Nikolaï Doukhonine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nikolaï Nikolaïevitch Doukhonine
Николай Николаевич Духонин
Naissance 13 décembre 1876
Gouvernement de Smolensk
Décès 3 décembre 1917 (à 40 ans)
Moguilev
Origine Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Arme Infanterie
Grade IRA F7LtGen 1917 h.png Lieutenant-général
Années de service 18941917
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement Armée impériale russe
Distinctions Ordre de St-Georges IIIe classe Ordre de Saint-Georges
Ordre de Sainte-Anne IIe classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Saint-Stanislas IIe classe Ordre de Saint-Stanislas

Le général Nikolaï Nikolaïevitch Doukhonine (1876-1917), en russe : Никола́й Никола́евич Духо́нин, a été le dernier commandant en chef de l’armée impériale russe du 16 novembre 1917 jusqu’à son assassinat le 3 décembre 1917.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Originaire de la noblesse du gouvernement de Smolensk Nikolaï Doukhonine suis sa formation au Corps des cadets Vladimir de Kiev (ru) (promotion de 1894) et à l’institut militaire Alexandre de Moscou avant de rejoindre, en 1896, le régiment de la Garde Litovski en tant que sous-lieutenant. Diplômé en 1902 de l’académie d’état-major général il sert ensuite dans le 168e régiment d’infanterie de Mirgorod.

En novembre 1904 il devient adjudant de l’état-major de la 42e division d’infanterie avant de rejoindre en 1906 l’état-major de la région militaire de Kiev. Il est promu lieutenant-colonel en avril 1907 puis colonel en 1911.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Première Guerre mondiale Doukhonine est responsable des opérations de reconnaissance au sein de l’état-major de la IIIe armée et reçoit pour la reconnaissance de la forteresse de Przemyśl l’Ordre de Saint-Georges de 4e classe.

En avril 1915 il prend le commandement du 165e régiment d’infanterie de Loutsk et est décoré de l’ordre de Saint-Georges de 3e classe pour les combats du 19 au 27 avril. En décembre il est promu lieutenant-général.

Adjoint du général Dieterichs sur le front du sud-ouest il devient en juin 1917 chef de l’état-major du front du sud-ouest puis en août du front occidental. Le 23 septembre 1917 il est nommé chef de l’état-major général par Kerenski.

Révolution d’octobre[modifier | modifier le code]

Après la fuite de Kerensky, le 9 novembre, Lénine ordonne à Doukhonine d’entamer des pourparlers de paix avec les puissances allemande et austro-hongroise. Doukhonine refuse et est révoqué par Lénine. Il demeure toutefois à son poste à titre provisoire jusqu’à l’arrivée de son remplaçant, l’enseigne Nikolai Krylenko.

Le 19 novembre 1917, afin de mettre devant des faits accomplis son successeur bolchévique Krylenko, Doukhonine ordonne la libération des prisonniers de Bykhov, les généraux Anton Dénikine, Lavr Kornilov et leurs camarades arrêtés après l’affaire Kornilov.

Le 20 novembre, après l’arrivée de Krylenko Doukhonine apprend qu’il doit être envoyé à Petrograd. Quand il monte dans le train en gare de Moguilev des bruits se répandent comme quoi Kornilov et son régiment se dirigent vers la ville. Des soldats et marins pro-révolutionnaires exigent alors qu’on leur livre Doukhonine, pénètrent de force dans le train et assassinent le général.

La dépouille du général a été enterré au cimetière Loukianovski de Kiev, sa famille a émigré en Yougoslavie.

Source[modifier | modifier le code]