. En 1256, Louis IX envoie des commissionnaires pour rétablir le bailliage de Sault, relevant de la sénéchaussée de Carcassonne, et il sera définitivement maître des lieux en 1259, à la signature du traité de Corbeil.

Les seigneurs d'Aniort, ou de Niort, restent cependant sur leurs anciennes terres, à Niort même, où un petit manoir est construit à côté de l'église actuelle.

Au XVIIIe siècle, la famille de Fonds (originaire de Limoux) achète la seigneurie de Niort et s'installe dans le château des Nègre d'Able. Ils prennent le nom de Fondi de Niort (Fonds dit de Niort) qui leur est confirmé par un jugement en 1886. Mais la vraie famille de Niort subsiste et se perpétue jusqu'à aujourd'hui.

Quant au château de Niort-de-Sault, un parti calviniste s'en était emparé en 1573, et y avait mis le feu. Il n'en reste aujourd'hui que quelques pans de murs, marches taillées à même le roc de son piton rocheux, ainsi qu'une croix cathare, gravée dans ce qui était le sol du donjon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1948 1953 Auguste Lagrange    
mars 1953 1957 René Grauby    
mars 1956 1970 Jean Canavy    
mars 1970 1971 Auguste Lagrange    
mars 1971 1980 Paul Cazals    
mars 1980 ---- Yves Rouzoul PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1594 y est dénombré 50 maisons, en 1830 564 habitants[1].


En 2011, la commune comptait 25 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420 452 571 566 638 637 561 578 582
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
500 448 433 430 427 404 421 417 387
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
339 316 290 270 234 209 204 176 145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
137 111 68 60 53 35 33 33 25
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de l'ancien château de Niort (escalier taillé dans le roc, une vasque, quelques pans de mur, une canonnière et une croix cathare gravée dans le sol du donjon) ;
  • Château "neuf" de Niort, construit par la famille de Nègre d'Able et acheté plus tard par la famille Fonds (Fondi de Niort), originaire de Limoux, datant du XVIIe siècle ;
  • Eglise de la Nativité-Notre-Dame datant du XIXe siècle ;

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

(qui sont les trois plus redoutables frères maudits)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire du Pays de Sault par Mathieu Mir
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

3- Niort de Sault - Mon Village en pays de Sault - ACCES Maison de la Montagne 11340 Roquefeuil

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]