Nintendo 64DD

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nintendo 64DD
Nintendo 64DD nu

Fabricant Nintendo
Type Périphérique de console de jeux
Génération Cinquième

Date de sortie Drapeau : Japon 11 décembre 1999
Fin de production Drapeau : Japon décembre 2000
Média Disque magnéto-optique de 64 Mo
Contrôleurs Manettes de Nintendo 64
Service en ligne Drapeau : Japon Randnet DD
Unités vendues Drapeau : Japon 15 000(100 000 produites)
Jeu le plus vendu Mario Artist

Précédent Satellaview Nintendo 64DD
Nintendo 64 couplée à une 64DD

La Nintendo 64DD, DD pour Disk Drive, est une extension de la Nintendo 64 et est aujourd'hui la dernière véritable extension de console de salon en date, le Game Boy Player de la GameCube étant plus un accessoire qu'autres choses. Elle peut lire les disques magnéto-optique et est surtout destinée à faire communiquer deux jeux, l'un sur la Nintendo 64 (cartouche) et l'autre sur la 64DD (disque magnéto-optiques) pouvant ainsi accueillir des projets plus ambitieux. Les jeux sont essentiellement orientés vers la création personnelle à travers des éditeurs de niveaux, comme dans F-Zero X: Expansion kit, ou bien dans le dessin, comme dans Mario Artist: Talent Studio. Les disques de la 64DD, pouvant atteindre 64Mo de données contre 4Mo pour les jeux en cartouche lors de la sortie de la Nintendo 64, permettent de réaliser des projets contenants bien plus de données que les titres sortants sur cartouche ; mais cet avantage disparut avec le temps puisque des jeux tel que Resident Evil 2, bien qu'ayant vu le jour en fin de vie de la console, ont égalés la capacité d'un disque 64DD.

Elle se branche sous la console, comme le Game Boy Player avec la GameCube, la Satellaview avec la Super Famicom (SuperNES japonaise), la Famicom Disk System avec la Famicom (NES japonaise) pour les consoles de Nintendo ou encore comme le Mega-CD avec la Mega Drive de SEGA.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

D'abord annoncé, lors du Shoshinkai (ancien nom du Space World), par le président de Nintendo de l'époque, Hiroshi Yamauchi, en 1995 pour une sortie quelque temps après celle de l'Ultra 64, ancien nom de la Nintendo 64, la 64DD devait déjà faire ses preuves lors de sa présentation officielle pour le Shoshinkai de l'année prochaine. Durant le Shoshinkai de Nintendo de 1996 l'extension est enfin présentée au grand public comme à la presse spécialisée, la puissance de la machine ainsi que son concept convainquent tout le monde. Des démos jouables de jeux tel que celle de Kyojin no Doshin (nom japonais de Doshin the Giant) prouvent la supériorité de l'extension en son temps et, pour être sûr de mettre tout le monde dans sa poche, Nintendo annonce comme atout principal de lancement pour la 64DD le futur Zelda no Densetsu 64, qui portera le nom de Ocarina of time par la suite. Après une communication plus que réussie à travers ce salon, la Nintendo 64DD est dès lors très attendue au Japon, et est même vu comme étant le début de la fin pour Sony et leur PlayStation. L'extension voit le nombre de projets et de rumeurs l’entourer augmenter peu après le Shoshinkai de 1996 comme le fait que des éditeurs tels que Infogrames, Imagineer(Japanese company) ou encore Rareware affirment ou semblent développer des jeux pour la 64DD. Durant la même période Nintendo confirme la rumeur selon laquelle il sera possible de se connecter à un réseau privé via un modem, nouvel argument d'achat pour le future bébé de la société au plombier rouge.

