Nikolaï Danilevski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nikolaï Y. Danilevski
Nikolay Danilevski.jpg

Nikolaï Danilevski

Naissance

Orel
Décès

Tiflis
Nationalité
Empire russe
École/tradition
Principaux intérêts
Histoire culturelle, christianisme
Idées remarquables
panslavisme
Œuvres principales
La Russie et l'Europe (1871)
Influencé par
A influencé

Nikolaï Yakovlevitch Danilevski (en russe : Никола́й Я́ковлевич Даниле́вский) est né le à Orel[1] et mort le à Tiflis, est un naturaliste, économiste, sociologue, historien, philosophe slavophile, ethnologue, anthropologue, idéologue du panslavisme russe qui a exposé une vision cyclique de l'histoire du monde. Il fut le premier écrivain à présenter un compte rendu de l'histoire comme une série de civilisations distinctes[1]. Il est notamment connu pour son livre La Russie et l'Europe.

Famille[modifier | modifier le code]

Danilevski est issu d'une famille de nobles cosaques originaire de Podolie. Ses parents étaient le général et diplomate Iakov Ivanovitch Danilevski (1789 † 1855) et Daria Ivanovna Michina (1800; † 1855), qui moururent la même année du choléra.

Le Panslavisme[modifier | modifier le code]

Danilevski a composé son principal essai de philosophie politique, « La Russie et l’Europe », entre 1865 et 1867. Dans ce manifeste, publié en 1871 à Saint-Pétersbourg, il souligne l’identité culturelle de la Russie et du monde slave, qu’il oppose au type culturel de l’Europe. Il considère par conséquent que l’affrontement entre ces deux cultures est inexorable. Pour cela, il développe une théorie des « types historico-culturels » et de l’histoire comparée des civilisations. Cette histoire comparée est largement inspirée des cycles historiques idéaux déjà présents dans la pensée de Giambattista Vico. Selon cette thèse, l’Histoire se répète indéfiniment et régulièrement selon un schéma déterminé, par lequel l'histoire de tous les peuples traverse les phases d'expansion, d’apogée, de stagnation et de décadence.

Danilevski emprunte aussi son tableau historique à la biologie : il subdivise d’abord l’humanité en grandes entités, de même que la botanique fonde la taxinomie sur la distinction de différents ordres et familles. « La Russie et l’Europe », qui n'a été traduit qu'en allemand, et encore partiellement (Russland und Europa), passe pour la Bible du Panslavisme.

La Russie contre l’Europe[modifier | modifier le code]

Nikolaï Danilevski discerne trois grandes différences « de mentalité et de caractère » entre le « type culturel romain-germanique » et la civilisation slave à faire naître, qui en sera l’antithèse.

Brutalité contre foi tolérante[modifier | modifier le code]

Un trait commun à tous les peuples de type culturel romain-germanique serait le goût de la violence. D’après Danilevski, le sens du Moi et l'Individualisme sont essentiels chez ces peuples, ce qui pousse les hommes à privilégier leurs propres convictions et leurs propres intérêts, et à les imposer à autrui.

Comme, poursuit-il, l’intolérance religieuse de l’Église catholique s'est prolongée dans le Protestantisme, il doit y avoir certainement un fond de cruauté chez les peuples romains-germaniques. Un indice révélateur est que ce type de culture a même réussi à instrumentaliser une religion aussi fondamentalement non-violente que le Christianisme pour parvenir à ses propres fins.

Sa théorie oppose la « tolérance russe » au caractère fondamentalement violent du type européen. Alors que l'Europe a dévoyé la foi chrétienne par sa brutalité, le type russe a su en préserver la juste doctrine, l’« orthodoxie ». Le Russe serait, de tempérament, un être paisible.

