Nioro du Sahel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nioro.
Nioro du Sahel
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Région Kayes
Cercle Nioro du Sahel
Maire Kalilou Diakité (Adéma-Pasj)
élu(e) en 2009[1]
Démographie
Population 33 486 hab. (2009)
Population précédent recensement 22 266 hab. (1998)
Taux de croissance annuel moyen 3.8 %
Géographie
Coordonnées 15° 11′ 00″ N 9° 33′ 00″ O / 15.183333, -9.55 ()15° 11′ 00″ Nord 9° 33′ 00″ Ouest / 15.183333, -9.55 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
Nioro du Sahel

Géolocalisation sur la carte : Mali

Voir la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
Nioro du Sahel

Nioro du Sahel est une ville du Mali, chef-lieu de la commune de Nioro et du Cercle de Nioro du Sahel dans la première région à 241 km au nord-est de Kayes, à proximité de la frontière mauritanienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a été fondée en 1240 par un nommé Beydari Tamboura, un Diawando. La ville était sous la dépendance du Royaume de Diarra. La ville a pris de l’ampleur avec l’arrivée de migrants venant du Haut-Sénégal et du Soudan. Les Bambaras massassi la prennent au XVIIIe siècle, pour y fonder un royaume, avant qu'ils ne soient vaincus par El Hadj Oumar Tall en 1854, qui y fera construire une grande mosquée en 1856 ; une importante communauté musulmane viendra s’y installer.

Nioro deviendra le fief du hammallisme, mouvement islamique de la confrérie soufie Tidjane, née au XIXe siècle, initiée par cheikh Hammallah. Les adeptes du hammallisme étaient réputés pour leur résistance au colonialisme. Cheikh Hammallah fut déporté par les colons français, en France, où il mourut en 1942.

Éducation[modifier | modifier le code]

L'académie de Nioro a été créée en mars 2010[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amadou Ba, Histoire du Sahel occidental malien : des origines à nos jours, éditions Jamana, 1989.
  • Jean-Luc Manaud, Éric Milet, Mali, Olizane, 2007.
  • Vincent Joly, Le Soudan français de 1939 à 1945, Karthala, 2006, p. 204.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Informations sur les élus », sur Ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales,‎ 12 août 2009 (consulté le 18 mars 2010)
  2. Le Conseil des ministres a adopté le 17 mars 2010 le projet de décret portant création des académies de Nioro et Bougouni. Communiqué du conseil des ministres du 17 mars 2010