Du rêve au cauchemar[modifier | modifier le code]

Malgré toutes ces nouvelles et toute l'attente du public japonais, la 64DD ne sort pas en 1997, laissant ainsi la PlayStation de Sony continuer son avance, mais surtout voit le nombre de jeux qui lui étaient destinés diminuer, Ocarina of time, Donkey Kong 64, Pokémon 64 (qui deviendra Pokémon Snap), Hybrid Heaven et d'autres vont sortir sur la Nintendo 64 plutôt que sur 64DD. Cela dit peu avant le Shoshinkai de 1997 les choses semblent s'éclaircir un peu, notamment avec des annonces d'extensions comme l'Ura-Zelda pour Ocarina of time ou encore une possible extension de Tonic Trouble chez Ubisoft. En outre, une rumeur affirme qu'une sortie nord-américaine est prévue. Malheureusement la 64DD replonge à cause d'absence de démo jouable lors du salon de 1997. L'année 1998 s'apparentera à un avortement pour la 64DD, tout d'abord Nintendo repousse encore une fois la sortie de l'extension mais cette fois-ci pour une durée indéterminée, la possible sortie nord-américaine se voit complètement rayée de la carte et enfin durant cette même année SEGA sort la Dreamcast, première console 128-bit de l'histoire, rendant l'extension de la Nintendo 64 obsolète alors que celle-ci n'est même pas encore sortie. Le public et la presse spécialisée disent tous que la 64DD est un projet mort-né.

Naissance et mort infantile[modifier | modifier le code]

Malgré toutes ses pertes, et sûrement après avoir trop investit dans l’extension, Nintendo confirme une sortie pour l’année 1999 avec 10 jeux à son lancement et une connexion internet assurée par l'entreprise Recruit par le réseau RandnetDD. Nintendo annonce également que l'extension quittera le Japon seulement si le succès est au rendez-vous. Ainsi le 11 décembre 1999 la 64DD est enfin sortie mais avec seulement deux jeux pour son lancement : Kyojin no Doshin et Mario Artist: Paint Studio ; le RandnetDD n'est alors pas encore opérationnel, il faudra attendre février 2000 pour cela. Peu de jeux sortiront sur 64DD, seulement 9 durant une année entière, et parmi toutes les extensions de jeux annoncées à l'époque, Ura-Zelda, Banjo-Kazooie 2 (aujourd'hui Banjo-Tooie), etc, seulement une seule extension à vue le jour : F-Zero X: Expansion kit. 100 000 console furent fabriquée pour le lancement et 15 000 trouvèrent acquéreur, ce qui en fait l'un des échecs les plus cuisants de l'histoire du jeu vidéo. Après une seule année d'existence l'extension est officiellement abandonné en décembre 2000 et le RandnetDD disparaît en mars 2001, soit 13 mois de vie seulement.

Les spécificités techniques[modifier | modifier le code]

  • La 64DD s’emboîte sous la Nintendo 64 par la trappe “EXIT“, présent dans tous les modèles de Nintendo 64 sauf l’édition Pokemon.
  • Dimensions: 26 cm x 19 cm x 7,87 cm.
  • Poids: 1,6 Kg.
  • Support: disque 32Mo de données réinscriptibles et 64Mo de données possibles. La machine ne peut lire que des disques ordinaires, de couleur grise. Il s’agit plus précisément de disque magnéto-optique, donc quasiment aucun temps de chargement.
  • 4MB de mémoire supplémentaires, l’Expansion Pak est indispensable pour le démarrage de l’extension.
  • L’Horloge interne va de 1996 à 2095.
  • Co-processeur 32 bits aidant la lecture des disques magnétiques.
  • La 64DD permet à la Nintendo 64 d'augmenter nettement ses capacités, avec 4MB supplémentaires. Le support n’existe qu’en noire.
  • Le lecteur du 64DD est aussi rapide qu'un lecteur de CD-Rom PC (soit environ 1 Mo par seconde) et la lecture du disque se fait en temps réel. La lecture est en Burst Access ce qui ne permet que des animations en temps réel non-compressées.
  • Humidité possible pour son fonctionnement: 20%~80% (sans condensation).

