Nikolaos Politis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nikos Politis.
Nikolaos Politis en 1933

Nikolaos Sokrates Politis, né à Corfou en 1872 et mort à Cannes, France 1942, est un diplomate et homme politique grec, proche d'Elefthérios Venizélos.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il enseigna le droit international aux universités d'Aix-en-Provence, Poitiers et Paris. Rappelé en Grèce en 1914 pour réorganiser le ministère des Affaires étrangères, il fut ministre des Affaires étrangères à trois reprises, en 1916-1920, 1922 et 1936. Il fut aussi l'un des délégués de la Grèce à la Conférence de paix de Paris de 1919, qui mit fin à la Première Guerre mondiale et il est de fait le signataire pour le Grèce du traité de Saint-Germain-en-Laye.

Il fut ambassadeur de Grèce en France au début des années 1930. Il œuvra alors à la construction de la fondation hellénique à la Cité internationale universitaire de Paris[1]. Il fut également ambassadeur de Grèce en Belgique et joua un rôle important dans la Société des Nations et la dans création de la Cour permanente de justice internationale de La Haye.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Couverture de La Morale internationale

Il est l'auteur de :

  • Droit romain: Les triumvirs capitaux: Droit international: Les emprunts d'état en droit international A. Durand & Pedone-Lauriel, 1894, 420 p.
  • La Convention consulaire gréco-turque et l' Arbitrage des ambassadeurs des grandes puissances à Constantinople du 2 Avril 1901.
  • Recueil des Arbitrages Internationaux:
  • Tome I , 1905, Paris, A. Pedone.
  • Tome II , 1927, Paris, A. Pedone.
  • La condition internationale des Nouvelles-Hébrides, A. Pedone, 1901, 76 p.
  • L'arbitrage anglo-brésilien de 1904, avec Albert de Geouffre de la Pradelle, V. Giard & E. Brière, 1905, 105 p.
  • Les capitulations et la justice répressive ottomane à propos de l'affaire Joris, L. Larose & L. Tenin, 1906, 27 p.
  • Le Condominium franco-anglais des Nouvelles-Hébrides, 1908.
  • La Justice Internationale, Paris, Hachette, 1923, 325 p.
  • Le Problème des limitations de Souveraineté, Paris, Hachette, 1925 (son cours professé à l'Académie de Droit international de La Haye)
  • Les nouvelles tendances du droit international, Paul Brodard, 1927, 249 p.
  • La Neutralité et la Paix, Hachette, 1935.
  • La morale internationale, Neuchâtel, Éditions de La Baconnière, 1943, 182 p.

En outre, il était à l’écriture d'un essai au moment de son décès. Son fils Jacques Politis fit paraître ces notes, sous son nom, dans le recueil L'avenir de l'Europe, Éditions de La Baconnière, 1946, 148 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

http://data.bnf.fr/13092602/nicolas_politis/

http://www.sfdi.org/internationalistes/politis/

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fondation hellénique