Conflits politiques contre « âme nationale »[modifier | modifier le code]

Danilevski, dans l'antagonisme entre Russes et Européens, voit aussi une différence dans le développement historique. En Europe, l'Histoire se serait accomplie par la lutte entre partis ou intérêts contradictoires. Ainsi des pouvoirs brutaux se sont succédé et ont opprimé les partisans pacifiques ; alors qu'en Russie l'Histoire s'est accomplie sans heurts par une vocation purement autochtone, révélatrice d'une « âme nationale » invisible et silencieuse : « Le peuple se détourne de lui-même de tout ce qui sent la dissolution ou le changement, le combat se déroule dans la conscience collective, et lorsque vient effectivement le moment de remplacer l'Ancien par le Nouveau, la conversion s'accomplit à une vitesse surprenante, sans heurt perceptible[2]. » Les déchirements partisans seraient en Russie des conflits importés : « Tout ce qu'on appelle chez nous « parti » provient de l'importation d'éléments exogènes et étrangers dans la vie russe ; c'est pourquoi, chaque fois que l'on parle chez nous de faction aristocratique ou démocratique, conservatrice ou progressiste, tous savent très bien que ce ne sont là que des mots vides de sens[3]. »

L'église orthodoxe véridique, le catholicisme et le protestantisme menteurs[modifier | modifier le code]

Danilevski relève une troisième différence quant à l'appartenance religieuse. Il répond à la tradition philosophique de la dialectique vérité-mensonge, développée en Europe, et réfute que le fond chrétien des confessions de ces deux types culturels formerait un lien entre eux : « la distance entre Vérité et Mensonge est infinie, et deux mensonges sont infiniment plus proches l'un de l'autre que la Vérité […]. » Comme l'Église orthodoxe est la Vérité, ces deux mensonges que sont le protestantisme et le catholicisme ont infiniment plus en commun entre eux, que chacun d'eux avec l'orthodoxie.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le système de valeurs eurasiatique de Danilevski a trouvé plusieurs adeptes dans son rejet de l'Occident, des Lumières, de l’Individualisme, du rationalisme et de la Sécularisation : outre Dimitri Mereschkowski, les plus célèbre sont Dostoïevski, Moeller van den Bruck et le jeune Thomas Mann.

Sa vision cyclique de l'histoire à continué d'influencer historiens et sociologues au XXe siècle : Christopher Dawson, Reinhold Niebuhr, Rushton Coulborn, Pitirim Sorokine, Henri Pirenne, Othmar Anderle, Karl August Wittfogel, Jos De Beus (1952-2013) et, non des moindres, Samuel P. Huntington et Bassam Tibi. Son rigorisme n'a été dépassé que par les visions cycliques d’Oswald Spengler et d’Arnold J. Toynbee. Rien ne prouve que Spengler ait connu le tableau que Danilevski esquisse de la culture russe avant 1920 ; toutefois son concept d'une culture russe arriérée (dans un « Christianisme johannique ») paraît le confirmer.

La thèse pessimiste de Danilevski sur la décadence d'une culture est étroitement liée à la pensée de plusieurs philosophes, et pas uniquement conservateurs, qui aspirent à une Restauration ou tout simplement à une Renaissance culturelle après chaque phase de décadence. Cet aspect occupe une place centrale chez presque tous les penseurs de la Révolution conservatrice, comme par ex. chez A. Moeller van den Bruck.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (de) Danilevski (trad. Karl Nötzel), Russland und Europa : Eine Ansicht der kulturellen und politischen Beziehungen der slavischen Welt zur germanisch-romanischen [« Rossia i Evropa, vzgliad na kulturnya i politiceskia otnochenia slovianskogo mira k Giermano-romanskomu »], Stuttgart,‎ (réimpr. 1960)

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.rulex.ru/01050045.htm
  2. Texte de la trad. allemande (Russland Und Europa ) : Das Volk sagt sich innerlich von dem los, was der Ablösung oder Veränderung unterliegt, der Kampf verläuft im Inneren des Volksbewusstseins, und wenn die Zeit kommt, das Alte durch das Neue in der Tat zu ersetzen, so vollzieht sich dieser Ersatz mit erstaunlicher Raschheit, ohne sichtbaren Kampf […]
  3. ibid. : Alles, was man bei uns Parteien nennen kann, hängt von dem Eindringen ausländischer und fremdländischer Einflüsse in das russische Leben ab; wenn man deshalb bei uns von einer aristokratischen oder demokratischen Partei spricht, von einer konservativen oder fortschrittlichen, so wissen alle sehr wohl, daß dies nichts als leere Worte sind, hinter denen sich keinerlei Inhalt verbirgt.

Lien externe[modifier | modifier le code]