Liste des jeux[modifier | modifier le code]

Jeux sortis[modifier | modifier le code]

Disque de jeu 64DD
  • Kyojin no Doshin (11/12/1999)
  • Mario Artist: Paint Studio (11/12/1999)
  • Mario Artist: Talent Studio (23/02/2000)
  • SimCity 64 (28/02/2000)
  • RandNetDD disk (11/12/1999 avec la 64DD RandNet Starter Kit) (23/02/2000 seul)
  • F-Zero X: Expansion Kit (21/04/2000)
  • Japan Pro Golf Tour 64 (02/05/2000)
  • Kyojin no Doshin Kaihō Sensen Chibikko Chikko Daishūgō (add-on de Kyojin no Doshin) (17/05/2000)
  • Mario Artist: Communication Kit (29/06/2000)
  • Mario Artist: Polygon Studio (29/08/2000)

Disque de démo[modifier | modifier le code]

  • Kyojin no Doshin 1 Demo Disk

Les projets/Jeux annulés[modifier | modifier le code]

La Nintendo 64DD, tout comme la Nintendo 64, aurait du avoir une multitude de jeux et d’extensions, mais suite au retard très important de sa sortie, la plupart de ces projets ont disparu. Certains ont été maintenus très longtemps avant de passer sur cartouche (ex: Banjo-Tooie, The legend of Zelda: Majora’s Mask), certains ont même été transféré sur GameCube (ex: The legend of Zelda: Ocarina of time Master Quest) et d’autres ont tout bonnement disparu (ex: Mother 3, Gendai Daisenryaku: Ultimate War). Voici la liste de ces projets:

  • 7th Legion
  • Banjo-Kazooie 2 (Qui portera le nom de Banjo-Tooie par la suite et qui devait communiquer avec Banjo-Kazooie et Donkey Kong 64)
  • Cabbage
  • Cubivore(sorti sur GameCube)
  • DD Sequencer
  • Desert Island
  • DT
  • Fire Emblem 64
  • Gendai Daisenryaku: Ultimate War
  • Ide Yōsuke no Mahjong Juku
  • Jungle Emperor Leo
  • Junguru Taitei
  • Mario Artist: Game Maker
  • Mario Artist: Graphical Message Maker
  • Mario Artist: Sound Maker
  • Mario Artist: Video Jockey Maker
  • Metal Gear Solid
  • Mission Impossible (sorti sur cartouche)
  • Mother 3 (Earthbound 64) (sorti en 2006 sur Game Boy Advance)
  • Oriental Blue (sorti en 2004 sur GBA)
  • Pocket Monsters 64 (sorti en 2000 sur cartouche sous le nom Pokémon Stadium)
  • Pocket Monsters RPG (sorti en 2003 sur GameCube sous le nom Pokémon Colosseum)
  • Pokemon Snap
  • Project Cairo
  • Rev Limit
  • Super Mario 64 2 (qui évoluera par la suite sur GameCube sous le nom de Super Mario Sunshine)
  • Super Mario RPG 2 (sorti en 2001 sur cartouche sous le nom Paper Mario)
  • Suu
  • Unreal
  • Tank
  • Teo
  • Wall Street

Extension de jeux existants (annulés)[modifier | modifier le code]

  • Dezaemon DD (extension existant sous forme beta)
  • Lamborghini 64 Add-On
  • Mission: Impossible 64DD
  • Pocket Monsters Stadium Expansion Disk
  • Quest 64 Add-On
  • Superman 64 Add-On
  • Tonic Trouble Add-On
  • Toukon Road: Brave Spirits Add-On
  • Zelda no Densetsu 64DD (Ura Zelda) (sorti en 2003 sur Gamecube sous le nom de Master Quest. Cela dit, il semblerait que Master Quest ne serait qu'une partie d'Ura-Zelda, notamment à cause de screenshots d'Ura Zelda montrant des choses inexistantes dans Master Quest, comme de nouvelles tenues)
  • Zelda no Densetsu Gaiden (sorti sur cartouche sous le nom de Majora's Mask, bien qu'un peu différent puisqu'il a du être légèrement modifié pour pouvoir devenir un jeu indépendant de Ocarina of time).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]