Nikolaï Polévoï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nikolaï Polévoï

alt=Description de l'image Nikolaj Polevoj.jpg.
Activités marchand, écrivain, dramaturge, critique littéraire, journaliste et historien, éditeur de « Télégraphe de Moscou » (1825-1834)
Naissance 3 juillet 1796
Irkoutsk
Décès 6 mars 1846
Saint-Pétersbourg
Langue d'écriture russe
Genres nouvelles, romans, pièce de théâtre

Nikolaï Alexeïevitch Polévoï (en russe Никола́й Алексе́евич Полево́й, né le 3 juillet 1796 à Irkoutsk, mort le 6 mars 1846 à Saint-Pétersbourg) était un écrivain, journaliste et historien russe. Autodidacte et marchand sibérien jusqu'à l'âge mûr, il se tourne subitement vers une vocation scientifique et littéraire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un marchand, il vit à Koursk, puis à Moscou. Il devient en 1825, grâce au patronage du prince Viazemski (l'ami de Pouchkine), l'éditeur du « Télégraphe de Moscou » (Moskovskij Telegraf).

Ses essais encyclopédiques, emprunts d'une pointe de libéralisme concernent la littérature, l'histoire, la jurisprudence, la musique, la médecine et la langue sanscrite. Ses Esquisses de littérature russe n'en ont pas moins fait époque, en introduisant un premier courant d'air frais dans les vieilles formules esthétiques russes. Il écrit un essai d'une histoire du développement intérieur du peuple russe (Histoire du peuple russe, 6 vol., 1829-1833), d'après la méthode de Guizot et de Niebuhr.

Il polémiqua avec Gretch et Boulgarine, confrères pétersbourgeois redoutables pour leurs relations avec le pouvoir. Dans « Le Télégraphe », Polévoï polémiqua vigoureusement avec Katchénovski (1775-1842), professeur d'histoire et fondateur d'une école historique inféodée au scepticisme.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Une partie de cet article est une copie de l'ouvrage Littérature russe de Kazimierz Waliszewski, aujourd'hui dans le domaine public.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wladimir Bérélowitch. Villes libres et franchises urbaines dans l’historiographie russe du XIXe siècle: entre la référence obligée occidentale et les urgences de l’actualité, dans Justice, Liberté, Égalité, Fraternité : Sur quelques valeurs fondamentales de la démocratie européenne. Institut européen de l’Université de Genève.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Quelques éditions de Moskovskiĭ telegraf[modifier | modifier le code]