Nin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nin (homonymie) et NIN.
Nin
Blason de Nin
Héraldique
Nin
Nin
Administration
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Comitat Zadar
Maire
Mandat
Emil Ćurko HDZ
2005-2009
Code postal 23210
Indicatif téléphonique international +(385)
Indicatif téléphonique local (0) 23
Démographie
Population 1 256 hab. (2001)
Population municipalité 4 603 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 44° 14′ 00″ N 15° 10′ 00″ E / 44.233333, 15.16666744° 14′ 00″ Nord 15° 10′ 00″ Est / 44.233333, 15.166667  
Altitude 0 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Nin

Géolocalisation sur la carte : Croatie (administrative)

Voir la carte administrative de Croatie
City locator 14.svg
Nin

Géolocalisation sur la carte : Croatie (relief)

Voir la carte topographique de Croatie
City locator 14.svg
Nin
Liens
Site web http://www.nin.hr

Nin (en latin, Nona ou Aenona) est une ville et une municipalité située en Dalmatie, dans le Comitat de Zadar, en Croatie. Au recensement de 2001, la municipalité comptait 4 603 habitants, dont 94,31 % de Croates[1] et la ville seule comptait 1 256 habitants[2].

La ville[modifier | modifier le code]

La Bethléem croate est placée au nord-ouest de Zadar et le noyau antique de la ville s'étend sur un diamètre de seulement 500 mètres. Elle est reliée au continent par deux ponts de pierre. Au nord, au sud et à l'ouest, elle est entourée de plages de sable longues et peu profondes tandis qu'à l'est s’étendent des champs de sel. La ville au passé antique, âgée de 3 000 ans, compte parmi les villes les plus anciennes de la côte adriatique orientale. Elle a été fondée par les Liburnians au IXe siècle av. J.-C. et a fait office de port maritime et de centre d'affaires. Les vestiges du port antique de Nin, Aenona à l'époque, sont encore visibles en mer. A l'époque romaine, l'importance de Nin décroît. Nin est le berceau historique croate. C'était le premier centre politique, religieux et culturel de la Croatie médiévale. C'est aussi la ville royale croate la plus vieille, le centre permanent et provisoire des dirigeants croates: les princes Viseslav, Trpimir et Branimir, les rois Tomislav, Petar Kresimir IV, Zvonimir et d'autres. Nin était un diocèse du IXe au XIXe siècle. Aujourd'hui, Nin est une destination touristique et culturelle.

Nin, la première ville royale croate[modifier | modifier le code]

L'état croate a été reconnu pour la première fois de l'histoire en 879. Au début du Moyen Âge, pendant la période des dirigeants croates, le duc Branimr accède au trône en 879 par une prise de contrôle militaire. Le dirigeant précédent, Zdeslav, avait commencé à se tourner vers l'Empire byzantin, politiquement et religieusement. Le pape Jean VIII,dans une lettre à Branimir datée du 7 juillet 879, donne sa bénédiction à l'état croate et à son peuple. Lors de la fête de l'Ascension de cette même année, il célèbre une messe et une bénédiction pour la nation croate. Cette reconnaissance de l'état est un des moments clés de la naissance et de la création de l'état croate. Aujourd'hui, Nin célèbre ce jour de fête le 7 juin et la République de la Croatie célèbre le Jour de Diplomatie à cette date en raison de l'importance de cette reconnaissance historique de l'état croate.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Église Sainte-Croix de Nin

Le centre historique de la ville est situé sur un îlot relié au continent par deux ponts en pierres datant du XVIe siècle. On y trouve notamment un musée archéologique qui témoigne du riche passé historique de la ville.

Monuments culturels et historiques de Nin[modifier | modifier le code]

Sa fondation remontant à trois mille ans, Nin est une des villes les plus anciennes de la Méditerranée. Beaucoup de civilisations ont laissé leurs traces qui peuvent être mieux vues dans le noyau de la ville sur l’îlot au milieu de la lagune peu profonde. Dans la préhistoire c'était un port de commerce significatif et ensuite municipe (statut possibles pour une cité du monde romain antique) romain. Au Moyen Âge Nin était le premier centre de la Croatie et le diocèse d'un évêque du IXe au XIXe siècle, ce qui lui a valu son surnom de Bethléem croate. Il y avait douze églises et trois monastères, dont trois églises subsistent. On compte parmi les vestiges les restes du plus grand temple romain sur l'Adriatique datant du Ier siècle, des mosaïques du IIe, les restes des bâtiments romains autour de l'église de la Sainte-Croix du VIe siècle.

L'église de la Sainte-Croix, la cathédrale la plus petite dans le monde[modifier | modifier le code]

Parmi les monuments ayant le plus de valeur et le mieux préservés d'architecture chrétienne, l'église de la Sainte-Croix date du IXe siècle, première période chrétienne des Croates. L'église est la seule structure sacrée dans Nin qui soit restée intacte depuis sa construction. Elle mesure 7,80 m de long, 7,60 m de large et 8,20 m de haut (mesures intérieures), tandis que ses murs ont 57 cm d'épaisseur. On l'appelle populairement "la cathédrale la plus petite dans le monde" (surnom qu'elle doit à par Thomas Jackson, architecte anglais qui a achevé le clocher de Sainte-Anastasia à Zadar au XIXe siècle). Pendant la période des dirigeants croates, c'était la chapelle de la cour du prince. L'édifice a été construit sur les vestiges de maisons antiques (Ier - VIe siècle) visibles encore aujourd'hui et entouré de tombes médiévales.

L’église de Saint-Nicolas[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Nicolas est placée sur le domaine de Prahulje près de Nin et était particulièrement importante pour les dirigeants de la dynastie croate et l'histoire de Nin antique. L'édifice, construit avec de petites pierres, est situé sur une colline qui domine le territoire de Nin. Il mesure 5,90 m de long, 5,70 m de largeur et 6 m de haut (mesures intérieures), tandis que les murs ont 50 cm d'épaisseur. En raison de la menace turque, un bastion de défense a été ajouté aux XVIe - XVIIe siècle. L'église de Saint-Nicolas est le seul exemple préservé d'architecture romane intacte et date du XIe siècle au début du XIIe siècle.

Le baptistère du prince Višeslav[modifier | modifier le code]

C'est une cuve baptismale de pierre hexagonale. Une copie se trouve dans la collection archéologique de Nin tandis que l'original est conservé au Musée archéologique de Split.

Localités[modifier | modifier le code]

La municipalité de Nin compte 5 localités :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement de 2001 : (en) « Population by ethnicity, by towns/municipalities, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)
  2. (en) « Population by sex and age by settlements, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)

Guide touristique de Nin

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :