Nik Bärtsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nik Bärtsch

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Nik Bärtsch avec son groupe Ronin, Innsbruck 2008

Informations générales
Naissance 3 août 1971 (43 ans)
Genre musical Jazz
Instruments piano, claviers
Labels ECM
Site officiel http://www.nikbaertsch.com

Nik Bärtsch est un compositeur et pianiste suisse né le 3 août 1971 à Zurich[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Bärtsch commence à étudier le piano à 8 ans. En 1997, il sort diplômé du conservatoire de Zurich. Entre 1989 et 2001, il étudie la philosophie, la linguistique et la musicologie à l'université de Zurich. En 2003/2004, il part 6 mois au Japon. Depuis 2005, Bärtsch est en contrat avec le label ECM. Bärtsch est cofondateur du club Exil à Zurich.

Aspects musicaux[modifier | modifier le code]

Le travail de Nik Bärtsch est à l'intersection de la musique contemporaine, du jazz, et se nourrit d'influences venues du funk. L'utilisation de la répétition, ainsi que de structures à base d'entrelacement d'éléments dans sa musique laisse entrevoir l'influence de la musique minimaliste, et en particulier de Steve Reich[2]. Bärtsch est aussi influencé par la philosophie orientale et les ostinato de James Brown[2]. Il s'est aussi intéressé de près aux travaux des compositeurs américains John Cage et Morton Feldman[3].

Nik Bärtsch travaille en parallèle sur plusieurs projets: en solo, avec son groupe de « zen funk » Ronin, et avec le groupe acoustique Mobile . En solo, il joue ses propres compositions sur piano préparé et percussions. La musique de son groupe Ronin, qu'il appelle le « zen-funk » est plus inspirée par le jazz et le funk. Le groupe est composé de Kaspar Rast, Bjöm Meyer (à partir de 2011 Thomy Jordi), Andi Pupato (de 2002 à 2012) et Sha. Il y construit des rythmiques complexes à partir d'entralecement de rythmes pairs et impairs[2].

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1999 and 2002 Career award of the UBS Cultural Foundation.
  • 2002 'Werkjahr' de la ville de Zurich.
  • 2004 Culture-award de la commune de Zollikon.
  • 2006 Priority jazz support from the Swiss Arts Council Pro Helvetia.

Discographie[modifier | modifier le code]

Nik Bärtsch's Ronin:

  • 2012 Live, ECM
  • 2010 Llyria, ECM
  • 2008 Holon, ECM
  • 2006 Stoa, ECM
  • 2004 Rea, Ronin Records
  • 2003 Live, Ronin Records
  • 2002 Randori, Ronin Records

Nik Bärtsch's Mobile:

  • 2004 Aer
  • 2001 Ritual Groove Music

Nik Bärtsch:

  • 2002 Hishiryo

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rythmique Bärtsch Jazz Magazine Jazzman n°648, avril 2013, p. 62-45
  2. a, b et c Steve Lake et Paul Griffiths, Horizons touched: the music of ECM, Granta UK,‎ 2007 (ISBN 978-1-86207-880-2) [détail des éditions] p. 361-362
  3. Agnès Jourdain, Critique de Stoa, de Ronin, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]